Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le caricaturiste brésilien Carlos Latuff s'insurge contre les expulsions en vue de la Coupe du Monde

Cet entretien, par Marcela Genaro, intitulé “O banco imobiliário da Cabralândia” [pt], fait partie du dossier spécial de l'agence brésilienne Pública, #CopaPública, et a d'abord été publié le 22 mars 2013, le jour de l’expulsion du village indigène de Maracanã à Rio de Janeiro.

Le dessinateur Carlos Latuff n'est pas optimiste quant à la transformation que la ville de Rio de Janeiro subit pour accueillir la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016 :

Vai ajudar exatamente quem? Certamente o Eike Batista, a Coca-Cola, as grandes corporações que estão por trás disso. Mas o Zé Povinho, certamente não.

Qui cela va-t-il aider au juste ? Sûrement Eike Batista, Coca-Cola, les grosses entreprises qui sont derrière cela, mais Monsieur tout le monde, certainement pas.

Ce Carioca de 44 ans, connu pour la défense des causes humanitaires avec ses dessins aux traits simples et à l'humour sombre, a accordé un entretien à Pública dans lequel il analysait les préparatifs en cours à Rio, qu'il surnomme “l'ex-ville Merveilleuse”, pour le gigantesque événement :

É uma ofensiva da especulação imobiliária. Ela agora pode avançar porque existe esse respaldo, que se trata de uma “coisa justa”, que vai promover a cidade lá fora. Acho que não foi à toa que a prefeitura lançou o jogo que é o Rio de Janeiro como banco imobiliário. Aquilo ali foi o melhor de todos os indicativos. Se a gente está falando de banco imobiliário não se trata dos interesses do cidadão que pega ônibus, que pega barca, pega trem. A gente está falando dos interesses dos players.

C'est une offensive de la spéculation immobilière. Elle peut avancer maintenant parce qu'il y a ce soutien, que c'est une “cause juste”, qui va promouvoir la ville au niveau international. A mon avis ce n'est pas une coïncidence que les autorités de la ville présentent ce jeu de Monopoly version Rio de Janeiro. C'était l'un des plus gros indices. En parlant de Monopoly, on ne parle pas des intérêts des citoyens qui prennent le bus, le bateau, le train. On parle des intérêts des “joueurs”.

Le jeu de Monopoly de la ville olympique, créé par le fabriquant Estrela, fait apparaître les projets récents de construction de la ville. La ville a acquis 20 000 exemplaires du jeu, pour un coût de 1 million de reais brésiliens (environ 365 euros) pour le distribuer dans les écoles publiques. Le bureau du procureur recherche s'il y a des irrégularités dans l'achat du jeu, qui pourrait promouvoir le gouvernement sous couvert d'outil pédagogique.

Latuff a aussi évoqué les expulsions forcées de communautés entières causées par les préparatifs de la Coupe du Monde et les comparait à l'idée du renouveau urbain promu par l'ingénieur Francisco Pereira Passos, maire de Rio entre 1902 et 1906. Sa réforme était mieux connue sous le nom de “l'hygiénisation” de Rio de Janeiro :

De fato o Rio de Janeiro não é um tabuleiro e nem um brinquedo. Tem sido tratado como tal, mas as pessoas que moram em favelas, nos quilombolas, nas áreas indígenas sabem que isso não é brincadeira. Remoção não é brincadeira, muito longe disso.

Véritablement, Rio de Janeiro n'est pas un plateau ni un jeu. Elle a été traitée comme cela, mais les gens qui vivent dans les taudis, dans les ‘quilombos’ (les communautés Afro-Brésiliennes descendant d'esclaves ), dans les zones indigènes savent que ce n'est pas un jeu. Le déplacement n'est pas un jeu, loin de là.

Mascote da Copa 2014 por Carlos Latuff para a Agência Pública

Mascotte de la Coupe du Monde 2014 par Carlos Latuff pour Agência Pública. Eike [Batista] est un homme d'affaires brésilien et l'un des 10 plus riches au monde.

L'opposition du caricaturiste à la politiques des grands événements lui a même valu un “tour en voiture de police” jusqu'au commissariat, quand il a été convoqué pour témoigner après avoir réalisé un dessin critiquant les Jeux Pan-américains de 2007 :

Tinha feito um desenho que era o mascote do Pan, Cauê, segurando um fuzil, dando um tiro para o alto com uma M16, uma favela ao fundo e um caveirão. Sob a alegação de que eu estava usando um desenho que era protegido por direitos autorais, fui chamado para prestar um depoimento numa delegacia. A polícia foi até a minha casa com uma intimação.

J'ai fait un dessin qui était la mascotte des Jeux, Cauê, tenant un fusil, tirant en l'air avec un M16, un taudis et un blindé de la police en arrière-plan. Au motif que j'utilisais un dessin sous droit d'auteur, j'ai été convoqué comme témoin au commissariat. La police s'est rendue à mon domicile avec une assignation à comparaître.

Latuff n'était pas intimidé. Dans le dessin réalisé pour l'agence Pública à la fin de l'entretien, le protagoniste est de nouveau la mascotte, cette fois celle de la Coupe du Monde.

Regardez la vidéo de l'entretien avec le caricaturiste, qui continue à insister pour que les Brésiliens prennent conscience de l'autre face de ces événements gigantesques:

Eu espero que haja um despertar de consciência, que a ficha caia e que as pessoas não comprem esse gato por lebre.

J'espère qu'il y aura une prise de conscience, que cela touchera le pays et que les gens ne prendront pas des vessies pour des lanternes.

Les institutions responsables de la gestion des fonds pour la Coupe du Monde 2014 et les Jeux Olympiques 2016 doivent prendre la responsabilité de leurs actes, et s'il y a quelque chose à faire, c'est de les faire apparaître clairement et durablement ainsi que les responsables.

Le témoignage de Carlos Latuff est particulièrement important parce qu'il touche un aspect social névralgique, même si les objectifs divergent entre courants de la société, du moins les opinions individuelles sont tranchées et enregistrées.

Latuff, dont les dessins ont illustré de nombreux articles de Global Voices Online, peut être suivi sur Twitter (@CarlosLatuff), Facebook, et son blog (le tout en portugais).

Le blog #CopaPública [portugais] est une initiative de journalisme citoyen qui relate comment la population brésilienne est affectée par – et se mobilise contre – les préparatifs pour la Coupe du Monde 2014.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site