Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mapa76 : Montrer les abus de la dictature en Argentine grâce au journalisme de données

En Argentine, le journalisme de données joue un rôle fondamental dans les enquêtes journalistiques sur le présent et le passé du pays.

Paula Gonzalo de Periodismo Ciudadano [en espagnol] souligne le travail de la journaliste Sandra Crucianelli en la matière et présente le projet Mapa 76, une carte qui permet de géolocaliser et de compiler les informations concernant les victimes d’atteintes aux droits de l’homme pendant la dictature qui dirigea le pays de 1976 à 1983.

Nous proposons ci-dessous une traduction de l’article de Paula Gonzalo, protégé par une licence 3.0 Unported de Creative Commons (CC BU 3.0)

 

Mapa 76

Mapa 76

Avec la révolution technologique en cours et le développement de nouveaux outils et formes de participation citoyenne, nous vivons actuellement une époque à la richesse incroyable pour le journalisme et la communication. Le journalisme de données est une autre de ces nouveautés qui contribue à l’élaboration d’une nouvelle façon de comprendre le journalisme d’investigation.

Basée en Argentine, Sandra Crucianelli [en anglais], Fellow du Knight International Journalism, nous explique comment le journalisme de données, la collaboration citoyenne et les nouvelles technologies peuvent joindre leurs forces pour travailler en faveur de la transparence aux côtés d’organes d’information reconnus tels que La Nación [en espagnol], un des principaux journaux du pays.

Sandra Crucianelli dirige [en anglais] une équipe de journalistes d’investigation qui se consacre au suivi des ressources fiscales destinées aux services publics du pays. Elle participe en particulier à la formation d’une équipe de journalistes spécialisés dans le journalisme de données capable d’extraire et d’analyser ce type d’information pour réaliser par la suite des reportages d’investigation « [invitant] le public à répondre et à participer ».

Sandra Crucianelli participe également à la section locale de Hacks/Hackers en créant de nouvelles applications qui permettent la collecte et la visualisation de données. Parmi ces projets, Mapa76 est une carte sur laquelle [on peut] géolocaliser des informations concernant ce que l’on a appelé la « guerre sale » et qui compile des renseignements sur les victimes d’atteintes aux droits de l’homme pendant la dictature militaire en Argentine (1976/83).

Elle nous présente ce projet sur son site internet :

Mapa76 es un software de investigación periodística dedicado a la extracción automática de datos, análisis semántico y la estructuración de la información recopilada con el propósito de mostrar relaciones de manera visual e interactiva (líneas de tiempo, mapas interactivos y árboles de conexiones -treemap-) en la información relacionada con los juicios de la última dictadura militar y los juicios en curso. Esta herramienta debe permitir que el investigador pueda seleccionar y cruzar datos de diversas fuentes documentales para generar historias e identificar relaciones difíciles de encontrar y/o comprender por métodos tradicionales.

Las cifras oficiales de desaparecidos durante la última dictadura militar argentina (1976-1983) ascienden a 13.000, pero las organizaciones de derechos humanos afirman que son 30.000.

Mapa76 est un logiciel d'investigation journalistique dédié à l’extraction automatique de données, à l’analyse sémantique et à la structuration des informations collectées afin de montrer d’une façon visuelle et interactive (chronologies, cartes interactives et arbres de connexion –treemap-) les relations entre les informations liées aux procès de la dernière dictature militaire et celles liées aux procès en cours. Cet outil doit permettre à l’enquêteur de sélectionner et de croiser les données de différentes sources documentaires pour générer des histoires et identifier des liens difficiles à trouver et/ou à comprendre au moyen de méthodes traditionnelles.Les chiffres officiels du nombre de disparus pendant la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983) s’élèvent à 13 000, mais les organisations des droits de l’homme affirment qu’il y en a 30.000.

Dans cette vidéo enregistrée dans les Archives Nationales de la Mémoire [en espagnol], à l'ancienne École de Mécanique de l'Armée (ESMA) — lieu qui abrita le plus important centre clandestin de détention,de torture et d'assassinat — l'équipe de Mapa76 nous explique le fonctionnement de Mapa76 pour visualiser le contenu d'une base de données fournie par la Comisión Nacional sobre Personas Desaparecidas (CONADEP – Commission Nationale sur les Personnes Disparues).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site