Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Eglise catholique dominicaine en justice contre une campagne d'éducation sexuelle

[Les liens renvoient vers des pages en espagnol]

L'Eglise catholique a déposé un recours contre l’Association dominicaine pour la protection de la famille  (Profamilia) pour exiger le retrait de sa campagne publicitaire, «Vos droits sexuels et reproductifs sont des droits humains», qui utilise le slogan “Savoir, Agir, Exiger” et vise à plus sensibilisation de la population à l'éducation sexuelle, l'utilisation du préservatif, l'avortement, l'inceste, le harcèlement et les grossesses à haut risque.

Les vicaires pastoraux pour la famille et la vie, et la santé de l'archidiocèse de Santo estiment que cette campagne encourage les relations sexuelles précoces et l'avortement, viole le droit à la vie, le droit des parents à exercer leur autorité sur leurs enfants et le droit à la non-ingérence dans les familles ; et utilise des images d'enfants, ce qui est interdit par la Constitution.

Samedi 11 mai le cardinal Nicolás de Jesús López Rodríguez a accusé Profamilia de promouvoir la promiscuité dans le pays en encourageant les relations sexuelles des mineurs. Le Cardinal a déclaré que la campagne favorisait la promiscuité, l'anarchie, et le vagabondage.

A medida que usted reparte preservativos fomenta el derecho al sexo; es un invento de los individuos de hoy día que no tienen ninguna vergüenza, ningún principio; yo no creo en ONG’s, creo en los principios morales.

La distribution de préservatifs encourage le droit aux relations sexuelles : c'est une invention des individus contemporains qui n'ont aucune honte ni principe : je ne crois pas aux ONG. Je crois aux principes moraux.

Afiche campaña ProfamiliaComme d'habitude, les réseaux sociaux ont offert le lieu d'une discussion animée sur le sujet. Les tweets ont rapidement foisonné sous le mot-clic #SometemeAMi en solidarité avec l'ONG Profamilia. Ci-dessous, un choix de tweets les plus intéressants.

Mariana Barrenese, spécialiste des politiques sociales :

@MaruBarrenese: #SometemeAMi por apoyar abierta y públicamente a @profamiliaRD y su campaña

@MaruBarrenese: #SometemeAMi pour soutenir ouvertement et publiquement @profamiliaRD et sa campagne

Jenny Torres, spécialiste de la pauvreté :

@JennyTorres67: Esta visión tan adultocéntrica no nos deja vivir #SometemeAMi que #YoApoyoaProfamilia

@JennyTorres67: Cette vision centrée sur les adultes ne nous laisse pas vivre : #SometemeAMi parce que #YoApoyoaProfamilia

Gloria Amézquita, une journaliste et militante pour les droits sociaux:

@GloriaAmézquita: #SometemeAMi por luchar por el derecho a decidir. Porque en el cuerpo manda la persona, no la Iglesia.

@GloriaAmézquita: #SometemeAMi se battre pour le droit de choisir. Parce que chacun est responsable de son corps, et pas l'église.

Même le procureur du District national, Yeni Berenice, soutient le travail de Profamilia :

@YeniBerenice: La campaña de @profamiliaRD educativa, oportuna, necesaria!

@YeniBerenice: La campagne de @profamiliaRD est éducative, appropriée et nécessaire !

Dans son brillant article “Le cas de Profamilia: un signe de faiblesse de l'église catholique, Denise Paiewonsky, une représentante du Collectif Mujer y Salud (Femmes et santé) a dit :

La Iglesia no acaba de entender que las actitudes de la sociedad dominicana hacia el aborto terapeutico, el acoso sexual, la educación sexual científica en las escuelas, la anticoncepción, el embarazo adolescente, etc. se alejan cada vez más de la ortodoxia eclesial.

L'Eglise ne comprend pas que dans la société dominicaine les attitudes sur l'avortement thérapeutique, le harcèlement sexuel, l'éducation sexuelle scientifique dans les écoles, la contraception, les grossesses précoces, etc. s'éloignent de plus en plus de l'orthodoxie religieuse.

La déclaration officielle de Profamilia fait clairement savoir à propos de la plainte de l'église qu'elle n'annulera pas sa campagne et elle réaffirme son engagement pour une éducation sexuelle complète basée sur des connaissances scientifiques prouvées ainsi que pour la défense des droits à la sexualité et à la reproduction comme partie intégrante des droits humains.

Les deux parties étaient convoquées lundi 13 mai devant la 5e Chambre du Tribunal civil et commercial de première instance du District National. Cependant, l'audience a été renvoyée au lundi 20 mai parce que l'Eglise et ses avocats n'ont pas présenté leurs preuves à la cour.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site