Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Tweeter depuis le front à Alep

La journaliste Jenan Moussa est de retour à Alep, en  Syrie, et tweete ce qu'elle voit et vit, alors que la guerre entre forces pro et anti Assad s'intensifie. Les tweets de Jenan Moussa sont crus, personnels, et donnent aux lecteurs un aperçu de ce que la vie peut être pour ceux qui sont pris entre deux feux.

Jenan Moussa, qui est reporter pour la chaine Arabic Al Aan TV, de Dubai, dans les Emirats Arabes Unis, écrit :

@jenanmoussa : c'est génial d'être de retour à #Alep et de voir tous mes amis. La ville semble aller mieux que la dernière fois que j'y étais. Les gens se sont adaptés à la guerre.

A Alep, on dine au son des tirs de mortier :

@jenanmoussa : C'est l'heure du diner ici à #Aleppo. Nous mangeons du poulet à la mexicaine et on entend au loin l'écho des tirs de mortier.

Après une nuit passée dans la ville, Jenan s'interroge :

@jenanmoussa: Bonjour depuis #Alep. Je n'ai pas pu m'endormir avant six heures du matin. Chaque fois que je fermais les yeux, j'imaginais que des bombes tombaient. Mon Dieu, comment font les gens pour ne pas devenir fous ?

A Alep, elle s'est rendue sur un site frappé par un missile :

@jenanmoussa: aujourd'hui, je suis allée à l'endroit où un missile SCUD est tombé, il y a 45 jours #Alep. 6 corps manquent toujours, enfouis sous les ruines.

Jenan Moussa in Aleppo

Jenan Moussa à Alep, sur le site frappé par un missile SCUD 45 jours auparavant. Photo partagée par  @jenanmoussa sur Twitter

@jenanmoussa: A #Alep. J'ai vu un père assis sur les gravas, les larmes aux yeux. Il recherche toujours les corps de ses deux merveilleuses filles et de sa femme.

@jenanmoussa : J'étais avec lui quand le père a trouvé des pantoufles d'enfant et une poignée de cheveux (des cheveux de femme) dans les gravats. “Peut-être que c'est ma femme” a-t-il dit.

Dans cette situation extrême, Jenan garde son humour :

@jenanmoussa: Les activistes ici à#Alep se moquent de moi. Je suis parfois la seule à porter mon gilet pare-balle à l'intérieur de la maison. Ils sont habitués aux bruits de la guerre.

Un soir, elle est allée se coucher sans manger :

@jenanmoussa: Nous n'avons pas dîné ce soir. Et pas de douche. Pas nécessaire, dans une ville comme #Alep. Bonne nuit à vous tous.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site