Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : Que se passe-t-il au Michoacán ?

[Les liens renvoient vers des pages en espagnol, sauf mention contraire]

Le Président Enrique Peña Nieto a ordonné aux forces armées du Mexique d'entrer au Michoacán, pour rétablir l'ordre et réduire l'anarchie générale, dans un Etat assailli par le crime organisé, les milices [1] ou “gardes communautaires” formées pour le combattre, et le fanatisme religieux.

Le Michoacán de Ocampo [fr] est l'un des 32 Etats qui forment les Etats-Unis du Mexique ; il comprend 113 communes, et se trouve dans le centre-ouest du pays. La crise du Michoacán et la réponse armée du gouvernement n'est pas nouvelle ; durant des années, le crime organisé a coûté la vie à des centaines de personnes.

José Gil Olmos commente la dernière campagne militaire lancée le 20 mai 2013 :

La obsesión de Felipe Calderón Hinojosa por acabar con la violencia en Michoacán a paso de botas militares ha quedado plenamente transferida a su sucesor en la Presidencia. En una medida desesperada, Enrique Peña Nieto, reprodujo el arranque de la guerra calderonista: el domingo 20 envió más de 6 mil efectivos militares y cientos de policías a esa entidad. Al caos y al desgobierno que han impuesto los cárteles de la droga, Peña Nieto responde con medidas apresuradas y comete sus primeros errores tácticos.

L'obsession de Felipe Calderón de mettre fin à la violence au Michoacán par la voie militaire a été minutieusement transmise à son successeur à la Présidence. En un remède désespéré, Enrique Peña Nieto a reproduit le début de la guerre de Calderón : samedi 20 mai, il a envoyé plus de six-mille militaires et des centaines de policiers dans cet Etat. Au chaos et non-droit que les cartels de la drogue ont imposés, Peña Nieto répond par des mesures hâtives et commet ses premières erreurs tactiques.

Au cours du précédent mandat présidentiel de six ans de Felipe Calderón, diverses opérations ont été menées dans l'intention d'imposer l'ordre, mais beaucoup doutent qu'elles aient réussi. Comme le journaliste Joaquín López-Dóriga qui écrit :

Michoacán está hoy mejor que hace seis años? Desde mi punto de vista, que no tiene importancia alguna, no. Pero desde el de cientos de miles de michoacanos, que son los que cuentan, hoy están peor que entonces en lo que, sin duda, ha influido que en menos de seis años hayan tenido tres gobernadores y un olvido que pasó de la atención volcada al abandono de regiones.

Y aunque pueda molestar a algunos, hay que empezar de nuevo para superar el estado, sin duda fallido, en Michoacán, situación que si no se atiende puede convertirlo en un estado perdido.

Le Michoacán est-il mieux aujourd'hui qu'il y a six ans ? De mon point de vue, qui est sans importance, non. Mais du point de vue des centaines de milliers d'habitants du Michoacán, qui sont les seuls qui comptent, ils vont plus mal maintenant qu'avant, sans aucun doute du fait qu'en moins de six ans ils ont eu trois gouverneurs et d'un oubli passé du retour d'attention à l'abandon des régions.

Et bien que cela puisse offenser certaines personnes, nous devrons recommencer à conquérir l'Etat du Michoacán assurément failli, dans une situation qui si elle n'est pas réglée le transformera en Etat perdu.

L’Etat en déliquescence dont López-Dóriga qualifie le Michoacán s'ajoute à des remarques faites par le dirigeant de la principale force politique de gauche du Mexique, Jesús Zambrano, qui a récemment déclaré que “d'ici à 2015, le Michoacán pourrait être un narco-Etat, dans lequel le crime organisé pourrait s'emparer des 113 présidences de municipalités’.

Le portail Nuklear évoque aussi la situation chaotique dans laquelle se trouve le Michoacán :

En la entidad impera la violencia y la inseguridad debido a las constantes protestas de normalistas, las agresiones de grupos de autodefensa y enfrentamientos del crimen organizado. Michoacán se ha caracterizado por ser blanco de la delincuencia organizada, pero la inseguridad se ha visto acentuada, luego de que el gobernador, Fausto Vallejo, pidiera licencia para ausentarse tres meses del cargo, a fin de atender sus problemas de salud. Y a pesar de que el secretario de Gobierno, Jesús Reyna, funge como gobernador sustituto, en la entidad impera un estado de ingobernabilidad.

Violence et danger règnent en maîtres dans l'Etat : manifestations permanentes d’élèves-instituteurs, attaques des groupes d'auto-défense et conflits du crime organisé. Le Michoacán a été défini comme la cible du crime organisé, mais l'insécurité s'est accentuée depuis que le gouverneur, Fausto Vallejo, a demandé un congé de trois mois pour s'occuper de ses problèmes de santé. Et malgré le secrétaire du gouvernement, Jesús Reyna, gouverneur par intérim, l'anarchie s'empare de l'Etat.

Un autre problème auquel l'Etat fait face est le fanatisme religieux, présent dans une communauté connue sous le nom de “Nouvelle Jerusalem [es]”. Des incidents comme ceux relatés par Zayín Dáleth Villavicencio, où les adeptes du groupe religieux empêchent l'Etat d'offrir une éducation élémentaire aux enfants, sont devenus communs :

Con el argumento de haber recibido un mensaje de la Virgen del Rosario, alrededor de un centenar de personas del grupo religioso de la Nueva Jerusalén del municipio de Turicato, en Michoacán, bloquearon desde la mañana de este lunes el predio en el que se pretenden reconstruir las aulas de preescolar, primaria y telesecundaria que fueron destruídas el pasado 6 de julio.

Con esto, se vuelve a encender la alerta ya que los pobladores que se apoderaron del terreno para impedir el arribo de material de construcción, se oponen a la impartición de la educación laica dentro y en las inmediaciones de su comunidad. Situación que derivó en un conflicto que a casi cinco meses no se ha logrado dirimir.

Au prétexte d'avoir reçu un message de la Vierge du rosaire, depuis ce lundi matin, une centaine de personnes du mouvement religieux Nouvelle Jérusalem de la commune de Turicato au Michoacán ont bloqué le terrain sur lequel devaient être reconstruites des salles de classes maternelles, primaires et les bureaux de Telesecundaria [une chaîne mexicaine lancée pour développer l'éducation secondaire] détruits le 6 juillet dernier.

Avec cela, nouvelle alerte, les habitants ont occupé le terrain pour empêcher l'arrivée de matériel de construction, ils s'opposaient à une éducation laïque au sein et aux environs de la commune. C'est une situation qui a conduit à un conflit qui n'a pas été résolu durant près de cinq mois.

Sur Twitter, Jesús Robles Maloof (@roblesmaloof) a lancé une nouvelle polémique avec la découverte que le PAN (Parti action nationale) a mentionné qu'un retrait des pouvoirs locaux devrait être ordonné dans l'Etat en question :

@roblesmaloof: El PAN en el Senado pedirá la desaparición de poderes en #Michoacán ¿En qué estado inició Felipe Calderón su “guerra contra el crimen”?

@roblesmaloof [es]: Au Sénat, PAN demandera le retrait des pouvoirs au #Michoacán [es] Dans quel Etat Felipe Calderón avait débuté sa “guerre contre le crime” ?

Juan Carlos Pueblita (@jcpueblita) au Michoacán faisait le commentaire suivant au sujet de cette “nouvelle” stratégie pour la reconquête du Michoacán :

@jcpueblita: Las medidas militares de contención en #Michoacán son sólo eso, de contención. La verdadera solución es mejorar su gobierno

@jcpueblita: Les mesures d'endiguement militaire au #Michoacán ne sont que ça, un endiguement. La vraie solution est d'améliorer son gouvernement

Et afin de mieux comprendre la situation actuelle dans la “Nouvelle Jérusalem”, l'utilisateur elissarima (@tlanemani_tlan) a partagé la photographie suivante des restrictions pour accéder à l'école contrôlée par le groupe religieux :

@tlanemani_tlan: Las reglas de la escuela en La nueva Jerusalén, Michoacán –> pic.twitter.com/9nzZiUqIma

@tlanemani_tlan [es]: Les règles de l'école nouvelle Jérusalem, Michoacán –> pic.twitter.com/9nzZiUqIma

Las reglas de la escuela en La nueva Jerusalén, Michoacán. Foto compartida por @tlanemani_tlan en Twitter.

Les règles de l'école nouvelle Jérusalem, au Michoacán. Photo partagée par @tlanemani_tlan sur Twitter. ‘Attention. L'entrée de femmes avec jupes courtes ou décolletés, sans manches, portant des pantalons, du maquillage, du vernis à ongles ou une tête non couverte est interdit. Ainsi qu'aux hommes à cheveux longs ou vêtus de manière indécente.’

L'ordre sera-t-il rétabli au Michoacán ? L'Etat garantira-t-il les droits fondamentaux des personnes du Michoacán, parmi lesquels celui à l'éducation ? Militariser la zone est-elle la meilleure option pour réduire la violence ? Seul le temps le dira. En attendant, les familles victimes d'extorsion et menacées d'exécutions ne peuvent attendre plus longtemps que la paix revienne dans cet Etat démuni.

[1] En l'absence de forces de l'ordre dans divers Etats assaillis par le crime organisé, la population civile s'est organisée elle-même pour prendre les armes afin de protéger leurs familles et se faire justice eux-mêmes. Ces groupes ont différents noms tels que “groupes d'auto-défense”, “police” ou “garde communautaire”, etc.. Mais il est à craindre que certains de ces groupes informels soient soutenus par le crime organisé lui-même, ou pire encore, par des organisations de guérilla. Guerrero, Chiapas et Michoacán font partie des Etats dans lesquels ces groupes se cachent régulièrement le visage pour éviter d'être reconnus.
Photo de jpazkual sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site