Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'innovation en Afrique récompensée lors du concours Apps4Africa

Le projet nigérien Prowork est l'un des trois lauréats de l'édition 2012 du Apps4Africa Business Challenge, un programme de financement de projets innovateurs, de start-ups et d'entreprises en Afrique.

Prowork est un outil de gestion de projet et de collaboration en temps réel s'adressant aux entreprises et visant à permettre à ces dernières de travailler plus aisément en équipe au moyen de plateformes mobiles (téléphones compatibles Blackberry, Android et Java), Web et d'API. Quelques instants après avoir remporté le prix Apps4Africa, Francis Onwumere (FO), co-fondateur de la société, a partagé avec nous ses réflexions sur Prowork, l'innovation technique en Afrique ainsi que sur les moyens les plus adéquats de faire face au manque d'infrastructures au Nigéria.

Nwachukwu Egbunike (NE) : Vous êtes l'un des trois lauréats du concours Apps4Africa. Dans quel état d'esprit vous trouvez-vous ?

FO : Nous sommes très heureux et nous tenons à remercier chaleureusement tous ceux qui ont permis d'arriver à ce résultat.

NE : Qu'est-ce que Prowork ? Quand et comment ce projet a-t-il débuté ?

FO : Prowork est une solution mobile de gestion de projets de qualité professionnelle développée pour les entreprises. Elle ressemble à Sharepoint de Microsoft ou à Basecamp mais elle est mobile, plus conviviale, plus puissante et permet une collaboration en temps réel et partout. Prowork est disponible sur les dispositifs mobiles, via le Web, par SMS et via une API robuste qui permet aux développeurs d'ajouter de nouvelles fonctionnalités.

En 2009, j'ai commencé à travailler avec Ope et Namzo, avec qui nous proposions des activités de consultation informatique. Nous utilisions plusieurs outils de collaboration en ligne mais cela ne fonctionnait pas comme nous le voulions. Nous avons ensuite découvert que nous n'étions pas les seuls dans cette situation. De nombreuses entreprises étaient confrontées aux mêmes problèmes de productivité et s'en remettait à l’improvisation en matière de gestion de projet et de collaboration.

Prowork résout ce problème en offrant l’efficacité de la gestion de projet et de la collaboration sur une même plateforme et en la rendant mobile de manière que la gestion se fasse à l’endroit même où le projet se déroule. Nous avons construit un prototype à l'occasion du week-end des start-ups, qui s'est tenu à Lagos, et nous nous sommes constitués en société en juin 2012.

NE : En quoi consiste son caractère unique parmi les nombreuses applications développées chaque jour sur le continent ?

FO : Nous travaillons à résoudre un problème pertinent au même titre que les autres lauréats de cette compétition. La valeur proposée par ces produits technologiques doit répondre aux besoins des gens et des entreprises. En Afrique, beaucoup de start-ups travaillent à résoudre des problèmes et des compétitions comme Apps4Africa contribuent à leur donner un coup de pouce et à les mettre en avant. Nous verrons d'autres solutions uniques sortir du lot lors des prochaines compétitions.

NE : L'innovation est-elle l'avenir de l'Afrique ?

(L'équipe Prowork) de gauche à droite : Ope, Francis et Namzo

L'équipe de Prowork, de gauche à droite : Ope, Francis et Namzo. Photo reproduite avec l'autorisation de Francis Onwumere

L'innovation technologique constitue l'avenir du monde entier. Elle présente toutefois une chance spéciale pour l'Afrique en lui permettant de combler le fossé séparant le continent des pays industrialisés. De nos jours, la technologie modèle notre quotidien à bien des égards et l'industrie profite de la technologie, ce qui offre des perspectives considérables en matière d’innovation.

 

NE : On entend parfois que les acteurs du secteur technologique africain clonent ou imitent des outils déjà développés dans les pays occidentaux plus qu’ils innovent. Qu'en pensez-vous ?

FO : Répondre par oui ou par non à cette affirmation n'est pas si simple. L'éducation, qu'elle soit formelle ou informelle, ouvre la voie à la créativité, ce qui explique que les pays occidentaux et les pays africains ont énormément de choses à apprendre les uns des autres.

NE : Comment se fait-il qu'il soit si difficile pour les entrepreneurs africains de transformer leurs applications en activités viables ?

FO : Dans la plupart de nos cursus, il n'y a pas de formation ou de tutorat pour développer le potentiel entrepreneurial des étudiants. Une stratégie basée sur des erreurs et des essais successifs ne permet pas d'aller très loin. Il est indispensable que les personnes expérimentées accompagnent les entrepreneurs du secteur technologique du continent.

NE : Quels sont, à vos yeux, les principaux avantages et inconvénients à mettre en place une équipe de professionnels nigériens du secteur technologique ?

FO : Un entrepreneur qui tient à faire les choses bien, constitue une équipe avec des personnes en qui il a confiance, qui travaillent dur, ont des intérêts et des ambitions en commun – bref des amis. Sans amitié, les équipes se disloquent à la fin du parcours.

NE : Les infrastructures sont le point faible du développement au Nigéria. Cela a-t-il affecté fortement Prowork ?

FO : Le développement de sociétés technologiques peut s'avérer extrêmement coûteux et frustrant au Nigéria en raison du décalage au niveau des infrastructures. Malgré cela, le marché possède un immense potentiel en termes de retour sur investissement capable de réduire les risques. Chez Prowork, nous examinons les stratégies permettant de contourner les obstacles liés au manque d'infrastructures dans notre environnement de travail. Il faut être persévérant et tenace, mais cela vaut la peine.

NE : Comment les gouvernements africains peuvent-ils encourager l'innovation ?

FO : Nous avons plus que jamais besoin d'améliorer les infrastructures et l'éducation. Chaque gouvernement doit prendre au sérieux l'entrepreneuriat en créant un climat propice aux affaires pour les entrepreneurs locaux prometteurs.

NE : Quels sont vos projets après avoir gagné cette reconnaissance et ce prix ?

FO : Prowork va tirer le maximum de ce prix, de la somme gagnée et du tutorat proposé afin de favoriser l'adoption de notre application parmi les entreprises africaines.

NE : Pouvez-vous donner un conseil aux entrepreneurs de demain du secteur technologique africain ?

FO : Visez l'excellence, collaborez et ne baissez pas les bras. Rêvez, afin que la réalité puisse dépasser vos rêves.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site