Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les députés de Russie Unie n'apprécient pas la satire sur Internet

RuNet Echo parlait récemment de Lurkmore [voir sur GV], un site web satirique russe de type Wikipedia brièvement mis sur la liste noire des fournisseurs russes d'accès Internet en application d'une nouvelle réglementation de la censure. Le tour de piste médiatique de Lurkmore a stimulé la popularité du site, ce qui a amené le photo-blogueur bien connu et membre du Conseil de Coordination de l'opposition Rustem Adagamov à tweeter [en russe, comme les liens suivants] :

Результат запрета: сегодня весь Рунет сидит на Луркморье. :-)

Résultat de l'interdiction : aujourd'hui tout Runet est sur Lurkmore. :-)

Malheureusement, la notoriété toute neuve de Lurkmore semble lui valoir de nouveaux ennuis. Ignorant sans doute jusque là l'existence du site, plusieurs députés russes ont eu depuis connaissance de l'entrée consacrée par Lurkmore au parti dirigeant Russie Unie.

Comme la plupart sur Lurkmore, l'entrée “Russie Unie” est insultante pour son sujet, grossière, obscène, pas particulièrement ‘safe for work’ [fr], et bourrée d'analyse fantaisiste. En voici par exemple le début :

«Единая Россия» (вЕдРо, навальн. Партия Жуликов и Воров (ПЖиВ), нест. Партия Воров, Убийц и Педофилов, Едим Россию, Партия будущего Наших детей) — всероссийская политическая партия чиновников. Самоизбирается исключительно через методы: «Карусель», «Вброс», «Мёртвые души» и «мешок и убежал».

“Russie Unie” (vEdRo [de Russie Unie->Edinaya Rossiya->EdRo(racine)->vEdRo(Seau) -Note de l'auteur], naval'n. Parti des Escrocs et des Voleurs (PEV), nest. Parti des Voleurs, assassins et Pédophiles, Mangeons la Russie [de Edinaya Rossiia->Edim Rossiiu -Note de l'auteur], Parti de l'avenir de Nos enfants) — parti politique des fonctionnaires de toutes les Russies. S'auto-élit exclusivement par les méthodes : “Carrousel”, “Bourrage des urnes”, “Ames mortes” et “Prends le sac et tire-toi”.

Cette définition aussi déroutante que riche fait allusion aux liens critiqués du parti avec la bureaucratie russe, évoque les élections parlementaires considérées par beaucoup comme falsifiées en sa faveur, et énumère les sobriquets dont on l'a affublé (conséquences de l'indignation dans l'opinion). L'entrée se poursuit par une discussion sur les fondements du parti comme successeur spirituel du Parti Communiste. Les contributeurs de Lurkmore interviennent sur le programme du parti (peut-être faux), le rôle de chef de Poutine, et les motivations de plusieurs sympathisants. On y trouve aussi des échantillons de la propagande politique de Russie Unie ainsi qu'un choix de mèmes, avec une série de logos transformés.

Un mème de logo transformé de Russie Unie. L'ours a été remplacé par un singe, et on lit “Guinée Unie.” 24 novembre 2012.

Comme on pouvait s'y attendre, l'exposition à une telle satire a scandalisé plusieurs membres de Russie Unie, qui, selon le tabloïd Internet Lifenews.ru, ont menacé de traîner le site en justice pour défendre leur “honneur et dignité.” Lifenews cite le député de Russie Unie Evgueny Fedorov:

Статья Lurkmore, как и другие лживые статьи в отношении нашей партии в Интернете, являются целенаправленной информационной войной со стороны Соединенных Штатов. […] Что касается статьи про партию, она […] вполне попадает под ответственность новой уголовной статьи за клевету.

L'article de Lurkmore, comme d'autres articles mensongers en rapport avec notre parti sur Internet, s'avère une guerre d'information délibérée de la part des Etats-Unis. […] Concernant l'article sur le parti, il […] relève entièrement des poursuites de la nouvelle loi criminelle contre la calomnie.

Fedorov a reçu le renfort du vice-président de la Douma Frants Klintsevitch, effarouché :

Этот мат могут посмотреть дети!

Des enfants peuvent regarder ces obscénités !

Lurkmore avait déjà dû retirer des articles par décision de justice. En 2010, la chanteuse-blogueuse-journaliste Ekaterina Gordon a obtenu le retrait de l'article à son nom à la suite d'un accord d'arbitrage avec les administrateurs de Lurkmore. Ses raisons, cependant, n'étaient pas la calomnie : apparemment, elle s'inquiétait que ses coordonnées soient diffusées sur la page.

Certes, vu sa source, ce nouveau scandale a probablement été fabriqué. Ainsi, un des députés cités dans l'article de Lifenews.ru, Sergueï Jelezniak, a ensuite déclaré à l'agence d'information Interfax que, s'il a bien été contacté par un journaliste de Lifenews qui lui demandait ses commentaires sur la note de Lurkmore, il n'avait pas le temps de lire “des romans.” L'utilisateur de Twitter @gorod095 a confirmé l'affaire :

Железняк сказал мне, что ему позвонили из @lifenews_ru и сказали, мол, есть такая плохая статья на Луркморье, может вы прочитаете и в суд?

Jelezniak m'a dit qu'on lui a téléphoné de @lifenews_ru et dit, il y a un méchant article sur Lurkmore, vous l'avez peut-être lu et irez en justice ?

Qu'importe, Lurkmore a vu sa popularité propulsée à de nouvelles hauteurs. L'entrée “Russie Unie”, pour sa part, sera probablement bientôt mise à jour pour inclure les nouveaux développements sur le ton de la satire la plus mordante.

2 commentaires

  • […] pour parler politique Les principaux médias indépendants nationaux menacés de fermeture Les députés de Russie Unie n’apprécient pas la satire sur Internet Chine : Des comptes Twitter d’observateurs piratés Voyage dans l’enfer de la justice russe […]

  • […] d'un opposant Russie: une des Pussy Riot transférée en "lieu sûr" dans son camp Les députés de Russie Unie n’apprécient pas la satire sur Internet IDÉE COMMERCE • Exploiter le label Pussy Riot Des ultra-nationalistes russes organisent une […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site