Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les hackers dans la cité arabe : Hackers, Fab lab et tech au bord du Nil

Sabine est journaliste, Ophelia photographe et vidéaste : toutes deux ont émergé de la pépinière du site OWNI (l'un des partenaires de Global Voices) et tournent actuellement une web documentaire sur “Les hackers dans la cité arabe” sur la technologie,  les applications, les hack labs et les makers spaces, qui s'inventent au Maghreb et au Moyen Orient actuellement.

Ophelia Noor (à gauche) et Sabine Blanc (à droite)

A l'heure où débute le Forum Social Mondial à Tunis, où elles seront présentes, elles veulent souligner que le “hacking” cette philosophie de geeks plutôt privilégiés en Occident, est de l'autre côté de la Méditerranée un enfant des révolutions, un élan tout nouveau et très utile vers des pratiques collaboratives et des innovations, des lieux ouverts à tous,. Nous publions avec leur accord en trois langues (arabe, français, anglais), leur carnet de route et de rencontres avec les jeunes développeurs du “libre” en Algérie, Egypte, Tunisie, Liban, Irak. Avec, pour débuter cette série, un entretien audio avec Mahmoud El-Safti, qui a ouvert un hacker space à Guizeh, en Egypte.

 Mahmoud El-Safti : un hackerspace à Guizeh

Mahmoud el Safty (Photo Ophélia Noor, reproduite avec son autorisation)

Mahmoud el Safty (Photo Ophélia Noor, reproduite avec son autorisation)

Mahmoud El-Safty a co-fondé le hackerspace de Gizeh et fab lab Egypt, le premier du pays, qui cohabitent dans les mêmes locaux à Gizeh, en banlieue du Caire. Ce jeune ingénieur au rire solide nous a fait part de sa foi dans les hackerspaces/makerspaces. Ci-dessous se trouve le podcast de l'entretien. La traduction en français se trouve après le podcast:

hackers

Avoir des hackerspaces et des makerspaces où les gens peuvent acquérir une expérience pratique, partager des connaissances et mettre en œuvre leurs savoirs théoriques aura un impact fort sur la société et aussi sur le système éducatif et changera l’état d’esprit des personnes. Quand les gens collaborent dans une ambiance fun, se réunissent non pas pour préparer des examens mais pour bosser sur des projets qui les passionnent, qui les intéressent, ils vont bien entendu les faire du mieux qu’ils peuvent. Plus tard, beaucoup des projets sortis de ces lieux seront des produits et des start-up. Il existe de nombreux logiciels et du hardware open source sur le marché qui sont issus des hackerspaces et makerspaces.

Texte et son : Sabine Blanc

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site