Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Commémoration du dixième anniversaire de la guerre en Irak

La semaine dernière, se célébrait le dixième anniversaire de la guerre en Irak, lancée par l'administration de George W. Bush dans le cadre de son combat contre le terrorisme. À cette occasion, de nombreux journalistes et analystes ont fait le point sur les restes de ce conflit ayant officiellement cessé le 18 décembre 2011.

Une dette de plusieurs milliards de dollars, des centaines de milliers de morts, le manque d'éléments prouvant l'utilisation d'armes de destruction massive et une insurrection qui crée aujourd'hui encore de graves problèmes de sécurité en Irak : voilà une situation que beaucoup d'analystes considèrent comme le vestige de la guerre. Certains soutiennent la cause défendue par la Maison-Blanche en 2003 en affirmant que si Saddam Hussein n'avait pas été exécuté, les États-Unis auraient à affronter l'Irak et l'Iran. Cependant, une étude espagnole [es] montre que plus la moitié des Américains considèrent que la guerre en Irak était une erreur, alors que 70 % se montraient en faveur de celle-ci au cours des mois qui ont suivi les attaques lancées sur le sol irakien en 2003.

Quelques blogs, comme Madres Contra la Guerra [es] [Mères contre la guerre] ont entrepris d'évaluer les résultats de la guerre en proposant par exemple un profil clinique des soldats portoricains :

Controversial speech by George W. Bush, declaring the retreat of troops from Iraq. The famous sign "Mission accomplished" was hanging from the aircraft carrier. By then, the war was ongoing. Image taken from a video on YouTube.

Discours controversé de George W. Bush, déclarant le retrait des troupes d’Irak. La célèbre pancarte « Mission accomplie » était accrochée sur le porte-avions, alors que la guerre se poursuivait. Image tirée d’une vidéo sur YouTube.

El costo para la salud física y emocional es terrible: once de cada 100 militares están mutilados, 40% de ellos con el terrible diagnóstico de trauma cerebral severo (traumatic brain injury), condición que no se puede atender en el Hospital de Veteranos por Puerto Rico, pues no tiene una sala de trauma. Familias enteras han tenido que trasladarse a Estados Unidos para alguno de los Hospitales de Veteranos que  pueda atender esa condición.  Alrededor de 40 % de los militares ya han sido diagnosticado con una condición de salud mental, particularmente el trastorno de estrés post traumático.  En Puerto Rico hay 2,000 veteranos sin techo (Censo, 2010).  Muchos de los militares están desempleados, al tratar de volver a la vida de civil.

Le coût pour la santé physique et émotionnelle est terrible : onze militaires sur 100 sont mutilés, 40 pour cent d'entre eux ont été victimes d'un sévère traumatisme cérébral, un état qui ne peut être pris en charge par l'Hôpital des Vétérans de Puerto Rico puisque celui-ci ne possède pas d'unité traumatologique. Des familles entières ont du partir aux États-Unis pour rejoindre des hôpitaux pouvant les traiter. Environ 40 pour cent des soldats ont déjà été diagnostiqués avec un état mental inquiétant, en particulier avec un état de stress post-traumatique. Il y a 2 000 vétérans sans abri à Puerto Rico (d'après les chiffres de 2010) et beaucoup de militaires ne trouvent pas d'emploi lorsqu'ils tentent de retourner à la vie civile.

Le désaccord avec la guerre est exprimé dans certains tweets, aussi bien par des personnalités latino-américaines que des personnes d'autres horizons. Tel est le cas du présentateur de Noticias Univisión Jorge Ramos (@jorgeramosnews), qui écrivait :

@jorgeramosnews: En Irak ya es 20 de marzo, el 10 aniversario de la guerra que se inventó George W.Bush,con miles de muertos y sin armas de destruccion [sic] masiva

@jorgeramosnews : En Irak, c'est déjà le 20 mars, le dixième anniversaire de la guerre inventée par George W. Bush, avec des milliers de morts et sans armes de destruction massive.

Man Castro (@esmudiense) partage une photo des ex-présidents George W. Bush, Tony Blair (Royaume-Uni) et José María Aznar (Espagne) lorsque ces derniers ont uni leurs forces pour envoyer des troupes sur le sol irakien.

@esmudiense: En el aniversario d la guerra de Irak, una foto repugnante, el trío de las Azores y memoria para un millón de muertos pic.twitter.com/Lc0Sf8rM5I

@esmudiense : A l'occasion de l'anniversaire de la guerre en Irak, une photo répugnante, le trio des Açores, et souvenir d'un million de morts pic.twitter.com/Lc0Sf8rM5I

D'autres ont ouvertement exprimé leur répugnance par rapport au Parti Populaire espagnol (PP), qui, avec Aznar a sa tête, a déployé ses propres forces armées en Irak. C'est ainsi que borbonesmamones (@borbonesmamones) l'exprime :

@borbonesmamones: Acaba d terminar el aniversario dl 11M y no soporto ver a esos peperos homenajeando a las víctimas q ellos provocaron tras la guerra d Irak.

@borbonesmamones [es]: On vient de commémorer l'anniversaire de l'attentat du 11 mars 2004 et je ne supporte pas de voir les membres du PP honorer les victimes qu'ils ont eux même provoquées avec la guerre d'Irak.

De même, la guerre en Irak a mis a découvert des violations de droits de l'homme par les forces armées américaines. L'un des cas les plus ignobles est celui de la prison d’Abu Ghraib [es] à Bagdad, où les prisonniers ont subi diverses formes de tortures physiques, psychologiques et sexuelles. Par ailleurs, la question du sort des détenus de Guantánamo [en] est toujours d’actualité : le 4 mars dernier, ceux-ci entamaient une grève de la faim contre les représailles présumées des officiers militaires.

*Photo de couverture extraite de bloodforoil.org, publiée sous licence CC BY-NC-2.5.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site