Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Manifestation de moines contre une mine de cuivre financée par la Chine au Myanmar

[Sauf indication contraire, les liens renvoient à des pages en anglais ou français]

Pendant la fête bouddhiste de la Journée de la Pleine Lune à Tazaungmone, la police anti-émeute du Myanmar a violemment dispersé des campements de manifestants installés par les moines bouddhistes et les villageois pour s'opposer au projet de mine de cuivre soutenu par la Chine à Monywa, Région de Sagaing. Les manifestations contre cette mine ont débuté en février dernier.

Ce projet est porté par une société mixte composée de l'Union of Myanmar Economic Holdings Ltd. (UMEHL) soutenue par le gouvernement et Wanbao, une société chinoise. Selon certaines sources  l'UMHEL a indemnisé les agriculteurs expropriés à hauteur de 610 US$ l'acre (4046 m²). Il y a cependant des villageois dont les terres ont été louées à la société chinoise sans préavis et qui ont réagi haut et fort pour demander au gouvernement de mettre un terme au projet de mine.

Le 27 novembre 2012, le gouvernement a donné l'ordre aux manifestants des environs de Latpadaung et Kyayzintaung, dans la région de Sagaing, de quitter les six campements de protestataires. Quand les manifestants ont refusé, la police anti-émeute a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Certaines informations non confirmées évoquent l'usage par la police a fait usage d'autres armes telles que des bombes incendiaires, ou des bombes au phosphore et même du napalm.

Près de 50 moines ont été sévèrement blessés et souffrent de brûlures graves.

A monk hospitalized with burn injuries. Photo from CJ Myanmar Facebook Page.

Un moine hospitalisé souffre de brûlures. Photo de la page Facebook de CJ Myanmar

Les internautes du Mynamar ont immédiatement condamné l'utilisation de la violence pour disperser une manifestation pacifique. Myo Set fait remarquer qu'aussitôt après la visite historique au Myanmar du Président des Etats Unis Barack Obama, le pouvoir a montré son vrai visage en traitant les manifestants et les dissidents comme il le fait:

Chère Hilary, en tant que citoyen birman, je me permets de vous informer que le gouvernement birman est actuellement en train de réprimer avec brutalité une manifestation de masse menée par les moines, les activistes et les agriculteurs contre les investissements chinois pour la construction d'une mine de cuivre au centre de la Birmanie, près de Monywa.

C'est la première réponse du gouvernement à la levée des sanctions qui pesaient sur la Birmanie par les Etats Unis.

Aucune négociation n'a été entreprise malgré les demandes des manifestants.

Ko Htike condamne [en birman] la duplicité du pouvoir :

La dégradation de la situation à Latpadaung était tout à fait prévisible et c'est intentionnellement qu'ils ont négligé de consulter le public.

Actuellement il est évident que les deux parties ne peuvent pas reculer. Le public n'a pas d'autre choix que d'avancer. Si la répression brutale se poursuit, la région de Latpadaung deviendra maudite.

La question pour Latpadaung est maintenant de savoir si U thein Sein leur jouera le même tour qu'au Barrage de Myit Sone ?

Le projet du Barrage de Myit Sone avait été suspendu par le gouvernement après la vigoureuse opposition des habitants. Mais les travaux de construction ont maintenant repris, selon certaines informations.

Lwin Aung Soe insiste auprès [en birman] du Président Thein Sein pour qu'il désamorce la tension qui règne dans la région :

Je demande instamment au Président U Thein Sein, supposé protéger le bien-être public, de satisfaire leurs demandes.

1) Tenir une conférence de presse sur la répression des campements de manifestants dès que possible.

2) User de votre autorité pour faire cesser les mauvais traitements et la répression contre les manifestants.

3) Trouver une solution acceptable pour tous en formant une commission issue du Parlement pour résoudre le problème de la mine de cuivre de Latpadaung dès que possible.

Quelques internautes comparent les méthodes employées par le pouvoir pour répondre aux manifestations contre la mine, aux méthodes employées pour les émeutes dans l'Etat Rakhine.

Phyoe Pyeat Min [en birman] :Quel courage! Leur courage est peut-être réservé aux locaux d'un même pays. Ils vénèrent les émeutiers dans l'Etat Rakhine. Les chiens de l'armée…

Rainy Casper [en birman] : Ils n'ont jamais utilisé de telles méthodes de répression pendant les émeutes que les locaux ont endurées. Maintenant, quelle manière de traiter les moines. Des animaux…

Maynadi Oo [en birman] : Dans l'intérêt de la Chine, leur cruauté dépasse tout ce que l'on peut imaginer. Où donc était ce Ministre de l'Intérieur pendant les émeutes de l'état Rakhine ???

Les émeutes qui ont opposé les Rohingya et les habitants de l'état Rakhine ont provoqué le déplacement de milliers de villageois. Le gouvernement a été critiqué pour son incapacité à mettre fin aux émeutes et résoudre le conflit.

La Présidence a publié un communiqué qui justifie sa décision de mettre fin à la manifestation pour maintenir l'état de droit et renforcer l'amitié entre la Chine et le Myanmar, ce qui s'est transformé en plaisanterie entre les internautes. Alex Rain affirme [en birman] que la manifestation s'est déroulée pacifiquement et n'a pas donné lieu à une émeute.

Une manifestation pacifique et une émeute ne sont pas la même chose.

La police a dû utiliser les armes pour venir à bout de l'émeute. Il est nécessaire d'utiliser la force pour empêcher les émeutiers de détruire les lieux publics… C'est pour assurer la tranquillité de tous.

Maintenant, ils brûlent des moines dans leur sommeil à 3h du matin et prétendent à cor et à cri que c'est pour préserver l'état de droit.

Quelques heures après avoir reçu d'innombrables commentaires hostiles au gouvernement, le même site a annoncé [en birman]  que le communiqué avait été révoqué et retiré.

Daw Aung San Suu Kyi est allée rencontrer les représentants de la société Wanbao et les habitants afin d'initier une négociaiton entre le gouvernement et les manifestants. Elle s'est adressée à tous et a accepté d'assister aux négociations.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site