Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Italie: Impasse post-électorale, M5S et les jeunes

[Sauf mention contraire, les liens mènent vers des pages en italien.]

(Article d'origine publié en italien le 11 mars 2013)

Lors des élections générales des 24 et 25 Février [fr], le Mouvement 5 étoiles (M5S) [fr], créé par l'humoriste Beppe Grillo [fr] en 2009 à Florence et qui se présentait pour la première fois dans la course, a remporté 109 des 630 sièges au Parlement, y devenant le premier parti, et 54 de 315 sièges au Sénat. La surprise a été d'autant plus grande que les sondages ne le créditaient un mois avant le scrutin que de 18% à la Chambre et de 12,1% au Sénat. Les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans ce succès, conduisant à l'élection de beaucoup de jeunes et en donnant vie à l’un des plus jeunes parlements d'Europe.

Beppe Grillo, un comédien qui bloque la politique italienne. Photo de Fickr de Jaqen, via wikimedia.org

Beppe Grillo, le comédien qui bloque la politique italienne. Photo de Fickr de Jaqen, via wikimedia.org

Qui sont les électeurs du M5S, le parti de Grillo ?

Signalant un récent livre collectif Il Partito di Grillo, Il Mulino, [Le Parti de Grillo], Gabriele Ainis écrit sur son blog :

 ….M5S est né comme l'expression d'une gauche écologiste et libertaire, à laquelle se joignent des mouvements divers et variés – tout d'abord dans le domaine de l'écologie, mais aussi liés à des réalités purement locales, ensuite [plus tard ?] complétés et augmentés numériquement par le groupe. Jusqu'à ce qu'il devienne un ensemble agrégatif valable pour la droite aussi dès que l'instance anti-système (si on accepte l'expression, bien sûr, juste pour plus de clarté, leur slogan “Renvoyons-les tous chez eux.

De quels partis viennent les élus ?

http://www.youtube.com/watch?v=1W7kYcXJQPw

Selon la source choisie, l'origine politique des électeurs des “Grillini” semble assez variée. Commentant un billet de Elisa Gianni paru sur reset.it qui indiquait le PD (Parti démocrate) [fr], la Ligue du Nord [fr], et de l‘Idv (Italie des valeurs) [fr], Gianni Armani, écrit que:

Le succès de la liste inspirée par Beppe Grillo a été alimenté par 30% d'électeurs qui, lors des élections européennes de 2009, avaient choisi le centre-gauche (PD, IDV et autres), et 27% d'électeurs qui avaient choisi le centre-droit (PDL Ligue et autres). Pour Grillo, le plus grand bassin électoral reste l'abstention, égale à 37% de son électorat, c'est-à-dire une masse électorale de plus de trois millions de personnes. Les autres partis en dehors des grandes coalitions n'en ont obtenu que 6%. Dans le détail, le MouVement 5 étoiles a recueilli 11% en provenance du Parti démocrate,12% de l'Idv, 7% d'autres partis. Du bloc de centre-droit, 18% des électeurs de Grillo sont venus du PDL, 8% de la Ligue, 1% d'autres parti. Qui croire ?

Les zones du plus grand succès
Géographiquement, le succès de la liste atteint 53,17% dans la municipalité d'Exilles [fr] à Alta Val di Susa [fr] où les manifestations “No TAV” [fr] ne semblent pas s’être apaisées. Au niveau régional, M5S enregistre des pourcentages qui atteignent, voire dépassent, les 33% en Ligure (32,1%), Sardaigne (33,7%), Marche (32,1%), Sicile (32,7%).

Quelles ont été les motivations? 

Les raisons de ce grand succès de M5S semblent être similaires à celles qui ont poussé des milliers de jeunes dans le mouvement #Occupy – bien sûr avec l'ajout de quelque chose d'autre typiquement italien. En voici quelques exemples.

Le manque de confiance dans les institutions. Sur le Blog clandestinoweb.com on peut lire:

Nul n'est épargné: Les institutions italiennes ne convainquent plus, pas même le Quirinal, qui a toujours représenté avec le Président Giorgio Napolitano, une garantie constante pour les italiens. Des extraits du prochain rapport sur l'Italie que présentera Eurispes le31 janvier prochain, la vision qui s'en dégage est claire: par rapport aux pourcentages enregistrés l'année dernière, la baisse a été forte tant pour le chef de l'Etat que pour le Vatican.

Le parachutage électoral. Luciano écrit sur ​​le site ilbombarolo.it,:

Une analyse juste, et comme je l'ai mentionné à un ami du PD de Septimo, avant les élections, la défaite était prévisible comme M. Bersani a parachuté des gens qui n'ont rien à voir avec la réalité locale et il a mis sur la liste des personnes comme Mme Bindi qui avaient déjà eu trop de mandats ! Ainsi, on ne doit pas  imputer la faute aux sections locales!

La caste qui s’autodétruit. Marianna De Palma rappelait déjà  en octobre 2012, sur le blog internetepolitica.blogosfere.it, une triste réalité italienne:

Pour prendre une décision sur la loi contre la corruption – qui semble prochaine – il y aura également 100 députés accusés, condamnés ou auteurs de délits prescrits. Est-il normal pour les Italiens d'avoir des députés comme ça?

Carmine Gazzanni écrit sur l’infiltrato.it blog :

Des enfants, des épouses, des maris, des petits-enfants. En faisant défiler les noms des candidats (certains officiels, d'autres, officieux) pour les élections politiques, nous restons sceptiques devant le nombre de parents d'anciens députés. Souvent, il y a juste une substitution: le père sort, le fils entre.

Une gérontocratie accrochée aux commandes. En Septembre 2012, luna_rossa a écrit sur le site nuovaresistenza.org:

Au Parlement, par exemple, l'âge moyen des députés est de 54 ans et celui des sénateurs 57, et même dans les universités, où on aurait du s'attendre à trouver plus d'espace pour les jeunes, l'âge moyen des professeurs se situe autour de 63 ans.

Citant les résultats d'une étude du député Peduca, en septembre 2012, l'idéaliste.it écrivait:

Il y a des gens – note Pedica – qui siègent au Parlement depuis des décennies. Une longue liste de gens qui vantent un minimum de 16 ans à un maximum de près de 40 ans de présence à la Chambre et au Sénat.

Logo del Movimento 5 Stelle

Logo du MouVement 5 Étoiles

Il est vrai, cependant, que les troupes de Grillo ont permis de rajeunir au maximum le Parlement, comme l'a souligné sa page Facebook:

 Le tsunami qui a balayé la politique italienne a anéanti un des parlements en Europe avec la moyenne d'age la plus élevée (55 ans en moyenne), en y faisant entrer les députés les plus jeunes du monde occidental et de toute l'histoire de la République. L'âge moyen dans la Chambre des députés et au Sénat, est de 48 ans, inférieure non seulement à celle des pays de l'UE, mais aussi à celle des États-Unis, tous avec une moyenne d'âge supérieure à 50 ans. … Le groupe parlementaire du MouVement 5 Étoiles est aussi le groupe avec le plus fort pourcentage de diplômés universitaires: 88%, le PD étant au fond avec 67% comme la Lega avec 40%.


Éthique ppolitique à 5 étoiles et impasse institutionnelle

Les élus de M5S doivent continuer à respecter un Code de conduite signé individuellement avec Grillo, qui précise, entre autres :

La création de deux “groupes de communication”, une pour la Chambre des députéset l'autre pour le Sénat, sera définie par Beppe Grillo en termes d'organisation, des outils et de choix des membres, dans le but d'assurer une gestion coordonnée et professionnelle de la communication, ainsi que pour éviter une dispersion des ressources disponibles à cet effet. Chaque groupe aura un coordinateur chargé d'interagir avec le site et le blog national M5S de Beppe Grillo.

Les députés M5S doivent également obéir à des ordres venus de l'extérieur aux chambres: formellement Beppe Grillo n'était présent dans aucune des listes et il est donc en dehors du cadre institutionnel. Pire encore, il refuse de répondre aux questions que beaucoup d'Italiens (et les observateurs extérieurs) se posent, il nie toute coopération avec d'autres forces politiques et il insiste sur le fait que la réponse des urnes “ne peut pas laisser indifférents.” En effet, le comédien a déclaré dans une interview avec Lucio Cristino sur YouTube:

Notre objectif est 100 pour cent [des suffrages]- dit-il – ensuite nous dissolvons le mouvement. Et il s'auto-reproche : “terroriste, populiste” “nous ne sommes pas comme eux, nous ne faisons pas de politique” …

C'est ce qui explique pourquoi Grillo voudrait l'abolition de l’article 67 de la Constitution [fr] qui stipule que chaque membre du Parlement représente la Nation et exerce ses fonctions sans mandat impératif. Légitimement, de nombreux italiens se demandent aussi quel est le rôle de Gianroberto Casaleggio, le “gourou” qui semble être derrière le MouVement. Dans une vidéo – enquête sur Youtube, Antonio Amorosi écrit:

Pouvoir, argent et techniques de manipulation d'entreprise au sein du MouVement 5 étoiles 
 
. C'est Casaleggio d'après tous les militants expulsés. Mais le passé du “gourou” de Grillo est peu connu.

Compte tenu de l'impasse politique actuelle et le cadre institutionnel, en plus du chaos économique et social “habituel”, il y a cette question que se pose tant de monde: quand les citoyens pourront-il avoir des réponses claires aux nombreuses questions que le succès de Grillo & Cie suscite dans l'opinion italienne (et du monde) ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site