Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sri Lanka: Les radicaux désavoués par les Bouddhistes

Sauf indication contraire les liens dirigent vers des sites en anglais.

De nombreux bouddhistes cinghalais se sont élevés contre les récentes violences à l'encontre des musulmans et d'autres religions, et les discours haineux du Bodu Bala Sena (Force Bouddhiste), une organisation bouddhiste radicale basée à Colombo (Sri Lanka).

Avant qu'elle ne puisse commencer, une veillée aux chandelles contre la haine et l'intolérance s'est heurtée à des contre-manifestants, policiers et membres du Bodu Bala Sena, sur la rue Havelock à Colombo le 12 avril 2013 dans la soirée. Un bataillon de policiers et un escadron de la police anti-émeute sont arrivés sur les lieux. Les membres du Bodu Bala Sena ont commencé à accuser les organisateurs de la veillée de dénaturer l'hymne national et ont demandé leur arrestation, en montrant une feuille de chants qui devaient être récités à la veillée. La police a arrêté cinq participants à la veillée et a dispersé la foule qui s'était à nouveau rassemblée près de la rue Gower. Les personnes arrêtées ont été relâchées un peu plus tard.

La légitimité du Bodu Bala Sena (BBS)

Le mouvement Bodu Bala Sena, créé par des moines extrémistes, Kirama Wimalajothi et Galagoda Aththe Gnanasara, a fait l'objet de nombreuses critiques depuis son lancement le 7 mai 2012. La plupart de leurs actions sont des provocations envers les autres religions.

Lors d'un meeting à Maharagama, Colombo, le 17 février 2013, Galagoda Aththe Gnanasara, le secrétaire général du BBS, a affirmé que “Nous avons un gouvernement créé par des bouddhistes cinghalais, qui doit rester bouddhiste cinghalais. C'est un pays cinghalais, avec un gouvernement cinghalais. Les valeurs démocratiques et pluralistes tuent la race cinghalaise”. Il a ajouté à destination de la foule présente à ce rassemblement qu’ “ils doivent devenir une force de police civile secrète pour lutter contre l'extrémisme musulman. Les prétendus démocrates sont en train de détruire la race cinghalaise”.

En février 2013, le responsable du BBS Kirama Wimalajothi a appelé à interdire la burqa dans le pays. L'organisation a tenu de grands rassemblements dans tout le pays en février 2013 pour appeler à l'abolition du système musulman halal en demandant aux religieux musulmans d'abandonner l'étiquetage des produits halal (voir l’article de Global Voices).

La veillée aux chandelles

Un groupe Facebook  appelé ‘Les bouddhistes remettent en question le Bodu Bala Sena’ a récemment annoncé une veillée aux chandelles réunissant toutes les races et tendances religieuses pour rappeler pacifiquement aux moines bouddhistes les paroles de Bouddha qui prêche la ‘non violence’.

L’annonce est ainsi libellée :

VEILLEE POUR LA SAUVEGARDE DU DHAMMA: 19h, vendredi 12 avril. En face de Sri Sambuddhathwa Jayanthi Mandiraya Thummulla Junction au No. 32, Havelock Road Colombo 05. Répondez ‘j'aime’ si vous pensez venir. Apportez des bougies à partager. Nous réciterons des prières pour une parole juste.

Invitation to the candlelight vigil. Image courtesy Buddhists Questioning Bodu Bala Sena Facebook Page

“Mieux vaut porter une bougie que maudire l'obscurité croissante” Invitation à la veillée aux chandelles. Photo publiée avec l'autorisation le la page Facebook les ‘Bouddhistes remettent en question le Bodu Bala Sena’

Ci-après des questions-réponses sur le but de la veillée, publiée sur la page Facebook.

Le blogueur Abdul Halik sur Going Globa parle des participants:

Une grande diversité parmi les participants : des professeurs, des artistes, des acteurs, des professionnels des médias, la société civile, des entreprises, des intellectuels et tout simplement des jeunes concernés par les événements.

Le blogueur demande:

Comment allez-vous mobiliser ‘les autres’ ? comment allez-vous transformer l'événement en un ‘mouvement populaire’ ?

La journaliste et blogueuse Meg s'interroge sur l'action de la police qui n'est pas intervenue quand les membres du BBS ont interrompu la veillée. Elle explique pourquoi:

En fait, les imprimés que les participants à la veillée tenaient n'étaient pas les paroles d'un nouvel hymne national mais une prière bouddhiste qu'ils avaient l'intention de lire à la veillée.

Elle poste des photos de l'événement.

La journaliste Malinda Seneviratne a assisté à la veillée et en donne un récit critique. Toutefois, l'ancien ambassadeur Dr. Dayan Jayatilleka réfute sur Groundviews l'article de Malinda. Groundviews interroge le rôle de la police et publie un certain nombre d'entretiens audios dont celui de Jake Orloff, présent à la veillée aux chandelles :

Ramishka Dasanayaka (@ramishkad), blogueuse de Kandy tweete:

@ramishkad (Ramishka Dasanayaka): le Bodu Bala Sena a donc empêché une manifestation contre la haine. Maintenant je commence à me demander s'il y a une différence entre les Tigres Tamouls, les Talibans et BBS

D.B.S. Jeyaraj, un journaliste chevronné (@dbsjeyaraj) tweete:

@dbsjeyaraj (D.B.S.JEYARAJ): Un témoignage de visu sur la manière dont la police a empêché une veillée aux chandelles pacifique devant le quartier général de Bodu Bala Sena http://t.co/0YexuQzmMG

La blogueuse Kath Noble garde espoir:

Les moines du Bodu Bala Sena ont rendu service au Sri Lanka sans le vouloir. Leurs discours sont si rustres et leurs actions si grossières qu'ils ont provoqué une réaction négative – les médias ne cessent de critiquer leur campagne contre les musulmans, la plupart des critiques venant des bouddhistes cinghalais eux-mêmes.

Sri Lankan Muslims hold a placards during a protest after Friday prayers outside a mosque in Colombo, Sri Lanka, Image by Colombo Wire. Copyright Demotix. Friday, March 22, 2013

Des musulmans sri lankais avec des pancartes lors d'une manifestation après la prière du vendredi, à la sortie d'une mosquée de Colombo, Sri Lanka. Photo de Colombo Wire. Copyright Demotix. vendredi 22 mars 2013

Subha Wijesiriwardena, danseuse et blogueuse écrit:

Le Bodu Bala Sena, le Ravaya Cinghalais et d'autres groupes similaires ont apparemment un programme clair – on a perdu avec les Tamouls, alors faisons des Musulmans notre nouvel ennemi. Cela convient tout à fait au programme de notre gouvernement, qui après en avoir fini avec une guerre civile se demandait comment fasciner, hypnotiser les masses – la peur d'un ennemi commun naturellement c'est tout à fait ce qu'il souhaiterait.

Elle demande:

Les lignes de bataille se dessinent. Les fondamentalistes sont toujours rapides à se positionner. Et vous, où êtes-vous ?

Dernièrement le Sunday Leader a rapporté que le gouvernement avait l'intention d'interdire un certain nombre de mouvements extrémistes dont le Bodu Bala Sena.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site