Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Se faire entendre sur Internet :Thor, les Trolls et les militants de l'information

Netizens, whistleblowers, journalistes, hackers et autres trolls réinventent le monde virtuel grâce à une imagination radicale développée sur Internet, qui nous entraîne – pour reprendre l’expression de Michel Maffesoli – dans une « renaissance mythologique ».

Dans sa forme traditionnelle, le mythe est une histoire portant sur des actions et des personnages, une histoire répétée et ritualisée à volonté, afin de faire connaître une vérité. Bien que le mythe soit un système d’expression à part entière, il est pourtant difficile à saisir et transcrire, comme en témoigne l’auteure Asher Wolf à propos du hacker Andrew Auernheimer dans un article aux accents dramatiques intitulé La tragédie de l’emprisonnement de Weev, prophète Internet de la discorde [en] :

The process of writing about Weev is a disorderly affair, which seems appropriate. Descriptions of his history vary. Versions change depending on who you ask about him. Even Weev’s own versions of his history changes from time to time.

Ecrire à propos de Weev est un processus chaotique, ce qui paraît approprié. Les descriptions de son histoire varient. Les versions changent suivant à qui tu la demandes. Même les propres versions de Weev à propos de son histoire change d’une fois à l’autre.

Le mythe, de formes interchangeables, se lit dans l’imagination radicale dans la mesure où la vérité qu’il transmet permet d’affronter le désordre extérieur grâce à la mise en scène de forces de transgression. Cependant, si ces histoires varient d’un auteur à l’autre, les phénomènes qu’elles rapportent restent les mêmes.

Dans la mythologie nordique, lorsque Thor et les autres divinités ne parviennent pas à propulser le navire funéraire de Baldr permettant sa résurrection dans l’autre monde, ils font appel à une géante d’une force surnaturelle. Dans la même perspective, les forgerons et les nains construisent les objets permettant aux dieux de lutter contre leurs ennemis, tandis que Loki, le trickster, s’évertue à déclencher les événements constituant l’histoire des divinités. Aujourd’hui comme hier, la réponse à l’obstruction d’un flux nécessaire à la bonne marche d’un système réside dans une coordination d'alertes (tricksters/whistleblowers), de dévoilements (forgerons/netizens) puis de surcharges (géants et trolls/hackers) de ce même flux.

Les whistleblowers/tricksters
Illustration of Alfred Smedberg's The boy who never was afraid, John Bauer, 1912.

Illustration of Alfred Smedberg's The boy who never was afraid, John Bauer, 1912. Public Domain

Dans une société où l’information ne se transmet plus de manière directe et naturelle, émergent des acteurs qui déclenchent l’ouverture de nouvelles voies et percent des chemins détournés. L’histoire du whistleblower Bradley Manning, par exemple, nous rappelle ce fait par deux fois.

Il y a d’abord eu son geste de libération d’informations classées, comme il apparaît dans la transcription par Alexa O’Brien de son témoignage [en] :

I created copies of the CIDNE-I and CIDNE-A SigAct tables as part of the process of backing up information. At the time I did so, I did not intend to use this information for any purpose other than for back up. However, I later decided to release this information publicly. At that time, I believe and still believe that these tables are two of the most significant documents of our time.

J’ai créé des copies des tables CIDNE-I et CIDNE-A SigAct dans le cadre de sauvegardes d’information. Au moment où je l’ai fait, je n’avais pas l’intention d’utiliser cette information dans un but autre que la sauvegarde. Cependant, j’ai plus tard décidé de rendre cette information public. A ce moment, j’ai pensé et je pense toujours que ces tables sont deux des plus importants documents de notre époque.

Son rôle de whistleblower, ou lanceur d’alerte en français, est caractérisé par sa position de médiateur de données dans le but, a-t-il témoigné encore, de déclencher un débat national sur le rôle de l’armée américaine et sur la politique étrangère des Etats-Unis.
Son action a permis de rétablir une communication entre la structure gouvernementale qui retenait une vérité et la population qui en était privée.
Si dans une logique purement humaine sa décision se justifie, il s’agit néanmoins d’une transgression à l’égard des lois gouvernementales. Aussi la voix de Bradley Manning s’est-elle trouvée rejetée, contestée voire ignorée des médias.
Mais cette histoire a trouvé un relais.
Rétablir l’authenticité et la vérité sur l’intentionnalité de Manning est le rôle continuel notamment d’Alexa O’Brien et Kevin Gosztola ou encore de la Freedom of the Press foundation qui a rendu public un enregistrement audio [en] du témoignage du soldat, restituant ainsi un aspect sensible et réel au personnage gardé dans l’ombre depuis son incarcération en 2010.

While unofficial transcripts of this statement are available, this marks the first time the American public has heard the actual voice of Manning. He explains to the military court in his own cadence and words how and why he gave the Apache helicopter video, Afghanistan and Iraq Wars Logs, and the State Department Diplomatic Cables to WikiLeaks.

Tandis que des transcriptions non officielles de sa déclaration sont disponibles, ceci marque la première fois que le public américain entend la véritable voix de Manning. Il explique au tribunal militaire dans sa propre cadence et mots comment et pourquoi il a donné la vidéo de l’hélicoptère Apache, les historiques des guerres en Afghanistan et en Irak, et les câbles diplomatiques du département d’Etat à Wikileaks.

Les forgerons

L’information libérée n’est cependant pas forcément accessible au large public et doit dans un second temps être travaillée et façonnée. Dans l’histoire de Bradley Manning, les données ont été reçues par Wikileaks, analysées et traitées par des personnages tels que Julian Assange ou Birgitta Jónsdóttir, membre du parlement islandais. C’est un véritable travail de journaliste qui a été mis en place, pour identifier le contexte, les personnes et les implications politiques, ceci afin d’assurer son impact. Un rôle pensé par Julian Assange de la manière suivante [en] :

Quantum mechanics and its modern evolution left me with a theory of change and how to properly understand how one thing causes another.

La mécanique quantique et son évolution moderne m’ont permis de penser une théorie du changement et de comprendre correctement comment une chose en entraîne une autre.

En d’autres termes, tant que les données ne sont pas identifiées, elles demeurent aléatoires et insaisissables. Le rôle de Wikileaks devient alors celui qui désigne, nomme et expose.
Cette réappropriation du mouvement médiateur d’information ne se limite pas à Wikileaks et trouve un aboutissement dans le journalisme citoyen où chaque netizen devient le média.

C’est dans ce schéma que s’inscrit le long travail de recherche et de diffusion mené, notamment, par Heather Mash et Jemila Hanan, à propos des conditions de vie de la communauté Rohingya en Birmanie [en].

Plus qu’un rôle de médiation, se met en place grâce à ce travail journalistique de dévoilement des faits, une réflexion sur une méthodologie citoyenne du traitement de l’information :
Comme le développe Jamila Hanan dans son article [en] de février 2013 :

There is no precedent for using social media to stop a genocide – this is uncharted territory. We need to use social media to create and be the media, us, the people.
Our objectives are to:
1. disseminate information;
2. make connections;
3. encourage people to act.

L’utilisation des médias sociaux pour stopper un génocide ne connaît pas de précédent – c’est un territoire vierge. Nous devons utiliser les médias sociaux pour créer et être le média, nous, le peuple.
Nos objectifs sont :
1 / disséminer l’information ;
2 / établir des connexions ;
3 / encourager les gens à agir.

L’information ne circulant pas, la population a pris la relève et financer ses propres investigations afin de générer son propre flux vital, suivant un nouveau tracé radical :

@GeorgieBC : This journalism you bought plane tickets for, but work is pro bono. All Assed asks is for people to read. http://www.assedbaig.com/ #OpRohingya

@GeorgieBC : Ce journalisme pour lequel vous avez acheté un billet d’avion, mais le travail est bénévole. Tout ce que Assed demande, c’est que les gens lisent : http://www.assedbaig.com/ #OpRohingya

@Asher_Wolf : We've already chosen two journos to send to Myanmar on crowdsourced funds. Imagine if *all* journalism operated that way.

@Asher_Wolf : Nous avons déjà choisi deux journalists au Myanmar grâce à une collecte de fonds. Imaginez si *tout* journalisme opérait de cette façon.

Les trolls et les géants

Plus elle est copiée et diffusée, plus l’information prend de l’ampleur et une certaine forme de valeur. Pour cela, il ne s’agit pas seulement de la déterrer et de la façonner, il faut également la propulser. Ici interviennent des forces anonymes dont l’action inscrite dans le collectif relève de la surnature. Un rôle que semble volontiers remplir Anonymous, comme l’explique Annie Machon, ancienne officier du MI5 [en] :

If you can do it over cyberspace, you get global awareness of what you’re doing, and the message you’re trying to put out. And this is precisely what Anonymous has achieved, with this publicized assault against certain Israeli websites.
Let’s not call them attacks: they are distributed denial of service attempts against certain countries and certain websites. So what we’re seeing here is a sort of automated mass influx into certain websites that cause them to crash.

Si vous pouvez le faire dans le cyberespace, vous obtennez une sensibilisation mondiale envers ce que vous faites et envers le message que vous essayez de faire passer. Et c’est précisément ce qu’Anonymous a accompli, avec cet assaut médiatisé contre certains sites web israéliens.
Ne les appelons pas des attaques : ce sont des distributions de dénis de service contre certains pays et certains sites web. C’est-à-dire une forme d’influx massif automatisé contre certains sites web qui les fait crasher.

Si Anonymous s’appuie sur les données libérées et façonnées par les journalistes citoyens pour mener leurs actions, leur rôle n’est pas d’informer mais d’insuffler une force circulatoire à l’information. Leur compteur affiche, par exemple, de récentes opérations telles que : #OpIsrael, #OpKashmir, #OpRohingya (qui a attiré l’attention sur les informations disponibles concernant le génocide de cette communauté), #ReformCFAA (qui entre dans le cadre d’un mouvement de contestation contre le Computer Fraud and Abuses Act), ou encore #OpGabon contre le trafic qu’êtres humains.

Tout un mythe se lit dans l’action d’Anonymous : celui de la transmission d’une vérité visant à faire tomber des barrages. Il s’agit d’une transgression visant à rétablir un ordre humain dans un système qui le néglige ; une transgression qui ne constitue pas la gloire d’un héros mais qui s’inscrit dans une action collective et radicale.

 

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site