Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Point final pour le plus important blog consacré à la crise économique en Irlande

(Billet d'origine publié en anglais le 21 mai 2013)

(Liens en anglais) Le blog Nama Wine Lake, importante source d’informations sur les efforts de l’Irlande pour faire face à la crise économique met fin à ses publications, soulevant une vague de spéculations concernant l'identité de son auteur et les raisons l’ayant poussé à arrêter d’écrire.

Lancé en janvier 2010 suite à la crise financière qui frappe le pays et oblige le gouvernement à demander l’aide de la Troïka (composée de représentants de la Commission Européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international), Nama Wine Lake, s'intéressait surtout à la National Asset Management Agency (NAMA), une agence gouvernementale fondée en 2009 pour répondre à la crise.

La NAMA  jouait le rôle de structure de défaisance ou « mauvaise banque » : elle achetait des actifs dévalués aux banques pour les revendre, enregistrant ainsi les pertes au nom des banques privées ou des sociétés tout en leur fournissant des liquidités. Nama Wine Lake se joignait aux nombreuses voix accusant la NAMA de gaspiller de l’argent public au bénéfice des banques.

 

screen shot of the NAMA Wine Lake blog homepage as of May 19 2013

Capture d’écran de la page d’accueil du blog Nama Wine Lake du 19 mai 2013.

Sous le pseudonyme Jagdip Singh, l’auteur du blog a fait part de sa décision le 19 mai 2013 de façon laconique :

Après 3 ans et demi et 2 700 billets, celui-ci marquera la fin de Nama Wine Lake. Je regrette sincèrement de ne pas pouvoir continuer ce qui s’est transformé en une tâche à temps complet et m’a empêché de vivre une vie normale.

Il ajoute que les publications resteront en ligne. En outre, l’auteur a publié un mystérieux message sur la page de présentation du site :

Un panda entre dans un bar. L’horloge marque 3 h 29, la trotteuse est cassée et bloquée sur 59. Le panda prend place au bar et regarde autour de lui. Dans un coin, un couple est engagé dans une tranquille conversation. À l’autre bout du comptoir, un homme seul. Le panda commande un piña colada. Le serveur s’exécute et le panda frappe le comptoir de sa patte pour réclamer la boisson dans un verre haut. Le couple lève les yeux, le panda les dévisage. Ils baissent le regard et contemplent leur table. Le serveur s’approche du panda et lui dit : « J’ai entendu que le blog s'arrêtait ». Le panda lui répond : « Je regrette sincèrement de ne pas pouvoir continuer ce qui s’est transformé en une tâche à temps complet et m’a empêché de vivre une vie normale. » À ce moment, la trotteuse se débloque et marque 60.

Pour quelle raison le panda ne continue-t-il pas le blog ?

La journaliste irlandaise Laura Noonan (@LauraNoonanIRL) résume le sentiment général des utilisateurs de Twitter irlandais lors de l’annonce de l’arrêt du blog Nama Wine Lake :

@LauraNoonanIRL : L’abandon du blog @namawinelake marque la fin d’une époque. C’était une publication incontournable pour toute personne intéressée par la situation des banques et des biens immobiliers en Irlande. Il nous manquera.

L’auteur a-t-il reçu des menaces ?

La raison ayant poussé le blogueur a cessé d’écrire n’est pas claire.  Certains internautes, tels que @urlofcork, suspectent que son auteur ait fait l’objet de menaces.

@urlofcork : Aujourd’hui, Nama Wine Lake a annoncé la fin du blog, suite à des menaces juridiques de la NAMA. Il a mis en lumière ces pratiques dégoûtantes et a été forcé au silence.

Deux semaines avant l’annonce, l’auteur de Nama Wine Lake avait expliqué en détails le contenu d’une lettre le menaçant de poursuites judiciaires envoyée par le cabinet d’avocats nord-irlandais Johnsons. Dans un billet antérieur, il avait déclaré que Neil Adair était à la tête du Maple 10 ou de l’Anglo Golden Circle, un groupe financier ayant reçu des prêts de l’Anglo Irish Bank contre l’achat d’actions. Malgré un erratum rapide et des excuses, le blog avait été accusé par les avocats d’avoir volontairement et intentionnellement voulu salir la réputation de Neil Adair.

Sur Twitter, Karl Welhan (@WhelanKarl), professeur d’économie au University College of Dublin, fait le lien entre la lettre et la fermeture du blog :

@WhelanKarl : vu ce billet et le ton de celui d’aujourd’hui, je ne serais pas surpris si la fin de NWL était liée à cette lettre. http://namawinelake.wordpress.com/2013/05/05/how-paul-tweeds-johnsons-solicitors-are-trying-to-muzzle-the-namawinelake-blog/ …

Menaces ou pas, Constantin Grudgiev, économiste et blogueur, souligne le manque de soutien dont souffre les personnes publiant des informations de manière indépendante en Irlande.

Je peux témoigner, en me fondant sur mon expérience et celle d’autres personnes, que ceux qui proposent des informations indépendantes divergeant des déclarations officielles (sans distinction d’orientation politique/idéologique) ne bénéficient d’aucun soutien (moral, citations ou publication de liens) des médias nationaux (à ne pas confondre avec les médias internationaux) et des entreprises.

Les membres de notre société, y compris les médias traditionnels, qui tirent profit de l’analyse gratuite, du climat d’ouverture et du débat que les analystes indépendants aident à créer, préfèrent promouvoir et soutenir (notamment via les revenus publicitaires, les liens croisés, les citations et le lectorat) ceux qui proposent un consensus plutôt qu’une alternative.

En Irlande, les analystes indépendants opèrent dans un environnement de pression « douce », généralement indirecte, de part de la société, en ligne avec l’élite officielle, qui bénéficie souvent de soutien direct et indirect (y compris financier) des sociétés et des organisations politiques et idéologiques les plus importantes du pays et même d’organisations européennes. Cela explique que les nouveaux médias irlandais indépendants restent faibles, sous-financés et souvent marginalisés.

Sur IrishEconomy.ie quelques commentateurs ont félicité et remercié l’auteur de Nama Wine Lake.

C’est le cas de Gavin Kostick :

Félicitations pour votre extraordinaire résultat.

Votre initative et votre persévérance ont montré que les citoyens peuvent prendre en main les questions qui les intéressent et avoir un impact sur la vie publique.

Le temps et les efforts investis dans le travail que vous avez effectué sont époustouflants.

David O'Donnell salue également le travail du blogueur :

Un exemple de citoyenneté active employée pour faire la lumière sur le monde opaque de la NAMA. Merci !

Tout comme Georg R. Baumann :

Je me souviens de votre blog depuis le premier jour. Il était source d’inspiration. Il présentait un niveau de journalisme bien supérieur à celui des médias traditionnels et de la presse à scandale qui composent le paysage médiatique irlandais. Pour moi, il s’agissait de la version irlandaise de Wikileaks, il dégageait le même esprit.

Reste une question : qui est l’auteur du blog Nama Wine Lake ? Sur Twitter, les spéculations vont bon train :

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site