Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Corée du Sud : Lutte contre la pédopornographie ou censure ?

(Liens en anglais ou coréen) En Corée du Sud, une nouvelle loi pour la protection des jeunes, visant à protéger les enfants en prenant des mesures fermes contre la pornographie infantile, est actuellement attaquée en raison de son langage flou qui désigne comme des criminels les internautes téléchargeant sans le savoir du contenu suspect et les artistes qui dépeignent des enfants à travers leur travail

La loi de protection sexuelle des jeunes est entrée en vigueur il y a un peu moins de deux mois, mais les protestations ont déjà afflué contre l’ambiguïté de la loi et la répression trop zélée de sites de partage de fichiers. D'après les informations de la presse locale [coréen], 1938 personnes ont été placées en détention provisoire et six arrêtées pour violation de la loi rien qu'en avril. Seuls 106 personnes parmi elles étaient directement impliquées dans la conception et la vente de pornographie infantile.

La loi de protection sexuelle des jeunes ne punit pas uniquement ceux directement impliqués dans la production et la vente de pornographie infantile mais aussi les personne qui téléchargent simplement un fichier avec du contenu implicitement sexuel  représentant des personnes semblant être mineures. Les utilisateurs ont envahi les sites communautaires en ligne, dont ‘Discussions d'internautes sur les mesures restrictives contre la pornographie‘, le plus important site dédié au sujet avec 93000 membres, pour faire état de leurs propres expériences. Certains ont écrit qu'ils avaient été accusés d'être des distributeurs de pornographie pour avoir partagé sans le savoir des fichiers qu'ils avaient téléchargés via torrent file.

Protestation d'une personne contre la loi de protection sexuelle des jeunes. Photo du blogueur DooPiece (CC BY- NC- ND 2.0)

L'une des clauses de la loi stipule qu’ “une expression [culturelle ou artistique] qui dépeint ou implique un rapport sexuel avec ‘un humain ou une image pouvant être perçu(e) comme des enfants mineurs” dans quelque média que ce soit est une infraction. Cela inclut les personnages virtuels dans une animation ou un jeu.

L'utilisateur Hanguk-dongin [coréen] sur DeviantART, un site communautaire en ligne pour les artistes, a protesté contre la clause controversée, écrivant [coréen] :

이 법률은 ‘실재'아동을 괴롭히는 이들을 처벌하려는 것이 목적이 아니라, 마치 표현물, 창작물을 검열하기 위한 것으로 보입니다 […] 당신이 그린, 쓴 캐릭터가 아동이나 청소년이 아닐지라도 “아동/청소년으로 보인다”는 집행기관의 자의적 판단으로 당신은 범죄자가 될 수 있습니다.

Cette loi ne semble pas vraiment punir ceux qui harcèlent les “vrais enfants”, mais plutôt censurer les activités créatives et les expressions [culturelles] […] Bien que les personnages que l'on dessine et dépeint puissent ne pas être techniquement mineurs, si les personnages “paraissent être des enfants mineurs”, on peut être un criminel qui a violé la loi. Cela dépasse complètement le jugement délibéré de la mise en application de la loi.

L'auteur a aussi accusé la loi de faire deux poids, deux mesures quand il s'agit de l'art — certains travaux littéraires étant perçus comme “travail sérieux d'art” peuvent se permettre de contenir des contenus similaires, tandis que des dessins populaires ne le peuvent pas.

Le blogueur DooPiece analyse [coréen] :

표현의 자유 측면에서도 아청법은 상충된다. 청소년을 대상으로 한 여러 만화나 애니, 게임에 등장하는 캐릭터들은 설정이 20세가 넘은 젊은 여성이거나 늙지 않는 판타지 세계의 요정일지라도 의도치 않게 여기에 걸려들수 있다. 당연히 작가나 출판, 배표 업자의 입장에선 서비스를 위해서라도 해당 내용을 수정 순화시킬 수 밖에 없단 얘기고, 이는 곧 자유로운 표현의 위축을 불러오게 될 것이다.

La loi va aussi à l'encontre de la liberté d'expression. Tout personnage de dessins, animations, et jeux qui sont vendus aux enfants [est soumis à cette règle]. Cela inclut les personnages féminins qui ont la vingtaine  et les elfes, qui sont éternels [s'ils semblent mineurs]. Cela a à l'évidence forcé les auteurs, publications, et les sociétés de distribution à modifier leur contenu et cela va refroidir la libre expression.

L’ Open Net de Corée du Sud, associé à plusieurs collectifs de dessinateurs, a publié une déclaration exprimant les inquiétudes d'abus dans l'application de la loi. L'auteur révélait que plusieurs des mis en cause pour violation de la loi ont témoigné de changements faits dans leur actes d'accusation écrits initiaux – signifiant que la police a changé certaines descriptions des raisons sur lesquelles ils ont été accusés – ce qui serait une faute grave provoquée par l'ambiguïté de la loi :

경찰단계에서 실존 아동에 대한 성범죄를 보호하기 위한 수사활동을 하기보다는, ‘보여주기식’으로 무리하게 수사 및 기소를 하여, 아청법 위반의 소지가 없었던 사람들이 억울하게 오랜시간 고초를 겪은 셈입니다. […] 실존아동과 전혀 관련없이 아동학대라는 설정을 그림이나 애니메이션으로 표현하였다고 해서 아동성범죄로 처벌하는 것은 살인에 대한 내용이 있다고 해서 살인죄로 처벌하거나 […] 이렇게 해석되면 아동학대, 살인, 마약의 극악무도함을 보여주려는 작품 제작자들까지 모두 범죄자가 되어버립니다.

Les enquêtes de police, plutôt que de se focaliser sur la protection des enfants mineurs qui sont potentiellement victimes de crimes sexuels, étaient au contraire déterminées à prouver leur sérieux au regard de la loi . Et ainsi la police a enquêté et inculpé trop de personnes à tort, à tout-va.  De ce fait, des personnes innocentes, qui n'auraient pas du être suspectées ont injustement souffert durant une longue période […] Considérer une simple représentation comme étant du harcèlement, ce qui est exprimé par une image et une animation, comme un crime avéré contre des enfants, est ridicule Cela équivaut à appliquer le même niveau de sanction à un créateur de contenu qui dépeint un meurtre et à un meurtrier de fait  […] S'ils sont trop zélés pour appliquer cette loi, les créateurs de contenu qui montrent la perversité des violences aux enfants, le meurtre, ou l'abus de drogue peuvent être accusés d'être des criminels.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site