Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine refuse l'aide du Japon après le tremblement de terre

Sauf indication contraire les liens dirigent vers des sites en anglais

Le gouvernement chinois a refusé l'aide que lui a proposée le Japon après le tremblement de terre qui a secoué le sud-ouest de la province de Sichuan et qui a fait  au moins 193 morts et plus de 12 000 blessés [zh-chinois].

Le tremblement de terre, d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter selon l'administration chinoise, s'est produit le matin du 20 avril 2013 dans une région montagneuse proche de Ya'an, ville d'1,5 millions d'habitants renommée pour ses pandas et son industrie du thé.

Très vite après la secousse, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe a présenté ses condoléances et offert son aide aux dirigeants chinois, et précisé que le Japon était “disposé à apporter une aide totale”.

La réponse du Ministre chinois des Affaires Etrangères, dans son bulletin d'information quotidien du 21 avril, exprime les remerciements de son gouvernement pour ce geste, mais précise qu'ils n'ont pas besoin d'aide de l'étranger, les routes étant très encombrées et les autorités chinoises étant compétentes pour gérer les secours:

Image by Flickr user @Shiqi Shen(CC BY-SA 2.0).

Le tremblement de terre de Ya'an fait 193 morts. Photo de @Shiqi Shen(CC BY-SA 2.0) sur  Flickr

 4月20日,中国四川芦山发生地震后,国际社会迅速向中国政府和人民表示慰问和支持,一些国家提出愿意提供各种形式的援助。中国政府和人民对此表示衷心感谢。中国政府正全力开展救灾工作。目前中方搜救和医疗力量有保障,救灾物资充足,同时考虑到灾区交通和通讯条件不便,暂不需要外国救援队、医疗队和救灾物资。如有需要,我们将适时向有关国家提出。中国红十字会总会已发布了接受国际资金援助的联络方式。

Suite au tremblement de terre du 20 avril à Lushan dans la province de Sichuan, la communauté internationale a présenté ses condoléances et proposé son aide. Certains pays ont exprimé leur désir d'apporter une aide dans tous les domaines, ce dont le gouvernement les remercie. Le gouvernement chinois a pris en charge la totalité des secours. Actuellement nous avons suffisamment de médecins et de personnel médical, et suffisamment de vivres, et étant données les difficultés de télécommunications et de circulation sur les zones touchées par le séisme, nous n'avons pas besoin de l'aide d'équipes de secours étrangères, ni d'équipes médicales, ni d'approvisionnement de secours. Au cas où le besoin s'en ferait ressentir, nous ferons appel aux pays concernés. La Croix Rouge Chinoise a décliné la proposition d'aide financière de l'étranger.

Au même moment cependant, les médias d'état chinois annoncent l'arrivée imminente de 200 sauveteurs russes.

La proposition d'aide du Japon arrive à une période instable pour les relations entre la Chine et le Japon, puisque les deux pays continuent de se disputer des îles à l'est de la mer de Chine.

Le refus par le Ministre de l'aide du Japon a provoqué des discussions houleuses sur les médias sociaux chinois, certains oubliant la récente dispute territoriale et les ressentiments historiques des deux pays.

“Kuaile Songxiang” de Pékin écrit[zh-chinois] que la Chine devrait apprendre du Japon sur la prévention des catastrophes, et commente sur Sina Weibo, un site très fréquenté de microblogging :

不但应该接受日本援助,还应引入日本先进的防灾减灾培川,当然最根本的是学习日本那让人眼红的防震建筑和先进的报警系统.

Non seulement nous devrions accepter l'aide du Japon, mais nous aurions aussi fondamentalement besoin de nous former aux méthodes du Japon sur la prévention et le traitement des catastrophes.

“name no longer meaningful”, un utilisateur de Weibo, partage ce sentiment et se plaint [zh-chinois]:

 狭隘的民族主意,打肿脸充胖子,接受日本援助很丢脸吗?

C'est du nationalisme étroit, on a les yeux plus grands que le ventre, est-ce vraiment si humiliant d'accepter l'aide du Japon ?

“Yanger Dini” du nord-ouest de la ville de Xi'an, cependant, prend la défense du gouvernement et propose son analyse [zh-chinois]:

有很多政治因素在里面,中国很多重工和核设施在四川附近,这个时候闭关自守也是出于国防的考虑.

Il y a beaucoup d'implications politiques, des industries lourdes et des usines nucléaires sont près du Sichuan et si nous choisissons de ne pas faire appel à l'extérieur c'est pour des raisons de défense nationale.

“Pushan Pushan De Yanjing” de Nanchang, capitale provinciale à l'est de la province du Jiangxi, ironise [zh-chinois]:

日本是中国凝聚民心彰扬民族主义的反面宣传的对象,若让其来中国做好事,会直接提升其在中国百姓心中的正面形象,对以后的反面宣传不利,所以。。。

Le Japon fait l'objet d'une propagande négative utilisée pour inciter au nationalisme, et si nous les laissons faire de bonnes choses pour la Chine, cela améliorera leur image positive aux yeux du peuple chinois, ce qui sera mauvais pour la propagande, donc…

“Yihao Caomin” semble consterné [zh-chinois] par la comparaison entre les deux nations, et il cite le scandale de la Croix Rouge Chinoise et les articles des médias sur la photo des dirigeants mangeant des nouilles instantanées pour améliorer leur image:

日本每年有感地震1000多次,全球10%的地震均在日本。可是日本地震却很少大规模死人。为啥?1.房屋抗震,绝无豆腐渣。2.救援及时专业,不会派没经验的军队上,更不会拒绝外国援助。3.领导吃泡面小米粥不会拍照宣传。4.人家的红十字会不养郭美美。5.人家能上推特,且不删帖。6.……欢迎补充

Le Japon a une grande expérience des tremblements de terre : plus de 1 000 -10% des tremblements de terre dans le monde touchent le Japon.  Mais les tremblements de terre au Japon causent peu de dégâts. Pourquoi? 1. L'habitat résiste aux séismes, il n'y a pas de constructions de mauvaise qualité. 2. L'organisation des secours est professionnelle et rapide, pas d'intervention de l'armée inexpérimentée, pas de refus de l'aide étrangère. 3. Pas de photos de responsables en train de manger des nouilles instantanées et du porridge pour améliorer leur image. 4. La Croix Rouge (au Japon) n'a pas Guo Meimei. 5. On peut avoir accès à Twitter sans que les posts soient supprimés. 6. ….et vous pouvez compléter la liste.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site