Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Nouvelle forme de grippe aviaire en Chine, six morts

Une souche de grippe aviaire inconnue jusqu'alors chez les humains a déjà infecté 21 personnes [anglais] en Chine, dont six sont mortes [anglais], ce qui a mis les autorités sanitaires en état d'alerte renforcée et provoque chez un grand nombre de Chinois la peur d'une épidémie.

Le premier décès annoncé comme associé au virus H7N9 est celui d'un homme de 87 ans, mort le 4 mars 2013 dans le pôle commercial de Shanghaï, une métropole de quelque 20 millions d'habitants. D'autres cas n'ont pas tardé à être diagnostiqués dans les provinces voisines du Zhejiang, de l'Anhui et du Jiangsu, soulevant l'hypothèse que les 15.000 carcasses de porcs découvertes dans un fleuve de Shanghaï le mois dernier auraient pu contribuer à l'éruption de la maladie.

Les responsables chinois rejettent [chinois] pour le moment toute corrélation. Une enquête officielle est en cours pour identifier l'origine du virus et établir avec exactitude comment les humains l'ont contracté.

A Shanghaï, les autorités ont ordonné, le 5 mars, l’abattage [anglais] de plus de 20.000 sur un marché alimentaire local, où le virus H7N9 avait été détecté la veille dans des prélèvements sur des pigeons. La ville a également suspendu le commerce de volailles vivantes pour prévenir la diffusion du virus.

Deux jours plus tard à Nanjing, le chef-lieu du Jiangsu où six cas humains de H7N9 ont été détectés, les autorités ont agi de même en fermant tous les marchés de volailles vivantes de la ville.

Sina Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, est en effervescence, s'interrogeant sur l'origine du virus, critiquant la couverture de la flambée par les médias continentaux, et comparant l'apparition du H7N9 à l'épidémie de SARS dix ans plus tôt. Le sujet a généré quelque quatre millions de commentaires jusqu'à présent et a figuré parmi les 3 sujets en tête de tendance le 7 avril. 

Yiyi Chuang Jianghu du Henan s'interroge, sur le service de microblogging, au sujet de la relation entre les cochons morts et le virus :Screen shot from Shanghai's Dragon TV: Health officers draw blood from a pigeon

好想知道死猪与H7N9有无关系。。

Je voudrais vraiment savoir si les cochons morts avaient un rapport avec le H7N9…

Shanghaï top headlines (‘Les Unes de Shanghaï), un compte Weibo consacré aux informations sur le H7N9, demande :

#H7N9#@施力勤: 江苏南通一例,在救护车上已死亡(@任伟NICKY),H7N9重灾区同时也是发现大量死猪区域,没有联系吗?

#H7N9# @ShiLiqin: Il y a eu une fois un cas à Nantong dans le Jiangsu, [le patient] est mort dans l'ambulance (@RenweiNICKY), les zones les plus atteintes par le H7N9 sont celles où on a trouvé des cochons morts en masse, n'y a-t-il aucune corrélation ?

La découverte de cas humains de H7N9 a réveillé les souvenirs de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003, apparu en Chine et initialement dissimulé avant de se développer en crise sanitaire mondiale qui a fait 800 morts au niveau planétaire.

Les médias traditionnels chinois ont réagi cette fois à la grippe aviaire avec relativement plus de transparence et de franchise qu'ils ne l'avaient fait au SARS. Les journaux ont publié des articles citant le nombre de cas et appelé à éviter la volaille vivante.

Avec une exception notable, celle du média d'Etat CCTV. Son journal télévisé de 19 heures de grande écoute Xinwen Lianbo du 5 avril n'a fait aucune mention de la grippe aviaire H7N9, un silence critiqué en ligne.

Le célèbre écrivain chinois Li Chengpeng a fait part sur Weibo de ses sentiments mitigés quant à la couverture médiatique :

禽流感各国都有,时时也爆发,全球医界也没神药。可别人信息透明,这里却总辟谣+捂盖子。说实话这次透明度超过 10年前非典,但仍不够,因面对重大疫情,你除了解决疫情本身还要缓解惶惶民心。这才是常态治国。呼吁去亚马逊看雨林的央视今晚多报道疫情。别老伸话筒 问:你幸福吗。我只好答:我幸……存。

La grippe aviaire existe dans tous les pays, de temps à autre, et la sphère médicale n'a toujours pas de traitement efficace. Mais dans les autres pays l'information est transparente alors qu'ici ce que nous faisons, c'est démentir les rumeurs et étouffer les choses. Pour être franc, la transparence dans l'information a dépassé celle d'il y a dix ans, mais cela reste insuffisant, face à une épidémie majeure, il faut calmer une opinion nerveuse en plus de résoudre l'épidémie elle-même. C'est cela qu'un pays doit faire. je jure que CCTV devrait traiter de l'épidémie au lieu d'émissions sur la forêt amazonienne. Ne brandissez pas votre micro en demandant, “Etes-vous heureux ?” Tout ce que je peux répondre c'est : “J'ai …. survécu.”

Guan Qingyou commente les points communs entre SRAS et H7N9 :

经历过SARS,因而我们对H7N9充 满恐惧。十年轮回,经济都处于新周期的起点。目前尚不知H7N9是否会广泛传播,故很难量化经济影响。首先冲击心理。节前港股暴跌即与此有关;其次影响消 费。人们会减少外出就餐、出行、旅游,消费本已羸弱,此次雪上加霜。再次影响工业。中间会有时滞,也要视H7N9传播程度。 

Nous avons très peur du H7N9 parce que nous sommes passés par le SRAS [il y a dix ans]. Dix ans après, l'économie chinoise a pris un nouveau départ. On ignore encore si le H7N9 prendra de l'ampleur, on peut donc difficilement quantifier son impact sur l'économie. L'impact sera d'abord psychologique. La plongée de la Bourse de Hong Kong avant le jour férié était de cet ordre. Ensuite, la consommation sera touchée. Les gens réduiront les sorties au restaurant et les voyages, la consommation est déjà très faible, [la grippe aviaire] fera empirer les choses. Puis la production industrielle sera touchée. Il pourrait y avoir des mises à pied, tout dépendra de l'intensité de la propagation du H7N9.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site