Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Kirghizistan va-t-il interdire aux filles de quitter le pays ?

Une députée du parlement kirghize a proposé un nouveau projet de décret visant à interdire aux filles de moins de 23 ans de quitter le pays sans le consentement de leurs parents. Yrgal Kadyralieva appelle le décret qu’elle essaie de faire passer « Sapargul », d'après une jeune femme migrante qui a subi une attaque « patriotique » scandaleuse en Russie, attaque déclenchée par ses compatriotes masculins ; une tendance analysée par Global Voices en juin dernier.

Mais le décret qui vise à empêcher les jeunes femmes kirghizes travaillant à l'étranger de devenir « esclaves sexuelles » a fait l'objet de vives critiques. Les groupes de défense des droits de l’homme accusent le décret de limiter la liberté de circulation, garantie par la constitution.

L'Initiative des féministes de Bichkek décrit dans cette image détournée le décret de la députée Kadyralieva (à droite) comme paternaliste et gênant. Texte : ‘Hé, où tu vas ?’

« Sauvons les filles d'un avenir incertain »

Le 4 mars, le site web de nouvelles locales, kloop.kg, a publié [en russe, ru] un entretien avec la députée, au sujet de cette initiative législative. L'interview s'est avérée être parmi les matériaux les plus lus sur la plateforme d'information le mois dernier, suscitant des vidéo-débats [en russe] citoyens sur le sujet. L'une des raisons pour lesquelles l'interview est devenue si populaire est le dialogue très franc entre Kadyralieva et Zarema Sultanbekova, une jeune journaliste qui fait partie du groupe d’âge que le décret controversé vise à protéger. A plusieurs reprises, durant l’interview, la passion de Kadyralieva semblait bouillonner [en russe] hors de contrôle :

Я горю! Мне стыдно за этих девушек.

Зарема, мы хотим или нет — мы рожаем нацию! Богатырей или депутатов! Мужчины не рожают!

Je brûle [de colère]! Je suis gênée pour ces filles.

Zarema, nous donnons naissance à la nation – que nous le voulions ou non! [Nous] donnons naissance à des héros et à des députés ! Les hommes ne donnent pas naissance !

Kydyralieva a également révélé combien il avait été difficile, en tant que jeune femme, de rédiger cette initiative législative. La législatrice n'a que huit ans de plus que les filles auxquelles on pourrait interdire de quitter le pays selon le décret. Elle travaille dans un parlement dominé par les hommes où les aksakals (anciens) lui disent, sans cesse, de « se taire » et les chefs du parti l'accusent de ne chercher qu’à se mettre avant par cette initiative.

Une lectrice de Kloop, Aizhan Rakhmanova, a salué [ru] le courage  de Kadyralieva, qui aborde les réalités de la vie des jeunes migrantes en Russie : 

я полностью согласна с ней,потому что сама живу за границей и вижу что твориться с девушками.Она женщина мужественная,и спасает девушек от непонятного будущего.

Je suis tout à fait d'accord avec [Kadyralieva], je vis à l'étranger et je vois ce qui se passe avec ces filles. Elle est une femme courageuse qui sauver les filles d'un avenir incertain.

Pourtant, certains lecteurs qui soutiennent cette initiative législative semblent utiliser les mêmes arguments virulents, motivés par l'honneur et nationalistes que les patriotes qui ont brutalement attaqué Sapargul utilisaient pour justifier leurs agressions contre les jeunes femmes kirghizes, soupçonnées de se livrer à la prostitution dans les villes russesUlanbek, par exemple, a écrit [ru] :

Абсолютно Правильный Законопроект надо принять!!!Прочитал некоторые высказывания «Дермократов,АДВОКАТОВ» которым кажется что нарушаются гендерные права женщин,и хочу предложить задать себе вопрос «ТЫ согласен чтобы твою дочь,сестренку [воспринимали] как проститутку???»!!!!

«ДЕВУШКИ» у которых «НАРУШАЮТСЯ» права,извините что выражаюсь грубо в праздник,»ТЫ можешь заниматься проституцией сколько Тебе угодно и за сколько Тебе угодно бери хоть по рублю с клиента» НО ТОЛЬКО ПРИМИ ГРАЖДАНСТВО ДРУГОЙ СТРАНЫ НЕ ПОРОЧЬ МОЮ СТРАНУ КЫРГЫЗСТАН!!!

C’est un projet de loi tout à fait correct qui devrait être adopté ! J'ai lu certains des commentaires des « défenseurs de la démocratie » qui pensent que les droits [des femmes] seraient violés [si la loi était adoptée] et je voudrais leur demander: « Que diriez-vous si votre fille ou votre sœur était traitée comme une prostituée ? »

Les filles, dont les droits sont « violés », excusez-moi de parler franchement [pendant la Journée internationale de la femme :] Vous pouvez pratiquer la prostitution, autant que vous le désirez et vous pouvez faire payer vos clients autant que vous le souhaitez – MAIS DEMANDEZ LA CITOYENNETÉ D'UN AUTRE PAYS ET N’APPORTEZ PAS LA HONTE SUR MON PAYS, LE KIRGHIZISTAN !

« Ce n’est pas de l'inégalité entre les sexes ? »

Elena a fait remarquer [ru] que les lois qui s'appliquent aux femmes devraient s'appliquer aux hommes aussi :

 Это что гендерное неравенство? Пусть тогда и парней до 23 лет не пускают… Пусть лучше дома работают, порядок наводят, заводы строят, дороги… Замуж девушек берут. А то не справедливо получается.

Ce n’est pas de l'inégalité entre les sexes ? Alors interdisez aux garçons de moins de 23 ans de quitter le pays. Qu’ils travaillent à la maison, qu’ils fassent le travail, qu’ils construisent des usines et des routes. Qu’ils se marient. Sinon, ce n'est pas juste. 

L'une des contributions les plus marquantes à ce débat est celle d'un avocat, Sadanbekov, qui a laissé entendre [ru] que dans un pays aussi corrompu que le Kirghizistan une telle initiative imposerait un fardeau financier supplémentaire sous la forme de pots de vin aux filles qui souhaiteraient quitter le pays :

А вы не усматриваете здесь нарушение прав человека (девушки)? Под этим соусом погранцы начнут злоупотреблять служебным положением и вымогать деньги со всех девушек. Каждый имеет право на свободу передвижений, на свободу выбора места жительства и выезда. А может быть самой Ыргал Кадыралиевой запретить выезжать за границу? Зачем нам такие парламентарии, которые палки в колеса вставляют и инициируют бестолковые законы? Разогнать надобно такой Жогорку Кенеш! Система парламентаризма в Кыргызстане не оправдала себя.

Ne voyez-vous pas cela comme une violation des droits de la personne (pour les filles) ? Les gardes-frontières utiliseront le [décret] pour extorquer de l'argent à toutes les filles. Toute personne a droit à la liberté de circulation, la liberté de choisir son lieu de résidence et la liberté de quitter son pays. Nous devrions, peut-être, interdire à Kadyralieva Yrgal de voyager à l'étranger ? Pourquoi avons-nous besoin de ce genre de députés qui initient des lois tellement insensées? Un tel [parlement] devrait être dissous ! Le système parlementaire du Kirghizstan n'a pas répondu aux attentes des citoyens.

Le débat citoyen sur le même sujet, qui a opposé Yuri Puinov (argumentant contre le décret) à Beks Okenov (plaidant pour) a déclenché une discussion intense sur Twitter en utilisant le mot-dièse #kloopdebates. Selon un sondage, Puinov a été déclaré vainqueur avec une faible marge.

Au cours du débat Anisa Atalova (@ AnisaAtalova) a twitté [ru] :

@AnisaAtalova: А что если девушки не хотят защиты? Кто-то будет спрашивать? #kloopdebates

@AnisaAtalova: Et si les filles ne veulent pas être protégées? Demandera-t-on leur avis? #kloopdebates

Janygul Janibekovna (@janygul) a demandé [ru] :

@janygul: Безопасность важнее свободы? #kloopdebates

@janygul: @ janygul: La sécurité est-elle plus importante que la liberté ? #kloopdebates

Azat Ruziev (@Azat25) a noté [ru] sur les pré-supposés du décret :

@Azat25: Девушки, получается не полноценные граждане… законопроект готовит их стать проститутками #kloopdebates

@Azat25 Les filles, à ce qu'il semble, ne sont pas considérées comme de vrais citoyens jouissant de tous leurs droits … ce projet de loi les transforme en prostituées #kloopdebates

Comme le rappelait l'article de juin de Global Voices sur les attaques patriotiques contre les travailleuses migrantes, 30 à 40% des migrants kirghizes travaillant en Russie sont des femmes. Beaucoup de ces femmes sont jeunes, célibataires et arrivent seules.

La commission des affaires étrangères du parlement a appuyé la proposition. On ne sait pas, pour le moment, quand le vote sur le projet de loi aura lieu.

Ce billet fait partie du projet des stagiaires d'Asie Centrale de GV à l'Université Américaine d'Asie Centrale à Bishkek, au Kirghizistan.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site