Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Manifestation de travailleurs journaliers à Zouérat, en Mauritanie

Photo of the clashes, uploaded by Abo Bakr Ahmado on his Facebook

Photo des affrontements, téléchargée par Abo Bakr Ahmadosur son profil Facebook

Le mardi 28 mai 2013 au matin, des milliers de journaliers ont débuté une manifestation [arabe] à Zouérat, la capitale du Tiris Zemmour, situé au Nord de la Mauritanie, pour exiger de vrais contrats et des droits, tout comme la fin du monopole des hommes d'affaires sur la Compagnie des mines arabes (ARMICO). Les travailleurs se sont d'abord dirigés vers les locaux administratifs du gouvernorat, avant que des unités anti-émeutes ne mettent fin à la manifestation. Les travailleurs ont répliqué en occupant le bâtiment du gouvernement, les locaux d'une des entreprises concernées, tout comme les locaux de la radio nationale. L’armée [arabe] est intervenue pour prendre le contrôle de la situation et mettre fin au mouvement des travailleurs.

L'activiste Magdy Ahmed a publié un tweet sur la fuite du gouverneur du Tiris Zemmour après la manifestation [arabe]:

@mejdmr :والي ولاية زويرات الجنرال ول باهية و الوالي المساعد وشرطة المدينة يفرون أمام غضب عمال الجرنالية الذين اقتحمو مبني الولاية والإذاعة الجهوية

@mejdmr: Le gouverneur, Ould Bahia, le vice-gouverneur et la police ont fui après avoir été confrontés à la colère des travailleurs journaliers, alors qu'ils occupaient le gouvernorat et les locaux de la radio de l'Etat.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site