Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande: un dessinateur mis en examen pour un commentaire Facebook insultant le Premier Ministre

Tous les liens pointent vers des pages en anglais, sauf mention contraire.

Le Premier Ministre thaïlandais, Yingluck Shinawatra, a assigné en justice un dessinateur célèbre pour diffamation sur la base d'un commentaire sur Facebook la comparant à une prositutée pour avoir “vendu son pays”.

Dans une plainte déposée le 3 mai 2013, Mme Shinawatra accuse Chai Rachawat d'insulte à un représentant de l'Etat pendant une cérémonie officielle, de diffamation par la publicité et de violation de la loi contre la cybercriminalité de 2007, qui interdit de faire des commentaires diffamatoires sur Internet.

Chai, qui est illustrateur pour le journal à succès Thai Rath, avait réagi sur sa page Facebook à un discours controversé de Mme Shinawatra :

Essayez de comprendre…la prostituée n'est pas une personne mauvaise. Elle ne fait que vendre son corps. Mais cette femme vile est en train de vendre son pays.

En deux ans au pouvoir, c'est la première fois que Mme Shinawatra, qui est la première femme Premier Ministre en Thaïlande, intente un procès à un citoyen pour un commentaire sur les médias sociaux.

Pendant la 7ème conférence ministérielle internationale des démocraties qui s'est tenue en Mongolie, Mme Shinawatra a prononcé un discours qui a fait des vagues en Thaïlande. Elle y évoquait son expérience, qui devait servir d'avertissement aux autres dirigeants sur l'effondrement de la démocratie dans son pays et la douleur que cela avait causé à sa famille.

Le Premier Ministre est aussi la soeur cadette de l'ancien Premier Ministre Thaksin Shinawatra, lui-même renversé par un coup d'Etat en 2006. Thaksin s'était ensuite exilé volontairement pour échapper à une peine de prison pour corruption.

Prime Minister Yingluck Shinawatra. Image from Wikipedia

Le Premier Ministre Yingluck Shinawatra. Image de Wikipedia

Voici un extrait du discours empreint de franchise donné par Mme Shinawatra le 29 avril 2013:

Nous pensions tous que la nouvelle ère de la démocratie était enfin arrivée en Thaïlande…ce n'était pas vrai. Un gouvernement élu, qui avait gagné deux élections à la majorité, a été renversé en 2006. La Thaïlande a alors perdu le fil et le peuple a passé presque une décennie à essayer de regagner les libertés démocratiques… Mon frère, Thaksin Shinawatra, était un leader légalement élu. Nombre d'entre vous qui ne me connaissent pas diront : ‘Pourquoi se plaindre ?’. C'est un processus normal ; les gouvernements se font et se défont. Si ma famille et moi étions les seuls à souffrir, je laisserais peut-être les choses en l'état. Mais ce ne fut pas le cas. La Thaïlande a souffert… l'état de droit a été détruit… le peuple a senti que ses libertés et ses droits étaient injustement niés.

Elle a même critiqué certains aspects de la Constitution thaïlandaise :

Il est clair que des éléments antidémocratiques demeurent. La nouvelle constitution, rédigée sous le gouvernement issu du coup d'Etat, a mis en place des mécanismes qui restreignent la démocratie.

Un bon exemple en est le fait que la moitié des membres du Sénat est élue, et l'autre moitié est nommée par un collège. De plus, les agences censément indépendantes ont abusé du pouvoir qui devrait appartenir au peuple, au profit de quelques-uns plutôt que de la société thaïlandaise dans son ensemble.

Une vidéo de son discours a été mise en ligne sur YouTube (discours à partir de 1'23):

Ses propos ont enflammé l'opposition, l'armée, les médias et le Sénat, et ont suscité des discussions animées sur Internet. Beaucoup se sont tournés vers Facebook pour laisser libre cours à leur frustration.

Près de 60 sénateurs ont dénoncé les actions de Mme Shinawatra et exigé qu'elle présente des excuses au peuple thaï. Le sénateur Nareewan Jintakanon a rappelé [en thaï] à celle-ci que Thaksin avait été évincé à cause de ses abus de pouvoir :

Le Premier Ministre prétend que son frère a été maltraité. Ce n'est pas toute la vérité. Le coup d'Etat de 2006 a été déclenché par les abus de pouvoir de Thaksin. Il avait des conflits d'intérêt et était dénué de toute éthique requise dans la gestion d'un pays.

Vasit Dejkunjorn, un officier de police à la retraite qui était haut placé dans la Garde Royale, a condamné la “stupidité” de Mme Shinawatra pour avoir mis en avant l'instabilité de la Thaïlande alors que son travail consiste à promouvoir le pays auprès des investisseurs étrangers.

Le commentaire de Chai a jeté de l'huile sur le feu des discussions des internautes, dont beaucoup ont fermement critiqué la remarque. Sur le portail Pantip, un groupe d'internautres a créé le groupe “On déteste Chai Ratchawat” en réponse à ses commentaires sur Facebook. Selon ban_rach16, ce que Chai a écrit n'était pas de la satire:

Un dessinateur humoristique ne devrait pas viser aussi bas. Ce n'est pas de la satire politique, c'est chercher à semer le désordre.

Sur un autre portail, Ban Ratchadamneon, les messages anti-Chai Ratchawat affluaient aussi. Ta Kob Dong a commenté:

Il [Chai] n'a aucune morale mais il a été mis sur un piédestal. Maintenant, on voit tous son vrai visage.

Dans le même temps, un groupe de Chemises Rouges, qui soutiennent le Front national uni pour la démocratie et contre la dictature formé en opposition au coup d'Etat de 2006 contre le frère de Yingluck, a pris d'assaut les locaux du journal Thai Rath, exigeant le renvoi de Chai. L'un des manifestants portait une pancarte avec le message suivant [en thaï]:

Qu'y a-t-il de si mal à être une prostituée? Il y a beaucoup de prostituées qui aiment leur pays. Contrairement à certains médias qui vendent leur âme et oublient leurs propres idéaux.

Un nouveau site Internet, “Printemps Thaï” a été créé pour rassembler les voix des opposants à Yingluck suite à l'indignation provoquée par son discours. Tirant son inspiration des mouvements pro-démocratie du Printemps Arabe, ce site vise à lancer une pétition contre le gouvernement. La pétition “contre le discours d'Oulan Bator” a déjà recueilli plus de 23 000 signatures en date du 21 mai 2013.

La saga est loin d'être terminée si l'on en croit la prolifération des sites anti-Yingluck dans le cyberespace thaïlandais. Cela a suscité un commentaire menaçant de la part de Thaksin pendant une visioconférence donnée via Skype pour des milliers de partisans des Chemises Rouges, marquant le troisième anniversaire de la répression sanglante par l'armée des manifestations de 2010.

“Il n'y aura pas d'éclosion du Printemps Thaï” a affirmé Thaksin.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site