Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Union africaine célèbre ses 50 ans

L'Union africaine (UA), la plus grande organisation inter-étatique en Afrique, a célébré son 50e anniversaire du 25 au 27 mai 2013 à son siège à Addis-Abeba, en Éthiopie, suscitant des débats parmi les Africains à travers le continent sur la pertinence et l'efficacité de l'organisation.

[Liens en anglais sauf mention contraire] L'UA a commencé comme Organisation de l'unité africaine (OUA), fondée le 25 mai 1963, avec 32 membres. Bien que souvent critiquée pour l'incapacité à faire appliquer ses décisions, l'organisation a joué un rôle clé pour mettre fin à la domination coloniale sur le continent à travers son aide à des groupes rebelles.

Après que l'Union africaine eut remplacé l’OUA en 2001, bon nombre des mêmes critiques – que l’Union avait peu de pouvoir réel pour s'attaquer à la pauvreté et aux conflits qui affligent le continent – se sont répétées. L'UA compte maintenant 54 Etats membres [fr].

logo

Les célébrations de l'anniversaire ont favorisé des discussions en ligne entre les Africains qui ont suivi les événements et des dignitaires, la société civile et des jeunes qui étaient présents. Ces discussions ont porté sur les défis rencontrés par l'UA et les succès qu'elle a remportés.

Webster Madanhi dans un billet du blog Freedom Trapped (Liberté Emprisonnée) a analysé les succès de l'UA :

Pour beaucoup d'Africains, la plus grande réussite de l'organisation depuis 50 ans a été sa capacité à continuer à exister tout simplement. Si quiconque pensait que mon verdict est trop sévère, rappelons que les Africains ont encore besoin de visas – souvent coûteux et un gaspillage de temps – pour visiter tout autre pays africain.

Lors d'une assemblée sur le dialogue inter-générationnel pour les enfants et les jeunes, qui faisait partie des célébrations du 50e anniversaire, le président zambien Michael Sata s’est opposé à l'idée d'un passeport commun pour les Africains faisant valoir que cela encouragerait la criminalité sur le continent.

De nombreux Africains ont utilisé Twitter pour parler des succès et des défis de l'Union africaine.

L’étudiant et photographe amateur Abdul Sharif (@Africathinker) s’est interrogé sur l’idée d’un passeport africain commun:

@Africathinker: Imaginez avoir un passeport et une monnaie africaine uniques ? #AUat50 #Africaday #Panafricanism

L'écrivain, conférencier et enseignant Sunny Bindra (@sunnysunwords) a relevé que le panafricanisme signifiait plus que de se réunir pour des conférences :

@sunnysunwords#PanAfricanism # Le Panafricanisme n'est pas que l'organisation de conférences, il s'agit de moins d'obstacles, plus d'échanges de savoir, de capitaux et de produits.

Abdi Hakim  (@Abdihakim) a réfuté les allégations que l'UA n'avait rien réalisé :

@Abdihakim: Fausse assertion que @AUC_DPA  n'a rien réalisé. Regardez la Somalie qu'elle a pratiquement relevée de zéro. Fierté #panafricanism

Cependant, d'autres comme le conseiller financier Ngarawa Gichumbi Sam  (@GichumbiSam), ont critiqué l'UA :

@GichumbiSam: Pour moi, l'UA est le meilleur organe pour façonner l'Afrique dans le panafricanisme, mais ceux qui se rencontrent aujourd'hui à Addis-Abeba sont mal placés pour mettre [la Cour pénale internationale] à l'ordre du jour.

Son tweet est venu quelque jours après que des dirigeants africains ont accusé la Cour de cibler les dirigeants africains :

@IamEtiks: Les dirigeants de l'UA accusent #ICC de discrimination raciale …..

Les dirigeants africains ont demandé à la CPI de retirer les accusations de crimes contre l'humanité à l'encontre des dirigeants du Kenya. Le Président de la CPI Sang-Hyun Song [fr] a réfuté les allégations selon lesquelles le tribunal ciblait les dirigeants africains.

Michelle Rosentall, une blogueuse basée aux Etats-Unis, a envoyé la vidéo à l'intention de l'Union africaine pendant les célébrations :

Vidéo: http://vimeo.com/66976507

Le panafricanisme et la renaissance africaine sont un grand pas pour “offrir à l'Afrique une chance pour sa renaissance et l'élaboration de sa vision et de sa mission pour 2063,” proclamait l'UA avant les célébrations.

Seul le temps nous dira si l'Union africaine va réussir à promouvoir l'unité, la solidarité et la coopération entre les Etats africains pour atteindre des conditions de vie meilleure pour les peuples d'Afrique.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site