Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil: Lancement d'un nouveau parti mené par Marina Silva

Le mouvement mené depuis deux ans par l'ex-ministre de l'environnement Marina Silva, a été porté sur les fonds baptismaux à Brasilia le 16 février, sous le nom de Réseau de la Durabilité.

Quelques 1700 personnes, parmi lesquelles des militants, des fondateurs, et des idéologues, étaient présentes au lancement de ce Réseau qui souhaite être rapidement reconnu comme un véritable parti politique – même si l'idée est justement de ne pas être un parti politique conventionnel. Basé sur l'utilisation d'internet comme outil fondamental d'action politique et centré sur la question de la durabilité, l'objectif du Réseau est de rassembler, avant septembre 2013, les 500 000 signatures nécessaires à sa reconnaissance en tant que parti.

Brasília - A ex-senadora Marina Silva fala no lançamento de seu novo partido. Foto José Cruz/Agencia Brasil (CC BY 3.0)

Brasília – L'ex-sénatrice au lancement de son nouveau parti. Photo de José Cruz/Agencia Brasil (CC BY 3.0)

Ce mouvement s'est formé sur internet, dans la continuité de la campagne présidentielle de Marina Silva sur les réseaux sociaux en 2010. Aux élections qui ont suivi, elle a obtenu presque 20 millions de voix, sous la bannière du Parti des Verts (PV), ce qui lui a assuré la troisième place et a entraîné un second tour auquel le Parti des Travailleurs (PT) ne s'attendait pas, pensant remporter ce scrutin haut la main dès le premier tour, avec la victoire de Dilma Roussef.

La candidature de Marina Silva à la présidence de la République aux élections de 2014 dépend donc de la capacité de ce Réseau à exister en tant que nouveau parti avant octobre 2013, ce qui dépend non seulement des signatures recueillies, mais aussi de la publication de statuts [en portugais, comme les liens suivants] et de leur approbation par la justice électorale. Le Manifeste Politique qui tient sur cinq pages a été divulgué à l'occasion du lancement du Réseau de la Durabilité, et il est l’œuvre des idéologues et fondateurs, Heloísa Helena, João Paulo Capobianco et Walter Feldman.

Captura de ecrã do website http://brasilemrede.com.br/

Capture d'écran du site web BrasilEmRede.com.br

“Ni majorité, ni opposition”

Sur Internet, les commentaires qui ont fait suite à la nouvelle, dans leur ensemble peu favorables à l'initiative, critiquent le fait que le mouvement de Marina Silva se déclare “ni dans la majorité ni dans l'opposition”. Ce commentaire de Carlos Afonso Quintela da Silva est emblématique de cette position:

[A Rede de Sustentabilidade] Irá “pescar” aqui e ali afiliados nas outras legendas. Certamente os insatisfeitos. Ou seja mais uma legenda para reunir os oportunistas e deserdados pelos seus ex-correligionários. Vai ser a cara de tantos outros já existentes.

[Le Réseau de la Durabilité] Va partir “à la pêche” aux voix de militants d'autres partis. Certainement des insatisfaits. C'est donc un parti de plus qui réunira les opportunistes et ceux qui ne sont plus en odeur de sainteté dans leur propre parti. Copie conforme d'autres partis existants.

On peut cependant percevoir, que suite à l'émission Roda Viva du 18 février, dans laquelle Marina Silva a saisi l'opportunité d'éclaircir un certain nombre de points concernant le mouvement, et en particulier, celui de n'être “ni majorité, ni opposition”, les commentaires sur internet sont devenus plus équilibrés.

Roberto de Santana Conceição se fait l'écho de l'opinion d'une bonne partie des téléspectateurs qui ont vu l'interview et ont été impressionnés :

[…] Marina parabéns pela entrevista, já estava decepcionado de ser Brasileiro, de ser gente, acredite, sei do poder das palavras tão usadas pelos grandes líderes políticos e religiosos, mas senti que poso [sic] voltar a votar, espero não me decepcionar.

Mas não se esqueça, vivemos num Pais que a corrupção viro [sic] tradição e a batalha será árdua.

Marina, félicitations pour l'interview, las d'être Brésilien, d'être une personne, croyez-le, je connais le pouvoir des mots tellement rabâchés par les grands leaders politiques et religieux,  j'ai senti que je pouvais recommencer à voter, j'espère ne pas être déçu.

Mais ne l'oubliez pas, nous vivons dans un pays où la corruption est devenue une tradition et la bataille sera dure.

Adoptant un point de vue opposé à celui de la fondation du parti de Marina Silva, Amaro Doce fait part de l'observation suivante sur le Blog des Amis du Président Lula:

Nada decepciona mais nesse partido da Marina Silva do que a negação da luta política dos mais fracos e da pregação ao conformismo submisso aos mais fortes.

Rien ne déçoit davantage, dans ce parti de Marina Silva, que la négation de la lutte politique des plus faibles et le culte du conformisme soumis aux plus puissants.

Il fait ensuite mention du soutien déclaré par Maria Alice Setúbal, héritière et actionnaire de [la banque] Itaú et de Guilherme Leal (candidat à la vice-présidence sous la bannière de Marina en 2010 et propriétaire président de Natura) au mouvement Réseau de la Durabilité:

É a “utopia sonhática” do Itaú, da Globo, do bilionário neoliberal dono da Natura. É a sustentabilidade reacionária e conservadora. Os bilionários mandam, eles são os “sábios” conselheiros, orientadores e ideólogos de um hipotético governo, cuja REDE Marina se encarregaria de manter conectados os brasileiros, obedientes à ordem dominadora moldada por eles. Todos conformados, igual aos dominados no filme Matrix. Semelhante aos primeiros 502 anos da história do Brasil.

C'est “l'utopie chimérique” de l'Itaú, de Globo, du milliardaire néolibéral propriétaire de Natura. C'est la durabilité réactionnaire et conservatrice. Les milliardaires dirigent, ils sont les “sages” conseillers, guides et idéologues d'un gouvernement hypothétique, dont le RÉSEAU Marina aurait la charge de relayer le discours auprès des Brésiliens, obéissants à l'ordre dominateur par eux créé. Tous conformes, tels les dominés du film Matrix. Semblable aux 502 premières années de l'histoire du Brésil.

Suivant le même raisonnement, de renoncement à la lutte politique et aux idéaux socialistes, le commentaire de Sonia Maria de Gouveia en devient significatif :

O escritor Homero temia as imperfeições da palavra escrita, devemos, então, ter em mente o quão problemáticos são os textos escritos quando analisamos as ideias da ex-senadora e evangélica, de um lado ela tem um forte pé da nas ideais socialistas e favor dos pobres, de outro precisa cativar os jovens e pessoas sem ideologia comuns em nossa época, logo repudia sua formação socialista [em] prol do projeto pessoal de poder. A derrocada do socialismo apenas causou sofrimento ao mundo, no qual vemos a teoria da prosperidade obliterar qualquer preocupação social mais profunda.

Homère redoutait les imperfections de la parole écrite, nous devons, quant à nous, garder en tête combien peuvent être problématiques les textes écrits lorsque l'on analyse les idées de l'ex-sénatrice évangélique, d'un côté elle a un pied dans les idéaux socialistes, en faveur des pauvres, de l'autre elle a besoin d'attirer les jeunes et les personnes sans idéologies, communes à notre époque, alors elle sert son projet personnel d'accession au pouvoir, au détriment de sa formation socialiste. La chute du socialisme n'a apporté que de la souffrance à ce monde, dans lequel on peut voir la théorie de la prospérité prendre le pas sur toutes préoccupations sociales plus profondes.

Dans ces circonstances, Reinaldo Azevedo sur son blog édité par la revue Veja commente:

Neste [16 de fevereiro de 2013], [Marina Silva] reuniu os “marineiros” para dar largada à criação da legenda que não é nem oposição nem situação, mas “posição”; que não é nem pragmático nem utópico, mas “sonhático”… Estava no melhor da sua forma, e isso quer dizer, então, que ninguém entendeu quase nada do que ela disse, mas todos acharam genial

Aujourd'hui [le 16 février 2013], [Marina Silva] a réuni les “mariniers” pour lancer la création du parti qui n'est ni dans l'opposition ni dans la majorité, mais dans la “position”; qui n'est ni pragmatique ni utopique, mais “chimérique”… Elle était au meilleur de sa forme, et cela veut donc dire que personne n'a rien compris à ce qu'elle a dit, mais tout le monde l'a trouvée géniale

Parmi les phrases qui émaillaient le discours de Marina lors du lancement du Réseau, le blogueur relève la suivante:

  Estamos vivendo uma crise civilizatória e não temos o repertório necessário para enfrentá-la.

Nous sommes en train de vivre une crise de civilisation et nous ne disposons pas du répertoire nécessaire pour l'affronter.

Pour, ensuite, formuler une critique de son “caractère évidemment réactionnaire”:

Quando alguém diz que “vivemos uma crise e não temos repertório”, afirma, de modo oblíquo, que, nas crises passadas, o tal repertório existia. O que parece “progressista” no discurso de Marina é, no fim das contas, regressista. Ela tem saudade de um passado que nunca houve.

Lorsque quelqu'un dit que “nous traversons une crise et que nous ne disposons pas du répertoire”, il affirme, de manière détournée, que, lors des crises passées, le dit répertoire existait. Ce qui semble “progressiste” dans le discours de Marina, est en fin de compte, régressiste. Elle a la nostalgie d'un passé qui n'a jamais existé.

Registro Partido Rede, Cartório Venâncio 2000, Brasília DF. Foto de Luiz Alves no Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Enregistrement du Parti Réseau,  Étude de notaire Venâncio 2000, Brasília DF. Photo de Luiz Alves sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

D'un autre côté, adoptant une posture plus favorable à la constitution d'un nouveau parti, le blogueur Paulinho affirme:

[A]o contrario de muita gente, que acha um exagero 30 partidos políticos no Brasil, creio que deveria ter pelo menos o triplo, uma vez que nosso país hoje, passa de 200 milhões de habitantes, sendo que 80% deles, são eleitores, portanto não acredito que 30 partidos políticos, representam suficientemente todas as correntes de pensamento no país.

A l'inverse de beaucoup de gens qui trouvent exagéré le nombre de 30 partis politiques au Brésil, je crois qu'il devrait y en avoir le triple, puisque notre pays, aujourd'hui, dépasse les 200 millions d'habitants, dont 80 % sont électeurs, je ne crois donc pas que 30 partis politiques puissent représenter correctement tous les courants de pensées.

Il importe alors de rester attentifs à la suite des informations concernant la possible consolidation de ce Réseau en Parti – même si l'intention est de ne pas perdre ses caractéristiques de réseau. Y-a-t-il une chance pour que cela devienne un jalon dans la progression de la politique partisane brésilienne ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site