Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Panama : la loi sur la stérilisation condamnée par l'Église catholique

[Sauf mention contraire, les liens de ce billet renvoient vers des pages en espagnol.]

L'Assemblée nationale du Panama a approuvé le 28 février dernier une loi qui permet aux femmes de plus de 23 ans ayant deux enfants ou plus de choisir de se faire stériliser gratuitement.

La chaîne d'informations panaméenne TVN noticias explique sur son site internet :

En tanto el proyecto de ley 196 dispone que la esterilización femenina se hará ante una petición voluntaria de la mujer al médico tratante, por recomendación médica, en estado de emancipación, que tenga uno o más hijos, prueba de no embarazo certificada por una institución pública o por solicitud médica, de tutor o de la persona legalmente responsable de la mujer que tenga una enfermedad mental debidamente acreditada.

Le projet de loi 196 dispose que la stérilisation féminine se fera sur demande de la femme majeure et capable ayant déjà eu un ou plusieurs enfants à son médecin traitant, sur recommandation médicale. Elle devra présenter une preuve qu'elle n'est pas enceinte certifiée par un établissement public. La stérilisation pourra également se faire sur demande du médecin, du tuteur ou de la personne légalement responsable de la femme atteinte d'une maladie mentale reconnue.

L'Église catholique a réagi à cette loi en la personne de l'archevêque métropolitain José Domingo Ulloa qui a qualifié la mesure de “néfaste”. L'archevêque a également déclaré que cette loi menace le Panama d'un vieillissement de sa population, à l'image de beaucoup de nations européennes ayant pris des mesures similaires.

Les réactions de l'opinion publique panaméenne sont variées. Il y a d'un côté ceux qui pensent que la stérilisation est une décision individuelle de la femme et que l'Église n'a pas son mot à dire sur ce type de lois, tandis que d'autres expriment leur indignation face à cette loi “anti-vie”.

Ernesto Alvarado trouve que 23 ans c'est bien jeune, et ces femmes pourraient par la suite se repentir de leur décision. Dans Hora Cero, il écrit :

El Peligro que percibo es lo referente a la edad de la persona. En España 1 de cada 100 personas que se ha practicado la esterilización con fines anticonceptivos, busca su des esterilización, por las siguientes razones: cambio de pareja, muerte de los hijos, mejora situación médica o social o razones psicológicas.

Pour moi, le danger provient de l'âge de la personne. En Espagne, une personne sur mille ayant subi une stérilisation cherche à revenir sur l'opération pour des raisons diverses : nouveau partenaire, mort des enfants, meilleure situation sociale ou de santé ou encore raisons psychologiques.

 Catedral Metropolitana de la Ciudad de Panamá


Cathédrale Métropolitaine de la ville de Panama, photo Javier Volcan sur Flickr sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 2.0)

Pour Yohel Amat (@te_interesa), l'Église catholique ferait mieux de résoudre ses problèmes internes avant de donner son opinion sur la stérilisation :

@te_interesa: ¿Q hacen voceros católicos hablando en contra d la esterilización femenina voluntaria, cuando tienen “el rancho ardiendo”? #WTF #Panama

Pourquoi donc les porte-paroles catholiques viennent s'opposer à la stérilisation féminine volontaire alors que chez eux c'est le bazar ? #WTF #Panama

Pour Alfonso Grimaldo (@AlfonsoAGP) chacun est responsable des décisions qu'il considère correctes concernant son corps :

@AlfonsoAGP: Your body, your choice. Always. (Tu cuerpo, tu elección, siempre.) Ninguno de nosotros aceptaría que nos dijeran como vivir nuestras vidas.

Ton corps, ton choix. Toujours. Aucun d'entre nous n'accepterait que l'on nous dise comment vivre notre vie.

Xavier (@tortugaconqueso) demande à l'Église de ne pas imposer ses vues :

@tortugaconqueso: Mantengan sus visiones retrógradas de lo que debería ser la sociedad dentro de sus templos y lejos de la asamblea, por favor.

Gardez votre vision rétrograde de ce que devrait être la société à l'intérieur de vos églises et loin de l'assemblée, SVP.

Les avis sont partagés et il y aussi des chrétiens en faveur de la nouvelle loi, ce qui rend la réaction officielle de l'Église catholique plus confuse, comme le souligne Ana Loarraine J. (@analorrainej) :

@analorrainej: Yo no se uds pero yo veo hasta religiosos a favor de la ley, no entiendo la posición de Ulloa.

Je ne sais pas vous mais moi j'ai même vu des religieux en faveur de la loi. Je ne comprends pas la position de Ulloa.

La loi n'a pas encore reçu la signature présidentielle mais il semble que la voix de l'Église catholique sera écoutée : le Président de l'Assemblée nationale a promis de discuter de certains changements avec le Président Ricardo Martinelli, selon le journal La Critica :

Gálvez indicó que conversaría con el presidente Ricardo Martinelli para ver de qué manera se modificaban algunos temas que son de la objeción de la Iglesia católica.

Gálvez a déclaré qu'il parlerait au Président Ricardo Martinelli pour voir comment peuvent être changés quelques-uns des thèmes contre lesquels l'Église Catholique a émis des objections.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site