Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Silence des médias chinois sur la contestation d'une usine chimique

Des habitants de Kunming, une ville du sud-ouest de la Chine, sont descendus dans la rue ce 4 mai pour manifester contre la possible production d'un agent chimique toxique dans une usine des environs.

D'après les sources officielles, la China National Petroleum Corporation prévoit de construire une usine chimique dans la ville voisine d'Anning, afin de produire 500 000 tonnes de paraxylène (PX), un composant utilisé dans la fabrication de tissu. Près de 3000 personnes [chinois] se sont réunies dans le centre-ville de Kunming pour protester contre les dangers encourus si un déversement accidentel de PX [anglais] venait à se produire.

Les médias officiels chinois n'ont fait aucune allusion à cette manifestation, et depuis le 4 mai les censeurs du web suppriment systématiquement toutes les informations et photos relatives à l'événement sur la plateforme de microblogging Weibo. De nombreux utilisateurs de ce site ont depuis adopté comme photo de profil une image barrée de “Kunming PX” en signe de solidarité.

Kunming est renommée pour sa végétation abondante grâce au climat de printemps éternel qui y règne. C'est une des rares villes chinoises où l'on peut régulièrement profiter d'un ciel bleu dégagé.

Des manifestations similaires ont déjà eu lieu dans d'autres villes chinoises ces dernières années. En 2007, plusieurs milliers de personnes avaient exprimé leur opposition à la construction d'une usine de PX à Xiamen [chinois], dans l'est du pays. Depuis 2011, deux grosses manifestations ont également eu lieu à Dalian et Ningbo [anglais] pour protester contre des projets de même teneur.

Protesters wore symbolic masks and brandished posters warning against the dangers of a paraxylene (PX) spill.(From Sina Weibo)

Les manifestants portaient des masques symboliques et brandissaient des pancartes qui mettaient en avant les dangers d'un déversement accidentel de paraxylène (PX) (via Sina Weibo)

“Boluocun Yihao”, un utilisateur de Weibo et habitant de Kunming, a appelé [chinois]  à une plus grande mobilisation sur internet :

媒体被控制,手机信号被切断,保卫人民生命安全的警察却没有保卫,"XX石化炼油厂,滚出昆明!"我们不要牛奶河,我们不要PM2.5,我们不要PX。希望大家可以接力转载,转发。保护我们的母亲昆明。

Contrôle des médias, interruption du signal de téléphonie mobile, la police censée protéger le peuple et qui n'a protégé personne, “Raffinerie pétrochimique XX, quittez Kunming!” . Nous ne voulons pas d'une autre rivière de lait [une rivière polluée près de Kunming est devenue blanchâtre], nous ne voulons pas de PM2.5 [des particules en suspension très polluantes], nous ne voulons pas de PX. Repostez ce message. Protégez notre mère à tous, Kunming.

Un autre utilisateur de Weibo a critiqué [chinois] la censure mise en place par les médias :

那么大一个中国,只有《北京晚报》一家如实报道了昆明昨天发生的事。而且还不是亲自采访的,是引用网易的。据说中新社的采访了昨天的事,但是最后没能发表。新华社,央视更是能躲则躲…..中国已经没有媒体能为百姓说话了,同意的速转.

 Dans un pays aussi grand, seul le “Beijing Evening News” a relayé de manière réaliste ce qui s'est passé hier à Kunming. Et qui plus est, ce n'était même pas un article original, mais tout droit repris de NetEase. Apparemment, le China News Service a effectué une interview hier, mais finalement elle n'a pas pu être publiée.  Quant à l'agence Xinhua et CCTV, ils se cachent du mieux qu'ils le peuvent… Il n'y a pas de média en Chine qui puisse porter la voix du peuple. Repostez ce message si vous êtes d'accord.

Un musicien de Kunming, “Yinyue Xiaosun” a fait part du même sentiment [chinois] :

Sign reads: "Beatiful Kunming! We need to survive! We want to be healthy! PX—out of Kuming !"

Sur la bannière on peut lire: “Notre belle Kunming! Nous voulons survivre! Nous voulons être en bonne santé! PX hors de Kunming! ” (via Sina Weibo)

各位昆明的媒体朋友,我理解你们的工作,就像我们理解今天的警察哥哥,警察叔叔,警察姐姐一样。但是,你们都生活在昆明,都爱自己家乡,都希望自己的孩子呼吸新鲜的空气,不是吗??不是吗?不是吗?

Mes amis les journalistes de Kunming, je comprends votre travail, tout comme nous comprenons l'attitude de la police aujourd'hui. Mais vous habitez vous aussi à Kunming, vous aimez tous votre ville, vous voulez tous un air pur pour vos enfants, pas vrai ?? Pas vrai ? Pas vrai ?

“Kong Batian”, un autre utilisateur Weibo, s'est remémoré [chinois] l'Exposition Universelle d'Horticulture [anglais] organisée à Kunming en 1999 :

14年前的今天,在“人与自然,和谐发展——共同迈向21世纪”的口号下,昆明人满怀激动与自豪迎来了中国第一个世博会!而14年后的今天,云南人竟然要为了自己的生存环境走上街头进行抗争!这真是对昆明人民莫大的讽刺!

Il y a 14 ans, sous le thème de “l'homme et la nature, un développement en harmonie pour entrer dans le 21ème siècle”, le peuple de Kunming avait accueilli avec fierté et enthousiasme la première Exposition Universelle en Chine ! 14 ans plus tard, les habitants du Yunnan ont dû descendre dans la rue pour défendre l'environnement ! Quelle ironie pour nous à Kunming !

Enfin, de nombreux Weibonautes ont cité [chinois] un poème écrit par le célèbre journaliste Bai Yansong :

Sign reads " Uncle and aunt, we need clean air!"

Une pancarte où est écrit: “Oncles et tantes, nous avons besoin d'air pur!” (via Sina Weibo)

用不了多久,这座城市将慢慢退出人们的视线,沦为历史的鸡肋,美丽的传说将永远成为传说,没有人会对此负责,应该对此负责的人早已离开了这个城市,甚至这个国家,他们的子女早已远居海外,留下的只是一个破烂污染的废城,一方癌症的区域,一群朴实、愚昧的人民, 这个城市叫作昆明。

Bientôt, la ville s'éloignera peu à peu de notre champ de vue et sera effacée de l'histoire. La belle légende ne sera plus rien d'autre qu'une légende. Personne ne sera tenu responsable, car ceux qui auraient dû l'être auront déjà quitté la ville, et même le pays, depuis longtemps. Leurs enfants aussi auront immigré, laissant derrière eux une ville polluée et en lambeaux, rongée par le cancer, et peuplée d'innocents… cette ville, on l'appelle Kunming.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site