Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les étudiants du Nord-Est de l'Inde refusent l'obligation d'apprendre le hindi

(Les liens renvoient vers des pages en anglais)

L'Inde possède une longue histoire en matière de politique linguistique. Selon The Economist, on dénombre 438 langues en Inde. Toutefois, seulement 22 langues sont reconnues officiellement par la Constitution.
Un mouvement de contestation est né lorsque l’université de New Delhi a récemment rendu obligatoire l’étude du hindi ou d’une autre langue indienne moderne inscrite dans l’Annexe VIII de la Constitution (assamais, bengali, bodo, dogri, gujarati, kannada, kashmiri, konkani, maithili, malayalam et manipuri). L'obligation d'apprendre le hindi ou toute autre langue indienne moderne serait lourde pour les étudiants qui ne parlent aucune de ces langues.
Rezaul Hasan Laskar @Rezhasan, journaliste indien vivant à Islamabad, déclare sur Twitter :

@Rezhasan (Rezaul Hasan Laskar): @rakeshmani Il n'y a aucune raison pour que les gens du Nord de l'Inde nous imposent le hindi que nous ne parlons pas@MrSamratX

Students protest the imposition of Hindi and Modern Indian Languages, Image courtesy NEFIS Delhi Facebook Page

Des étudiants manifestent contre l'utilisation obligatoire de l'hindi et des langues indiennes modernes, photo avec l'autorisation de la page Facebook de NEFIS Delhi

Le North-East Forum for International Solidarity (NEFIS, forum du Nord-Est pour la solidarité internationale) a organisé un rassemblement d’environ 200 personnes pour manifester contre l’obligation pour les étudiants du Nord-Est d’apprendre le hindi ou une langue indienne moderne. Les sites internet Manipur news et Sanhati racontent :

Aucune personne de la direction n’est venue nous rencontrer malgré nos appels répétés à la discussion. Nous avons été repoussés sans ménagement hors des locaux par la sécurité et des injures sexistes ont été proférées à l’encontre des étudiantes.

Chinglen Khumukcham, organisateur du NEFIS, a déclaré au Business Standard que l’université était mal équipée pour l’enseignement des langues indiennes modernes et que le choix se reporterait donc automatiquement sur le hindi :

Il y aurait des problèmes même pour les communautés parlant les langues indiennes modernes comme le manipuri, l'assamais etc parce que l'infrastructure et les ressources de la faculté pour ces langues sont trop petites pour pouvoir couvrir la totalité de l'université.

L’Asian Centre for Human Rights (ACHR, centre asiatique des droits de l'homme) aurait déposé une plainte auprès de la Commission nationale des droits de l’homme pour dénoncer l’introduction du hindi comme matière obligatoire à l’université de New Delhi.

Le NEFIS a envoyé une lettre au vice-chancelier de l’université de New Delhi dans laquelle il déclare qu’il est injuste d’imposer le hindi ou les langues indiennes modernes aux étudiants du Nord-Est qui ne connaissant pas la plupart de ces langues. Des manifestations à ce sujet ont eu lieu les 22 et 25 mars 2013. Khumukcham ajoute :

Depuis longtemps, les besoins des étudiants du Nord-Est sont largement ignorés. Nous avons constaté que, dans le cadre des politiques universitaires, les intérêts des étudiants du Nord-Est ont toujours été négligés. C’est pour cette raison qu’à travers ce nouveau cas de partialité, nous voulons surmonter les clivages communautaires et organiser un mouvement de contestation uni pour défendre nos intérêts communs.

North Eastern States Of India. Image courtesy NEFIS Delhi Facebook page

Les Etats du nord-est de l’Inde. Image issue de la page Facebook NEFIS New Delhi

Un blog tamoul commente :

Cela fait plaisir de voir les jeunes du Nord-Est s’exprimer activement contre l’imposition du hindi… Espérons que ces jeunes issus de diverses communautés linguistiques pourront s’associer avec pour objectif commun de modifier la Constitution pour qu’aucune langue ne soit la seule langue officielle de l’Union et que toutes les langues inscrites dans l’Annexe VIII soient des langues officielles de l’Union, de condamner la lenteur avec laquelle la liste de l’Annexe VIII est modifiée et faire en sorte qu’elle soit mise à jour régulièrement.

Selon les pages Facebook Time for Change India (le temps du changement pour l'Inde) et Stop Discriminating People From the North-East India (mettre fin à la discrimination des habitants du Nord-Est de l'Inde), les étudiants ont prévu d’autres manifestations pour le 10 avril 2013.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site