Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Homs, ville révolutionnaire syrienne en ruines

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12

Parmi les nombreuses villes de Syrie à la pointe de l'actualité aujourd'hui, il y a Homs, une cité qui remonte à 2300 avant J.C. Les dommages colossaux causés par des mois de bombardements sont visibles dans la destruction des bâtiments et de l'architecture historiques, s'ajoutant aux centaines de milliers de réfugiés et aux milliers de martyrs.

Homs dans l'histoire

Homs remonte à 4.300 ans (le premier établissement en 2300 avant J.C.), appelée Emèse dans l'antiquité (un nom en rapport avec le dieu solaire qui y était révéré), et est la troisième ville de Syrie. Homs renferme de nombreux monuments historiques, dont la mosquée Khalid ibn al-Walid, des souks couverts, et des sites du patrimoine mondial comme le Krak des Chevaliers et la Citadelle de Salah Ed-Din, un des plus importants châteaux-forts médiévaux préservés du monde.

Ce qu'on sait moins, c'est que la Ceinture de la Sainte-Vierge est conservée dans le trésor de l’église Oum al-Zennar, tandis que l’église Saint Elian du Ve siècle renferme la tombe de ce dernier.

Les dommages de l'église de la Ceinture de la Vierge (Um Al-Zennar) à Homs. Source: Archaeo life Blog.

Historiquement, Homs a été une ville de mystères et d'étrangetés. En décembre 1260, Hulagu a été vaincu à la Première Bataille de Homs. Les Mongols ne sont pas entrés dans la ville, au contraire des autres villes de Syrie et du Moyen-Orient, et selon une légende, les scorpions ne peuvent y vivre à cause de la teneur élevée du sol en mercure. Le fleuve Oronte qui traverse la ville est le seul à couler du sud au nord, tandis que les mendiants sont quasi absent des rues, en fait grâce à l'action des gens charitables et des services sociaux efficaces gérés par la collectivité.

Une vidéo exceptionnelle de la ville de Homs, publiée par IBN HOMS sur Youtube, montre des images prises entre 1880 and 1950.

Homs attaquée

Bien que la ville ait donné à la Syrie trois présidents, de la famille Atassi, et soit le berceau de la belle-famille d'Assad (Alakhras), les contestataires “Homsis” ont été parmi les premiers Syriens à descendre dans les rues par milliers manifester contre le régime syrien. La ville n'a pas cessé depuis de subir des mois de bombardements massifs malgré l'appel à Sauver les sites syriens menacés du patrimoine mondial, dont le quartier historique de Bab Al Dreib. L'utilisateur de YouTube Saif Hurria dépeint [en anglais] les bâtiments effondrés et les destructions massives dans le quartier de Jourat alshiah.

Sur tumblr, salt-and-filfil a publié une photo montrant le quartier de Jourat alshiah en 1930 et 2012.

Homs avant Assad, 1930 et après Assad, 2012. Source: salt-and-filfil sur Tumblr.

De même, la chaîne SyriaAustraliaTv a fait un reportage (sous-titré en anglais) sur la destruction des bâtiments dans le quartier de AlQusour le 11 octobre 2012.

Une autre vidéo du même SyriaAustraliaTv documente l'énorme destruction causée par un seul missile le 7 octobre 2012.

Martyrs et réfugiés

Selon la chaîne d'information Shaam News Network S.N.N, Homs a plus de 7.208 martyrs et la plupart de ses habitants ont fui pour rejoindre les 2 millions de réfugiés. Des milliers d'enfants réfugiés syriens vivent sous le danger des températures sous zéro, alors que l'hiver s'installe au Moyen-Orient, et sont aidés par l'organisation Save the Children qui :

pourvoit à leurs besoins de base, comme la nourriture et les couvertures, et propose des programmes pour les aider à supporter la tragédie. Mais le nombre d'enfants fuyant les violences augmente de jour en jour et nous sommes devant une crise humanitaire vouée à empirer. Faites un don aujourd'hui. Ensemble, nous pouvons aider beaucoup plus d'enfants syriens réfugiés à faire face à leurs épreuves, reconstruire leurs vies et guérir des cicatrices d'une guerre impitoyable.

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site