Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Projet de centrale thermique près des mangroves protégées des Sundarbans

[Sauf mention contraire, les liens renvoient vers des pages en anglais] Le projet de construction d'une centrale électrique au charbon jouxtant les Sundarbans [fr], la plus grande mangrove du monde, située à cheval entre le Bangladesh et l’Inde, provoque la colère des activistes bangladais qui craignent des effets destructeurs sur ce site classé au patrimoine mondial.

La construction projetée de la centrale, d’une puissance de 1320 mégawatts, dans le secteur de Rampal, district du Sud Bagerhat, a été initiée lors d'un accord bilatéral entre l'Inde et le Bangladesh pendant la visite en Inde en 2011 du premier ministre du Bangladesh, et ceci avant qu'une étude d'impact ait pu été menée le ministère bangladais de l’Environnement.

Le 20 avril 2013, la Commission du développement de l'équipement énergétique du Bangladesh a officialisé l’accord par la signature de trois contrats avec l'Entreprise Nationale d'Electricité Thermique de l'Inde. L’achèvement du chantier, estimé à 1,6 milliard de dollars US, est prévu pour 2018.

Lorsque le gouvernement a enfin publié l’évaluation de l’impact sur l’environnement de la central électrique (PDF téléchargeable ici), les écologistes l’ont rejetée lors d'une réunion consultative organisée le 12 avril par l'entreprise nationale d'électricité, arguant qu'elle négligeait la  plupart des aspects environnementaux les plus importants des Sundarbans, l'écologie, la flore et la faune, ainsi qu’une population locale nombreuse.

De plus, le rapport affirme (page 208) que le site proposé avait fait partie des Sundarbans, mais que les habitants l’avait ensuite quitté.

L’infrastructure énergétique du Bangladesh est connue pour sa faible capacité, son inefficacité et sa mauvaise gestion.  40% seulement de la population a accès à l’électricité, avec une disponibilité de 136 kWh par personne et par an. Il y a donc une énorme pression sur le gouvernement de pourvoir aux besoins grandissants en électricité.

Sur son site web, Le Comité National pour la protection des ressources de pétrole, de gaz, d’énergie et des ports recommande vivement aux citoyens de l’Inde et du Bangladesh de concentrer leurs efforts afin d’empêcher cette construction.

Environnementalistes, travailleurs sociaux et citoyens tenant des banderoles forment une chaîne humaine à Dacca pour exiger la sauvegarde des Sundarbans, la dernière plus grande mangrove du monde. Photo Firoz Ahmed. Copyright Demotix (21/3/2013)

Dans un message posté sur Facebook, Abdullah Al Imran [bengali] remarque qu’en s’associant à cette centrale électrique, l’Inde viole ses propres lois destinées à la protection de la faune et la flore :

১৩২০ মেগাওয়াট ক্ষমতার একটা বিদ্যুতকেন্দ্র গড়ে উঠবে বাগেরহাটের রামপালে যা কিনা সুন্দরবন থেকে মাত্র ১৪ কিলোমিটার দূরে। ভারতের ওয়াইল্ড লাইফ প্রটেকশন এ্যাক্ট ১৯৭২ অনুযায়ী বাঘ-হাতি সংরক্ষণ অঞ্চল,জাতীয় উদ্যান এবং জীব বৈচিত্র্যের জন্য গুরূত্বপূর্ণ বনাঞ্চলের১৫ কিলোমিটার ব্যাসার্ধের মধ্যে কোন বিদ্যুৎকেন্দ্র তৈরী করা যায় না।

 

Une centrale de 1320MW serait construite à Rampal en Bagerhat, à seulement 14 km des Sunderbans. Selon la Loi indienne sur la Protection de la Faune et la Flore de 1972, aucune centrale ne devrait être implantée dans un périmètre de 15 km de la forêt, qui est une réserve naturelle et sanctuaire pour les tigres, éléphants et autres animaux.

Sur Facebook, le journaliste Kallol Mustafa [bengali] résume l’impact sur l’environnement de la centrale selon le rapport :

বিদ্যুৎ কেন্দ্র নির্মাণের মালামাল ও যন্ত্রপাতি সুন্দরবনের ভেতর দিয়ে নদী পথে পরিবহন করা হবে। এর ফলে বাড়তি নৌযান চলাচল, তেল নি:সরণ, শব্দদূষণ, আলো, বর্জ্য নি:সরণ ইত্যাদি পরিবেশ আইন অনুসারে নিয়ন্ত্রণ না করা গেলে সুন্দরবনের ইকো সিস্টেম বিশেষ করে রয়েল বেঙ্গল টাইগার, হরিণ, ডলফিন, ম্যানগ্রোভ বন ইত্যাদির উপর ক্ষতিকর প্রভাব ফেলবে বলে ইআইএ রিপোর্টে আশংকা করা হয়েছে।

 

Les matériaux de construction et l’équipement pour la centrale devraient être transportés par voie fluviale. Le rapport EIA indique que l’augmentation du trafic de bateaux à moteur, le déversement d’huile, la nuisance sonore et la pollution de l’air auraient un effet néfaste sur les tigres du Bengale, les cerfs, les dauphins, la forêt et d’autres écosystèmes.

L’ingénieur Shahadat Hossain [bengali] a écrit sur le blog des Ingénieurs des Ressources en Eau :

প্রস্তাবিত রামপাল কয়লা বিদ্যুৎ কেন্দ্রের ইআইএ রিপোর্টের এই সংক্ষিপ্ত পর্যালোচনা থেকে স্পষ্ট যে, [..] সুন্দরবনের পাশে ১৩২০ মেগাওয়াটের এই কয়লা বিদ্যুৎ কেন্দ্রকে জায়েজ করার সর্বোচ্চ চেষ্টা করা স্বত্ত্বেও, এরপরও খোদ ইআইএ রিপোর্টে বিদ্যুৎ কেন্দ্র নির্মাণ, পরিচালানা ও কয়লা পরিবহনের ফলে সুন্দরবনের উপর সম্ভাব্য ক্ষতিকর প্রভাব সম্পর্কে এমন সব তথ্য বেরিয়ে এসেছে যা প্রস্তাবিত কয়লা বিদ্যুৎ প্রকল্পকে পরিবেশগত বিবেচনায় অগ্রহণযোগ্য বিবেচনা করার জন্য যথেষ্ট।

L’analyse du rapport de l’EIA concernant le projet de centrale électrique au charbon démontre que la construction, le fonctionnement, et le transport du charbon nécessaire à la production de 1320 MW auraient un effet négatif sur la mangrove des Sunderbans dans les années à venir ; le projet devrait être abandonné pour des raison de protection de l'environnement.

Des pêcheurs se préparent au travail au coucher du soleil, près du Centre de reproduction de Karamjal, dans l'est des Sundarbans. Photo Firoz Ahmed, copyright Demotix (26/11/2012)

Sur le blog communautaire Ishtishon, Mahbub Shumon conteste la pertinence d’endommager les Sunderbans, qui protègent le Bangladesh des catastrophes naturelles :

প্রথমত – ঝড় ঝাপটা প্রাকৃতিক দুর্যোগ থেকে থেকে বুক পেতে বাংলাদেশ রক্ষাকারী এই বনের মধ্যে বা কাছা কাছি ক্ষতিকর দূরত্বে এমন কোন প্রকল্প করা উচিৎ কিনা যা জীব – বইচিত্রের আধার এবং প্রাকৃতিক ভারসাম্য রক্ষাকারী, সর্বোপরি দুর্যোগ থেকে রক্ষাকারী এই প্রাকৃতিক দেয়াল ধ্বংস করে দিবে? সচেতন মানুষ মাত্রেই একমত হবেন নাবোধক উত্তরে। এমন বিদ্যুৎ আমাদের দরকার নাই যে বিদ্যুতের জন্য আমাদের দেশটাই ধ্বংস হয়ে যাবে।
দ্বিতীয় জরুরী প্রশ্ন হল- অন্য কোথাও বিদ্যুৎ প্রকল্প করা হলেও আমরা কি কয়লা ভিত্তিক বিদ্যুৎ প্রকল্পের ক্ষতি সামাল দিতে পারব?

Tout d’abord, ces forêts protègent le Bangladesh des catastrophes naturelles. Alors pourquoi mettre un tel projet à proximité de cette forêt, menaçant sa flore et sa faune ? Toute personne sensée refuserait. Nous n’avons pas besoin d’un pouvoir qui détruit l’écosystème de mon pays.
Deuxièmement, même si la centrale est déplacée, serons-nous en mesure de limiter les effets négatifs de la combustion du charbon ?

Le blogueur Banglar Hassan [bengali] rappelle à ses lecteurs qu’un projet similaire a été rejeté rejeté en Odisha, en Inde, faute de garanties écologiques.

Faisal Caser [bengali] demande :

যে বিবেচনায় এনটিপিসি নিজের দেশে বিদ্যুৎ কেন্দ্র নির্মাণ করতে পারেনি সেই একই বিবেচনায় বাংলাদেশে কী তাদের প্রকল্প বাতিল হতে পারে না?

La raison pour laquelle la NTPC n’a pas pu construire une centrale dans son propre pays ne constitue-t-elle pas une raison valable pour annuler un projet similaire au Bangladesh ?

Facebook event to save Sunderbans. Image courtesy Omi Hasan.

Evénement Facebook pour sauver les Sundarbans. Image avec l'autorisation d'Omi Hasan.

Des événements Facebook ont été crées afin de sensibiliser et informer sur le projet de centrale. Les dates des manifestations hors-ligne seront connues prochainement.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site