Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Relative indulgence d'un tribunal tunisien pour des artistes graffeurs

Un tribunal de Gabès, dans le sud-est de la Tunisie, a infligé aujourd'hui [10 avril 2013] une amende de 100 dinars [50 euros] aux graffeurs Oussama Bouagila et Chahine Berriche, pour avoir “écrit, sans autorisation, sur des biens publics”. En revanche, le tribunal a rejeté les charges graves de “contravention à l'état d'urgence” et “publication de fausses nouvelles de nature à troubler l'ordre public”.

Photo Via Zwewla Facebook Page

Photo Via Page Facebook de Zwewla

En novembre dernier, Bouagila et Berriche avaient été surpris par la police à dessiner un graffiti disant “le peuple veut des droits pour les pauvres.” Les deux jeunes gens font partie du groupe d'art de la rue Zwewla [arabe] [“les pauvres” en dialecte tunisien], connus pour leurs graffiti en soutien aux défavorisés et aux pauvres.

Caricature by Nidhal Ghariani

(#Libérez Zwewla .. enfin libres Eh non ! une amende de 100 dinars) Caricature de Nidhal Ghariani

Dans un communiqué, le comité de soutien à Zwewla a décrit le verdict comme une “victoire symbolique pour la liberté d'expression” :

Le Comité de soutien #FreeZwewla est fier de cette victoire symbolique et annonce des initiatives et actions qui auront lieu prochainement afin de réunir l’argent demandé et de régler cette amende.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site