Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les législateurs ukrainiens veulent interdire l'avortement

Sauf indication contraire les liens dirigent vers des pages en anglais.

Début avril, trois parlementaires du parti d'opposition “Svoboda” [“Liberté”] ont déposé un projet de loi pour interdire l'avortement en Ukraine. Les seules exceptions prévues par le projet sont : en cas de danger pour la vie de la femme enceinte, en cas de pathologies graves du fétus  et quand il est prouvé que la grossesse est le résultat d'un viol. Cette initiative arrive un an après la dernière tentative d'interdiction de l'avortement par les législateurs ukrainiens.

Dans la note explicative du projet de loi, les auteurs argumentent ainsi la nécessité de telles restrictions [uk-ukrainien]:

Malgré des statistiques en baisse, le niveau des avortements en Ukraine reste le plus élevé d'Europe, avec 21,1 avortements pour 1000 femmes en âge d'être enceintes, 45,8 avortements pour 100 grossesses ou 84 avortements pour 100 naissances.

[…]

Il faut remarquer que [quand la précédente législation sur l'avortement a été adoptée] il n'avait pas été pris en compte que selon plusieurs études et recherches scientifiques médicales, un enfant avorté subit le même niveau de souffrance qu'une personne adulte torturée à mort. Par ailleurs, les avortements ont des conséquences négatives sur la santé physique et psychologique de toutes les personnes impliquées.

[…]

Dans la plupart des régions d'Ukraine, le nombre de morts est près de trois fois celui des naissances. Au cours des 20 dernières années, la population de l'Ukraine a diminué de 5 millions (passant de 52 à 47 millions d'habitants). Si la courbe démographique se confirme, dans quelques années les immigrants, pour la plupart en provenance d'Asie, constitueront la majorité des habitants d'Ukraine.

L'une des principales raisons de cette tendance démographique peu satisfaisante vient de la légalisation de l'avortement.

Les législateurs ont également mis l'accent sur le refus de l'avortement, partagé [ru-russe] par tous les chrétiens d'Ukraine.

Le projet de loi est très controversé et fait l'objet de discussions passionnées en ligne et hors ligne.

Rapidement des commentaires ont soulevé le problème de la preuve du viol au tribunal. Les journalistes d'une grande chaîne de télévision ukrainienne, TSN, font remarquer que seulement 10% des plaintes pour viol font l'objet d'un procès et demandent à Olexandr Sych, l'un des auteurs de la loi, ce qu'une femme devrait faire si elle se retrouvait enceinte sans avoir fait la preuve du viol. Voici la réponse [uk-ukrainien] du député :

Je ne m'occupe pas de la mise en application de la loi et je ne sais pas ce qu'une femme peut ou ne peut pas prouver… Mais avant tout, [elle] doit mener une vie qui ne l'expose pas au risque d'être violée. En particulier, [elle ne devrait pas] boire d'acool en mauvaise compagnie.

Cette citation a été largement diffusée en ligne et discutée sur Facebook par des abonnés, des journalistes et des activistes.

Serhiy Masliuchenko, un abonné, écrit [uk-ukrainien]:

Cette loi est une nouvelle tentative de l'état et des bureaucrates pour intervenir dans notre vie privée… quand [ils] manquent d'idées et de compétences pour intervenir sur l'économie, la science, l'éducation, l'écologie, [ils] inventent des lois comme celle-là […]

Vasyl Martyuk n'est pas d'accord [uk-ukrainien]:

Je ne pense pas que le parti “Svoboda” puisse tout résoudre, mais je soutiens cette loi ! L’Ukraine championne de l'avortement, c'est horrible !

Andrey Anthony écrit [ru-russe] :

Avant de proposer des lois pareilles, [vous] feriez mieux de rétablir l'ordre dans le pays. Comment peut-on proposer de telles initiatives dans un pays où il n'y a pas de routes, pas d'état de droit, et partout la corruption ? […]

Elena Bondarenko écrit [ru-russe] :

[Ce n'est] qu'une nouvelle façon pour les gynécologues de [gagner de l'argent] sur les avortements clandestins !!! Vous pensez qu'on ne trouve pas assez de nouveaux-nés dans les bennes à ordure ? Qu'il n'y a pas assez d'orphelinats ? CRÉTINS ! Créez les conditions sociales et économiques qui permettent d'élever des enfants, pas des restrictions !!!

Marianna Goncharova commente [ru-russe] :

C'est encore une de ces affaires où l'approche de genre est nécessaire. Pourquoi ce problème est-il soulevé par les hommes ? […]

Vitaliy Diachenko ironise sur la proposition [uk-ukrainien] :

Le parti Svoboda devrait adopter une autre loi qui interdise tout acte sexuel à ses membres, à moins d'un document écrit certifiant que l'unique intention de l'acte sexuel est la [procréation].

Yevgeniy Ikhelzon se demande [ru-russe] pourquoi l'introduction de cette loi a suscité si peu de réactions de la part du public :

[Quel] paradoxe, des gens qui rejettent les musulmans qui forcent les femmes à porter le voile, acceptent sans broncher que les députés tentent d'interdire l'avortement […]

La journaliste Iryna Slavinska critique la proposition [uk-ukrainien]:

[…] pour combattre le nombre de grossesses non désirées, il faudrait introduire l'éducation sexuelle dans les écoles et il devrait y avoir des lieux où l'on puisse se procurer gratuitement des préservatifs et des contraceptifs oraux, au lieu d'interdire l'avortement.

De nombreux internautes abordent les aspects moraux et éthiques de l'avortement. On trouve par exemple une discussion de ce type sur la page Facebook d'Evgeny Komarovsky, un médecin activiste.

Yulia Zheleznova écrit [ru-russe]:

Les commentaires que je trouve ici ne m'ont malheureusement pas convaincue et ne font que renforcer ma position. Il est regrettable que dans notre société moderne il y ait tant de femmes pour non seulement ne pas considérer les aspects moraux de l'avortement mais pour ne pas non plus se préoccuper des problèmes de leur santé. […] Il n'y a rien qui justifie un meurtre. Point final.

Dans la même discussion, Olga Shandra ajoute [ru-russe] :

Je pense que l'avortement est un choix personnel pour chaque femme, [basé sur] ses principes moraux et éthiques, et qui n'appartient en aucun cas aux députés, aux psychologues, aux moralisateurs publics et autres.

Enela Adonieva écrit [ru-russe]:

Je suis contre l'avortement. Mais une femme devrait avoir le choix. Et la décision ne doit pas être prise par des politiciens.

Actuellement, l'avortement est légal en Ukraine jusqu'à la 12ème semaine de grossesse (jusqu'à la 22ème semaine en cas d'urgence). L'Ukraine est l'un des premiers pays d'Europe en terme de nombre d'avortements annuels, bien que la tendance actuelle soit à la baisse. “Le tourisme de l'avortement” en provenance de pays voisins qui ont des lois plus restrictives, comme la Pologne par exemple, a aussi fait l'objet d'études.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site