Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'alcool devrait-il être légalisé en Libye ?

Des internautes libyens débattent pour savoir si l'alcool devrait être autorisé dans le pays – après que plus de 50 personnes sont décédées [anglais, en] en buvant de l'alcool frelaté contenant du méthanol à Tripoli. Plus de 470 autres personnes [en] ont été emmenées à l'hôpital pour des soins, provoquant des débats passionnés sur une levée de l'interdiction à fins de réglementation, ce qui à son tour éviterait que se renouvellent des tragédies d'une telle ampleur.

Boire et vendre de l'alcool sont tous deux interdits en Libya mais une mixture brassée localement appelée bokha est vendue sur le marché noir. Selon le Libya Herald :

Les exemples de personnes décédant suite à l'ingestion de bokha, souvent distillée à partir de figues, ou devenant aveugles ne sont pas rares bien que rarement rapportés. Il y a eu de nombreux décès l'année dernière.

La bokha est parfois aditionnée de méthanol pour en augmenter la teneur en alcool.

Sur Twitter, Khadija Ali écrit [ar, arabe] :

إذا كان هناك أي شيء لنتعلمه من الحوادث المثيرة للقلق مع الكحول هو أننا لا يمكن أن نستمر في الهروب من مشاكلنا #ليبيا

@KhadijaMAli : Si il y a quelque chose que nous devons apprendre de ces incidents qui suscitent l'inquiétude concernant l'alcool est que nous ne pouvons pas continuer à fuir nos problèmes.

Nairouz dit :

كارثة التسمم والموت بسبب الكحول كارثه وطنية دفع ثمنها الغالي شباب وشابات فى مقتبل العمر #ليبيا

@Rouznai : La mort et l'empoisonnement dûs à l'alcool sont une tragédie nationale dont les jeunes hommes et femmes paient le prix.

Et Mohamed Mesrati ajoute :

@MohamedMesrati : Parmi les personnes qui sont décédées par l'alcool empoisonné en #Libye, des rebelles qui se sont battus contre Kadhafi durant la révolution ! Honte !

Des discussions en ligne portent sur le fait que des médecins ont refusé de traiter des patients parce que boire de l'alcool est non-islamique – et ceux qui en ont consommé méritent de mourir. À leur propos, Mojahed Bosify dit :

الاطباء الذين رفضوا معالجة متسممي الكحول هم اطباء الموت وعار على المهنة ويجب فصلهم طال الزمن او قصر..#ليبيا #طرابلس #كحول

@mojahedbosify : Les médecins qui ont refusé de traiter ceux qui ont été affectés par l'empoisonnement par l'alcool sont des docteurs de la mort et une honte pour la profession. Ils devraient être démis de leurs fonctions.

Rana Jawad ouvre une boîte de Pandore quand elle demande :

@Rana_J01 : Est-ce l'heure/y a-t-il une volonté sociale&politique de discuter ouvertement de la consommation d'alcool en #Libye ? Est-ce que légaliser éviterait les morts ? Discutons..

Suilman Ali Zway répond :

@ILPADRINO0 : L'Hypocrisie (qu'elle soit religieuse ou sociale) de notre société nous empêchera d'avoir un débat honnête et ouvert sur le sujet.

Et Mohamed Eljarh explique :

@Eljarh : La majorité en #Libye refusera toute forme de légalisation de la consommation d'alcool en #Libye, même ceux qui en consomment & et l'ont toujours fait.

Omar Mukhtar fournit une solution :

@Libyan_Republic : Légaliser l'alcool, le taxer et empêcher ces criminels de continuer leur commerce.

Le criminels auxquels il fait référence dans ce tweet sont les fabricants et colporteurs de cet alcool fait maison – la bokha.

Pour aller plus loin :

Mohamed Mesrati a publié un article en deux parties [en arabe] sur l'alcool en Libye le mois dernier dans le quotidien lybien en ligne Al Kaf, en arabe, qui est disponible ici et ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site