Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Cambodge, la première femme élue au parlement est aussi une pionnière des réseaux sociaux

[Tous les liens sont en anglais]. Dans la foulée de la journée internationale de la femme, nous vous invitons à découvrir Mu Sochua, la première femme à jamais avoir été élue au parlement cambodgien, et une des rares personnalités politiques au Cambodge à utiliser activement les médias sociaux.

Sochua souhaiterait faire des questions de la femme une priorité dans l'élaboration des lois et est connue pour son opposition au gouvernement du premier ministre Hun Sen.

Elle est d'ailleurs actuellement sous la menace de poursuites judiciaires menées par le gouvernement pour ses déclarations faites en 2009 dans lesquelles elle explique qu'elle portera plainte contre le premier ministre pour avoir ouvertement tenu des propos désobligeants et menaçants contre elle lors d'un discours prononcé au cours d'une visite dans la province de Kamptot, dans le sud ouest du Cambodge. Toujours est-il que la cour a rejeté la plainte de Sochua alors qu'elle acceptait celle qu'avait déposée son adversaire. Elle pourrait encourir une peine de prison si la Cour suprême décidait de maintenir sa condamnation pour diffamation à l'égard du premier ministre.

Mu Sochua à la rencontre de femmes lors d'une réunion dans une zone provinciale du Cambodge. Photographie provenant de la page Facebook de Sochua Mu.

Mu Sochua à la rencontre de femmes lors d'une réunion dans une zone provinciale du Cambodge. Photographie provenant de la page Facebook de Sochua Mu.

Malgré cette affaire, elle continue de vouloir atteindre ses objectifs politiques et le nombre croissant de « citoyens du net » ainsi que la montée des médias sociaux, qui, selon elle, permettent d'apporter de nouvelles idées et des points de vue différents en politique, la rendent optimiste. C'est au cours d'une interview faite par mail que Sochua nous fait part de sa vision de la politique et des médias sociaux.

1. Pour quelles raisons êtes-vous entrée en politique ?

Après avoir entendu madame Hilary Clinton quand elle était encore première dame parler des « droits de la femme au même titre que les droits de l'homme » et du pouvoir dont les femmes ont besoin pour mettre en place de véritables changements et avoir un statut plus important ; les femmes doivent prendre le pouvoir et se politiser. C'était lors de la 4ème conférence des femmes. Quand je suis rentrée de Beijing, je me suis vue proposer une place de conseillère auprès du premier ministre. J'ai alors rejoint un parti politique et suis toujours restée politiquement active depuis.

2. Quand avez-vous commencé à tenir un blog ? Comment gérez-vous votre emploi du temps ?

Voilà deux ans maintenant que j'ai une page Facebook et mon propre blog. Twitter est venu plus tard. Je consacre en moyenne deux heures quotidiennes aux réseaux sociaux, presque chaque jour de la semaine dans la mesure où je considère qu'il est important de communiquer directement avec ses fans et ses amis. Je trouve que c'est également une façon responsable de communiquer, puisque selon moi, la politique est une question personnelle. Généralement, je fais des recherches sur les problèmes que je mentionne. J'utilise même parfois mes propres photographies.

3. Vous êtes la seule personnalité politique à tenir un blog au Cambodge. Qu'est ce qui vous a poussé à le faire ?

Cela vient de mon intérêt pour les moyens de communication, la lecture, l'écriture et l'envie d'apprendre et de m'informer. Et, bien évidemment, de mon envie de gagner des voix électorales, et de promouvoir et soutenir mon parti politique.

4. L'utilisation des médias sociaux se développe au Cambodge. Dans quelle mesure contribuent-ils à votre travail dans le monde politique ?

Le public concerné est jeune, ce qui est très important ; les jeunes peuvent apporter une vision nouvelle de la politique et du développement. J'ai de bon retour et de nombreuses réponses de la part de la jeunesse, et particulièrement de la jeunesse locale. C'est très gratifiant et très encourageant. Je pense qu'il s'agit là d'un procédé démocratique, ouvert, loin de toute peur ou tentatives d'intimidation. Mais je reçois également des messages haineux, parfois très violents, avec de fausses accusations ; ceci étant dit, toute personnalité publique doit s'attendre à ce genre de choses.

5. Comment les médias sociaux peuvent-ils influencer le monde de la politique au Cambodge ?

Le phénomène devient de plus en plus important chaque jour. J'espère trouver de plus en plus d'amies et fans féminins. Je suis une femme politique connue, et le fait que des amis ou des fans communiquent avec moi est un signe que la politique change. Les médias sociaux apportent de nouvelles idées, des nouveaux points de vue, comme sur la question du développement. Plus d'idées, plus d'opinions, plus de différence apporte de la diversité et nous poussera à être plus tolérant. Quoi de mieux pour le Cambodge ?

6. Où vous voyez-vous dans cinq ans?

Toujours dans la politique et j'espère plus sage encore.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site