Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bulgarie : L'avènement de l'homo tomaticus

Le rassemblement du 24 novembre devant le parlement bulgare, à Sofia, vient d'officialiser ce qui s'est donné le nom de ‘Révolution des tomates’.

Le Parlement sous la menace des tomates

The logo of the Tomato Revolution Facebook event. Screenshot adapted by the author

Le logo de l'événement Facebook de la Révolution des Tomates. Capture d'écran adaptée par l'auteur.

Le 9 novembre, la publication indépendante OFFNews a publié des photos [en bulgare] du Palais de Justice barbouillé de sauce tomate. On ignore les auteurs des faits et leurs motifs.

Cinq jours plus tard, Nikolay Kolev, aias Bossiya (Pieds Nus), publiait une lettre ouverte [en bulgare] sur son blog, menaçant explicitement de lancer des tomates sur les bâtiments officiels, parce qu'il tenait les autorités bulgares pour responsables de la corruption endémique du pays. Dans sa lettre envoyée au Parlement, au Président, au Premier Ministre, au Conseil supérieur de la Magistrature,à la Télévision et à la Radio nationales bulgares, Bossiya écrivait :

Всички вие ръководите институции, които са пряко свързани със състоянието на страната ни за последните години. Затова и смятам, че вие сте основни виновници за ужасното състояние на страната и обществото.В страната цари корупция, престъпност, безотговорност, информационна мъгла, слугинаж, деморализация. Празните приказки и театрални пози и монолози ежедневно замъгляват съзнанието и надеждите на обществото като цяло, както и на всеки един български гражданин отделно.

Chacun de vous dirigez des institutions qui sont directement responsables de la situation de notre pays ces dernières années. Voilà pourquoi je pense que vous êtes les principaux coupables de l'effroyable situation du pays et de la société. Corruption, crime, irresponsabilité, brouillage de l'information, comportement servile et démoralisation régissent le pays. Manipulations, poses théâtrales et monologues obscurcissent journellement les esprits et les espoirs de la société dans son ensemble et de chaque Bulgare individuellement.

Dans sa lettre ouverte, Bossiya expose aussi le détail de sa manifestation symbolique pacifique :

На 20 ноември /вторник/ ще закупя от пазара 6 /шест/ развалени домата и ще ги разпределя по един за шестте институции, към които съм се обърнал. В 10 ч ще бъда пред Народното събрание, където ще хвърля един домат по фасадата, с което ще изразя протеста си срещу липсата на ориентация, професионализъм и патриотизъм при изготвяне на законите. Ще запратя домата протестирайки срещу лошите текстове на законите, носещи само нещастия на обществото и отделния български гражданин. Законът трябва да бъде обществено полезен, а не изработен срещу човека.

След това ще отида пред президентството и ще запратя по фасадата му следващия домат. Той ще бъде срещу нищоправенето от страна на президентската институция, наведената поза при среща с представители на великите сили и назначението на отрепки за дипломати. Срещу безкритичното отношение при подписването на укази за влизането на законите в сила.

Третият домат ще бъде хвърлен срещу сградата на МС заради цялостната му политика и действията му срещу обществото и националните интереси.

Четвъртият домат ще бъде хвърлен от мен срещу съдебната палата. За моите съотечественици не е необходимо да обяснявам защо.

Петият и шестият домат ще хвърля по БНТ и БНР поради това, че с нашите пари те обслужват една малка шайка от политически престъпници и мафиоти.

Le (mardi) 20 novembre, j'achèterai au supermarché 6 (six) tomates pourries et les distribuerai à chacune des six institutions auxquelles je me suis adressé. A 10 heures, je serai devant le Parlement, et je lancerai une tomate sur la façade en protestation contre le manque d'orientation, de professionnalisme et de patriotisme dans l'élaboration des lois. Je le ferai pour protester contre les textes de loi de mauvaise qualité qui n'apportent que des déboires à la société et au citoyen bulgare. La loi doit être socialement utile, et non pas faite contre les gens.

Ensuite j'irai au Palais Présidentiel et jetterai la tomate suivante sur sa façade. Elle sera contre l'inaction persistante de l'institution présidentielle, sa posture d'infériorité dans les rencontres avec les représentants étrangers et la nomination de crapules comme diplomates. Contre l'attitude complaisante dans la signature des décrets de mise en oeuvre des lois.

La troisième tomate sera lancée devant les bureaux du Premier Ministre pour ses politiques générales et actions à l'encontre de la société et des intérêts nationaux.

La quatrième tomate sera pour le Palais de Justice. Inutile d'expliquer pourquoi à mes compatriotes.

La cinquième et la sixième tomates seront jetées sur la Télévision Nationale Bulgare et la Radio Nationale Bulgare parce qu'elles servent une petite clique de criminels politiques et de gangsters à nos frais.

Bossiya a été arrêté [en bulgare] mardi 20 novembre devant le Parlement, où 40 policiers auraient été déployés pour l'attendre. Les réactions ont été contrastées : certains médias ont rejeté son action qualifiée de “salade” [en bulgare], et d'autres l'ont appuyée [en bulgare]. Les prises de position politiques [en anglais] ont également divergé, ce qui s'est aussi traduit sur Twitter :

@VeselaAngelova: Добре де, ако са нужни 40 полицаи, за да арестуват човек с домат, за човек с патлангач сигурно ще викаме НАТО или нещо такова.

Ah bon, s'il faut 40 policiers pour arrêter un homme avec une tomate, pour un homme avec une aubergine il faudra appeler l'OTAN ou l'équivalent.

 

@SlaviVIP: Некъв мизерник хвърлил домат по парламента днес и вече е “светец”, ето заради такива боклуци държавата е на този хал. А този е за Белене!

Un taré a lancé une tomate sur le Parlement aujourd'hui et est devenu un ‘saint,’ c'est à cause de cinglés de ce genre que notre pays est dans cette situation.

Au vu de la participation disproportionnée de 40 agents des forces de l'ordre pour arrêter un individu isolé, les internautes ironisent :

@benkovski: @tourbg @cipisec Али Домат и 40 разбойници

Ali Tomate et les 40 voleurs [allusion au célèbre conte “Ali Baba et les 40 voleurs”]

@gtsmilev: @CapitalBg Стола на парламента ще се казва “Дон Домат”

La cantine du Parlement va s'appeler “Don Tomato”

Par la suite, les média ont annoncé [en anglais] l'inculpation de Bossiya de “hooliganisme” passible de deux ans de prison. Un groupe Facebook [en bulgare] “Tomatina – La Révolution des Tomates” a été créé en soutien à Bossiya qui appelait à une manifestation et à un jet symbolique de tomates sur le Parlement le 24 novembre.

“Chaque tomate est une bombe contre les dirigeants”

L’opération a gagné de l'ampleur et un large soutien [en bulgare], avec plus de 1.000 promesses de participation. Les média ont raconté [en bulgare] que le rayon légumes du supermarché le plus fréquenté de Sofia a refusé de faire payer les tomates si elles étaient utilisées à la manifestation.

"Wake up, the mafia rules us!" A banner from the demo. Image by Ruslan Trad (CC-by-SA 3.0)

“Réveillez-vous, la mafia nous gouverne !” Une pancarte de la manifestation. Photo Ruslan Trad (CC-by-SA 3.0)

La manifestation du 24 novembre a été retransmise en live-stream par Assen Guenov, un contributeur de l'initiative indépendante Open Government (Pour un gouvernement ouvert). Quelques tweets de participants :

@reguligence: Полицейското присъствие около НС е стабилно. #TomatoRevolution

La présence policière autour du Parlement est consistante #TomatoRevolution

@GerganaBoteva: По канал 3 казаха, че има около 300-400 човека #TomatoRevolution

Le canal 3 a annoncé la présence de 300 à 400 personnes. #TomatoRevolution [Le canal 3 est une chaîne de télévision indépendante qui retransmettait aussi en direct la manifestation]

L'utilisateur de Twitter @ju plaisante, en écho à l'indignation infamante d'une certaine presse appelant à limiter l'influence des médias sociaux dans le pays :

@ju: Банват думата “домат” от Facebook за България

Le mot “tomate” est prohibé sur Facebook en Bulgarie

Le contributeur à Global Voices Ruslan Trad a publié quelques photos de la manifestation, et l'auteur de ce billet a réuni un Storify [en bulgare et anglais] pour davantage d'information.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site