Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arrestation de “La Maestra”, la puissante dirigeante syndicale mexicaine

Elba Esther Gordillo Morales, présidente du Syndicat National des Travailleurs de l'Éducation (“SNTE”) et personnage polémique de la scène politique mexicaine a été arrêtée ce mardi 26 février 2013 pour blanchiment d'argent.

Pendant plus de 20 ans, Elba Gordilla, alias “La Maestra” [“la Professeur”], a dirigé la SNTE, sans doute la plus grande organisation syndicale d'Amérique latine. “La Maestra” a également fondé Nueva Alianza, parti politique minoritaire qui, lors des élections de l'an dernier, a présenté Gabriel Quadri de la Torre comme candidat à la présidence de la République.

Elba Gordillo est accusée du délit fédéral “d'opérations avec des fonds d'origine illicite”, plus connu en français sous le nom de “blanchiment d'argent”, puni d'une amende et de 5 à 15 ans de prison. Son arrestation, ordonnée par l'autorité judiciaire, a eu lieu dans l'État de Mexico alors qu'Elba Gordillo débarquait à l'aéroport dans un avion privé en provenance des États-Unis.

Elba Esther Gordillo, imagen de Wikimedia Commons bajo licencia Creative Commons  (CC-BY-NC-ND)

Elba Esther Gordillo, image de Wikimedia Commons sous licence Creative Commons (CC-BY-NC-ND)

Le délit mentionné ci-dessus est considéré comme grave par la loi pénale mexicaine. Ceci signifie principalement que l'inculpée ne pourra pas obtenir de liberté conditionnelle sous caution pendant toute la durée du procès. Il n'est pas écarté que d'autres délits lui soient imputés par la commission, notamment celui de fraude fiscale, ou qu'elle fasse l'objet d'une enquête et soit jugée comme membre de la délinquance organisée, ce qui impliquerait des peines plus sévères.

Après son arrestation, Elba Gordillo a été internée au Centre de Détention Santa Martha Acatitla [espagnol] du District Fédéral.

L’évènement a suscité de nombreuses réactions au Mexique, que ce soit pour se réjouir ou pour exprimer un certain scepticisme.

Le journaliste Carlos Puig [espagnol] a ainsi décrit le pouvoir possédé par “La Maestra” depuis son arrivée à la tête du SNTE :

En 24 años la señora Gordillo creció, acumuló dinero y poder. Entendió que su fuerza dependía en buena manera de lo que consiguiera para sus agremiados y fue generosa: privilegios, cuidados, salarios, plazas. Allá adentro la adoraban. La hicieron lideresa para siempre y para todo. Se enfrentó a su partido con furia y cuando se hartó formó otro. Se aprovechó de los bisoños panistas y logró posiciones en el gobierno y una intervención directa en la elaboración de la política educativa.

Empezó a lucir sus riquezas, era público que vivía por temporadas en la zona más lujosa de San Diego; presumió sus gustos caros, la afición por los vuelos privados. Desestimó los sondeos que le decían que era un personaje poco querido. Que las encuestas la ponían en los últimos lugares de popularidad asociada con corrupción, cinismo.

Como había visto a Salinas, vio a Zedillo utilizar la fuerza del gobierno y la utilización de la PGR para borrar adversarios políticos pero no aprendió.

Ella se creyó inmune. Creyó que seguía tratando con panistas, tal vez. Y estiró y estiró la liga hasta que la rompió.

En 24 ans, l'importance de Madame Gordillo s'est accru, alors qu'elle amassait argent et pouvoir. Elle a compris que sa force dépendait essentiellement de ce qu'elle pourrait obtenir pour ses affiliés et elle a su être généreuse : privilèges, petites attentions, salaires, postes. Là-bas, ils l'adoraient. Ils en firent leur chef pour tout et pour toujours. Elle a violemment affronté son parti et quand elle s'est lassée, elle en a créé un autre. Elle a profité du peu d'expérience du PAN [Parti d'Action Nationale au pouvoir de 2000 à 2012] pour obtenir des postes au gouvernement et un rôle direct dans l'élaboration de la politique éducative.

Elle a commencé à faire étalage de ses richesses, il était de notoriété publique qu'elle passait une grande partie de l'année dans le quartier le plus luxueux de San Diego ; elle affichait ses goûts de luxe, sa passion pour les avions privés. Elle a ignoré les sondages révélant qu'elle était peu appréciée. Dans les enquêtes de popularité, elle figurait dans les dernières places, associée à la corruption, au cynisme.

Tout comme elle avait été témoin des actions de Salinas, elle a vu Zedillo utiliser la force du gouvernement et la PGR [ministère de la justice] pour éliminer ses adversaires politiques, sans en tirer de leçon.

Elle se croyait à l'abri. Peut-être a-t-elle cru qu'elle avait toujours affaire au PAN. Et elle a tiré sur la corde jusqu'à ce que celle-ci se rompe.

Quant au journaliste Carlos Loret de Mola, un des principaux détracteurs d'Elba Gordillo, il en dresse le portrait suivant :

La persona que más daño le ha hecho a la educación en México, la dirigente sindical que robó dinero de los maestros para enriquecerse, la mujer que quitó dinero de las aulas de los niños para beneficiarse personalmente, está tras las rejas.  Le llamarán “El Quinazo” del presidente Enrique Peña Nieto.

La personne qui a fait le plus de mal à l'éducation au Mexique, la dirigeante syndicale qui a volé l'argent des professeurs pour s'enrichir, la femme qui a privé les salles de classe des enfants d'argent pour son profit personnel est derrière les barreaux. On s'en souviendra comme du “Quinazo” du président Enrique Peña Nieto.

Pour comprendre cette déclaration, rappelons que le “Quinazo” fait référence à un épisode du début du sextennat du président Carlos Salinas de Gortari, en 1989, lorsque ce dernier fit arrêter un autre dirigeant syndical, Joaquín Hernández Galicia, surnommé “la Quina”.

Celui qui fut par deux fois candidat à la présidence de la République (et opposant véhément du régime actuel), Andrés Manuel López Obrador (@lopezobrador_), a décrit en ces termes l'arrestation de Mme Gordillo :

@lopezobrador: En busca de legitimidad el corrupto de EPN [Enrique Peña Nieto] recurre al quinazo contra su exsocia. Es afianzar el salinismo como política. Son otros tiempos.

Cherchant à asseoir sa légitimité, EPN [Enrique Peña Nieto] le corrompu a recours au quinazo contre son ex-acolyte. Il renforce le salinisme comme politique. Us d'un autre temps.

L'utilisatrice Claudia Flores Glz (@taller2006) abondait dans son sens :

@taller2006: Al final lo de la maestra #Elba es sólo un ajuste de cuentas, como se acostumbra en México.

Au final, cette histoire avec la maestra #Elba, c'est juste un règlement de comptes, comme toujours au Mexique.

L'universitaire Ciro Murayama a profité de l'occasion pour se moquer d'un des principaux journalistes du pays qui se trouvait alors à l'étranger, à la recherche d'un possible scoop à Rome :

@ciromurayama: López Dóriga, con su olfato periodístico, nos informa desde Roma lo que ocurrió en Toluca.

López Dóriga, avec son flair de journaliste, nous informe en direct de Rome des nouvelles de Toluca.

L'utilisateur Esteban Salinas (@probusmex) a rappelé l'objet central de ce type de délits : l'argent.

@probusmex: Bueno al fin detuvieron a Gordillo, espero que no pase lo que pasa siempre y se pierdan mágicamente esos miles de millones. Que los regrese!

Ils ont fini par arrêter Gordillo mais j’espère que, contrairement à ce qui se passe d'habitude, ces milliards ne vont pas disparaître comme par magie. Qu'ils soient restitués !

L'utilisateur surnommé Engaña Bobos (@luigif49) faisait remarquer que d'autres dirigeants syndicaux devraient partager le même destin que “La Maestra” :

@luigif49: Que bueno que Elba Esther Gordillo pague por ser tan RATA, pero ¿cuando caé Romero Deschamps, Martín Esparza y tantos igual de ladrones?.

Qu'Elba Esther Gordillo paie pour être une telle voleuse, voila une bonne nouvelle ! Mais à quand le tour de Romero Deschamps, Martín Esparza et tous ces autres profiteurs ?

Fernando Iglesias (@ELFERKING) en a profité pour exprimer sa joie suite à l'arrestation d'Elba Gordillo :

@ELFERKING: Detenciones como la de Elba Esther Gordillo me dan esperanza y me hace muy feliz, gente abusiva y ratera como ella y Deschamps deben pagar

Des arrestations comme celle d'Elba Esther Gordillo me remplissent d'espoir et de joie. Ces voleurs comme elle et Deschamps doivent payer pour leurs abus.

Le Dr. Miguel Carbonell (@MiguelCarbonell), chercheur et meneur d'opinion dans le domaine juridique au Mexique, notait :

@MiguelCarbonell: Al ser un proceso por delincuencia organizada los plazos se duplican. El juez tiene 6 días para dictar auto de formal prisión.

Comme il s'agit d'un procès pour délinquance organisée, les délais sont deux fois plus longs. Le juge dispose de 6 jours pour délivrer un mandat d'arrêt dans les formes.

Carbonell s'est également exprimé au sujet du centre pénitencier dans lequel Elba Gordillo a été placée :

@MiguelCarbonell: En el penal de Santa Martha Acatitla no se duerme con tanto comodidad como en San Diego, California. Ni modo. #Gordillo

Une chose est sûre : on ne dort pas aussi bien dans la prison de santa Martha Acatitla qu'à San Diego, Californie. #Gordillo

La nouvelle de l'arrestation d'une personne comme Elba Gordillo est un signe fort dans la société mexicaine, qui a subi pendant des décennies les pires outrages de la classe politiques et des pouvoirs de fait tels que le SNTE et autres syndicats. Les réactions vont certainement se poursuivre dans les prochains jours, mais le procès de “La Maestra” ne fait que commencer.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site