Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Global Voices condamne la détention de blogueurs

La communauté Global Voices, composée de blogueurs, écrivains et activistes de plus de 100 pays, souhaite exprimer ses préoccupations au sujet de l'état actuel de la liberté d'expression en ligne au Bangladesh.

Lundi 1er avril, la Division des Enquêtes de la Police Nationale a maintenu en détention trois blogueurs à Dacca : Rasel Parvez, Mashiur Rahman Biplob et Subrata Adhikari Shuvo. Mercredi, la police a retenu Asif Mohiuddin, un autre blogueur et le Ministre de l'intérieur a révélé que sept autres blogueurs seraient arrêtés dans les jours à venir. Ces hommes ont été accusés de déshonorer l'islam et le prophète Mahomet sur leurs blogs. Quelques jours avant ces détentions, divers groupes fondamentalistes avaient lancé des menaces contre les blogueurs et des utilisateurs de Facebook ayant fait des remarques désobligeantes sur l'islam et le prophète Mahomet ; plusieurs blogs ont été fermés par les autorités pour des raisons similaires. Le 31 mars, des représentants des dignitaires musulmans conservateurs ont soumis [anglais, en] une liste de 84 blogueurs à une commission formée par le Ministre de l'intérieur, accusant les blogueurs d'athéisme et d'écriture contre l'islam.

The three three anti-Islamic bloggers stand with computers and police in the capital. Image by Rehman Asad. Copyright Demotix (2/4/2013)

Les trois blogueurs avec leurs ordinateurs et la police à Dacca. Image de Rehman Asad. Copyright Demotix (02/04/2013)

Global Voices souhaite condamner ces actes et rappelle au gouvernement du Bangladesh ses engagements en faveur de l'expression libre en ligne :
L'Article 39 (1, 2) du Chapitre-3 de la constitution [PDF, en] du Bangladesh garantit la “liberté d'opinion et de conscience, et d'expression”, à l'exception de “restrictions raisonnables imposées par la loi”. Le Bangladesh est une démocratie parlementaire non-religieuse ; si une personne déclare être athée, elle a les mêmes droits que tout autre citoyen.

En 2000, le Bangladesh a ratifié le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, réaffirmant ainsi son engagement en faveur de l'expression libre selon l'Article 19 du Pacte, qui garantit à tous les peuples le droit de “ne pas être inquiété pour ses opinions” et le droit à la liberté d'expression. Il souligne que ce droit devrait inclure “la liberté de rechercher, de recevoir et de diffuser des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières…”.

Nous pensons que l'équilibre est fragile entre satire, critique, et insulte à la religion. Les blogueurs détenus devraient se voir garantir une assistance juridique pour défendre leur position.
Notre communauté considère que les droits à la liberté d'expression des blogueurs détenus sont injustement violés. De plus, comme il est reconnu que la liberté d'expression ne peut pas être assurée si des individus ne se sentent pas libres de s'exprimer sans peur de représailles, nous nous inquiétons du fait que les droits de ceux qui ont été inscrits sur la liste noire soient aussi menacés, alors qu'ils ont certainement peur de représailles pour leurs idées en ce moment.

Global Voices est vivement préoccupé par ces menaces croissantes au Bangladesh. Nous appelons à la libération immédiate des blogueurs détenus et exhortons les acteurs gouvernementaux à tenir leurs engagements envers la loi nationale et la doctrine internationale sur les droits humains.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site