Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Prix européen pour l'aide aux victimes de la crise de crédit hypothécaire espagnole

[Les liens renvoient à des pages en langue espagnole sauf indication contraire.]

Le Parlement européen a annoncé les gagnants du Prix du citoyen européen de cette année. L'une des récompenses est revenue à la Plateforme des victimes du crédit hypothécaire (PAH en espagnol), une organisation populaire consacrée au soulagement de la souffrance des gens en Espagne qui ont été touchés par la crise des subprimes et expulsés de leurs domicile. D'après le site [français] du Parlement européen, cette récompense est donnée aux

personas u organizaciones excepcionales que luchen por los valores europeos, promuevan la integración entre ciudadanos y los Estados miembros o faciliten la cooperación transnacional en el seno de la Unión, y a los que día a día tratan de promover los valores de la Carta de Derechos Fundamentales de la UE.

individus et organisations d'exception qui luttent pour les valeurs européennes, promeuvent l'intégration entre les citoyens et les Etats membres ou facilitent la coopération transnationale au sein de l'UE, et à ceux qui au jour s'efforcent de promouvoir les valeurs de la charte des droits fondamentaux de l'UE.

Recogida de firmas para la ILP en Berriozar (Navarra). Imagen de la web de la PAH en Navarra

Recueil de signatures pour la pétition ILP à Berriozar (Navarre). Photo du réseau PAH à Navarre

L'un des engagements les plus importants de PAH était l'initiative législative populaire (ILP en espagnol), une pétition qui vise à modifier la loi actuelle sur le crédit immobilier pour autoriser les propriétaires à transférer le titre de leur résidence à leur établissement bancaire et de cette façon régler leur dette, même au cas où la propriété vaut moins que le prêt. D'après les sondages, elle a le soutien de près de 90% des Espagnols. Bien que la pétition ait déjà obtenu 1,5 million de signatures et ait été prise en considération par le Parlement, PAH a décidé de la retirer quand il a découvert que le gouvernement avait l'intention d'approuver une loi qui suscité le commentaire suivant du porte-parole de PAH Ada Colau :

nos parece inaceptable que el Gobierno pretenda utilizar su mayoría para aprobar una ley que nada tiene que ver con nuestra propuesta. No queremos que lo haga en nuestro nombre. Nosotros la seguiremos defendiendo a través de nuestras campañas de desobediencia, sin renunciar a seguir presionando al Gobierno

il nous paraît inacceptable que le gouvernement prétende utiliser sa majorité pour faire voter une loi qui n'a rien à voir avec notre proposition. Nous ne voulons pas qu'ils fassent cela en notre nom. Nous continuerons à la défendre à travers notre campagne de désobéissance civile, sans relâcher la pression sur le gouvernement.

PAH a nourri des campagnes controversées comme les escraches [[français] un genre de démonstrations publiques ciblées] contre des personnalités politiques afin de recueillir leur soutien à la pétition, ce qui a eu pour effet auprès de la direction du Parti Populaire de qualifier les activistes de PAH de “Nazis” et les accuser de soutenir les groupes pro-ETA.

Críticas de internautas a las reacciones del PP. Imagen subida a Twitter por el usuario munozporque

Critique par des internautes de la réaction du PP. Image téléchargée sur Twitter par l'utilisateur Rafael Muñoz

Les politiciens du Parti Populaire (PP) au pouvoir ont réagi furieusement à la remise au prix, annoncée le 6 juin 2013. L'eurodéputé espagnol Carlos Iturgaiz déclarait :

hoy ha sido Ada Colau, mañana nos pueden traer a Arnaldo Otegi y con el voto de la izquierda salir adelante y dar un premio a Otegi.

Aujourd'hui c'était Ada Colau, demain ils peuvent nous amener Arnaldo Otegi et avec le vote de gauche aller plus loin et obtenir un prix pour Otegi.

[Arnaldo Otegi [français] est le dirigeant historique de Herri Batasuna, la branche politique de l'ETA].

Plusieurs internautes ont critiqué le commentaire de l'eurodéputé. Cavendish et Tony S.A.G. ont répondu sur Twitter :

@lowcost12: -Quién ha dicho que después de Colau vendrá Otegui? -Iturgáiz -No, me refiero a si lo ha dicho alguien con cerebro

@lowcost12: – Qui a dit qu'après Colau ce serait Otegi ? – Iturgáiz – Non, Je me demande si celui qui l'a dit a un cerveau

@Tony_SaGPP”hoy ha sido Ada Colau,mañana nos pueden traer a Arnaldo Otegui” hoy es el PP, mañana nos pueden traer la vuelta del Generalisimo.

@Tony_SaG: PP “aujourd'hui c'était Ada Colau, demain ils peuvent nous amener Arnaldo Otegi” aujourd'hui c'est le PP, demain ils pourraient faire revenir le Généralissime [Franco].

Bosco Martín Algarra, sur son blog treinta y muchos dit :

Ningún político en su sano juicio, salvo Iturgáiz y algunos compañeros de su partido se atreve a comparar a la PAH con ETA y a Ada Colau con Otegi. Resulta tan desproporcionado que hasta muchos simpatizantes del PP evitan criticar en público a la PAH para no ser identificados con opiniones tan absurdas como las de Iturgáiz. Y lo peor de todo: es Iturgáiz, precisamente alguien que ha padecido el acoso etarra como él, quien utilice de manera tan irresponsable argumentos tan superficiales.

Aucun politicien de bonne foi, sauf Iturgáiz et quelques-uns de ses amis du parti n'oserait comparer le PAH à l'ETA et Ada Colau à Otegi. C'est une réaction si disproportionnée que beaucoup de sympathisants du PP évitent de critiquer publiquement le PAH afin de ne pas être identifiés avec des opinions aussi absurdes que celles de Iturgáiz. Et le pire est que quelqu'un comme Iturgáiz, qui avait souffert d'une agression par l'ETA, utilise de tels arguments superficiels de manière si irresponsable.

Les eurodéputés du Parti Populaire ont indiqué qu'ils allaient demander que le prix soit annulé bien que le Parti populaire européen, auquel ils appartiennent, ait soutenu la récompense du PAH. Le socialiste

Captura de pantalla de Le Monde. Tuit de Carmela Ríos
Capture d'écran du quotidien français Le Monde. Tweet de Carmela Ríos

Enrique Barón, ancien président du Parlement européen et seul Espagnol du jury, commentait dans un entretien avec Eldiario.es:

Se aprobó todo por unanimidad y en el caso del premio a la PAH no hubo ningún tipo de debate. Los populares europeos estaban de acuerdo.

Tout a été approuvé à l'unanimité, et dans le cas du prix du PAH il n'y a eu aucun débat d'aucune sorte. Le Parti populaire européen était d'accord.

Pendant ce temps Rafael Hernando, un député PP, postait un tweet :

@Rafa_Hernando Baron PSOE hace trampas para quitarle el Premio del Parlamento Europeo a una discapacitada medallista olímpica y darselo a Colau vaya jeta!

@Rafa_Hernando Baron du PSOE ferme les yeux pour l'annulation du prix du Parlement européen à une médaillée paralympique et ne manque pas de toupet de le donner à Colau !

Hernando fait référence à Teresa Perales [anglais], une nageuse paralympique espagnole qui a obtenu 22 médailles —autant que Michael Phelps— également nominée. Le jury a justifié sa décision arguant que

Los deportistas no reúnen los requisitos de este galardón porque ya tienen su propio reconocimiento en su actividad.

Les athlètes ne correspondent pas aux critères puisqu'ils ont déjà reçu une reconnaissance pour leurs efforts.

La porte-parole des sports du PP, Miriam Blasco, donne son opinion :

Se quiere castigar al Gobierno pero se le da una patada al deporte paralímpico

Ils veulent punir le gouvernement mais c'est le sport paralympique qui prend le coup

Ce à quoi l'internaute JAVI répondait :

Ya está el PP en pleno en el papel de víctima (el que más les gusta despues del de embusteros) y manipulando a los minusválidos para intentar crear en la opinión pública la sensación de injusticia. Se puede caer más bajo?

Le PP joue déjà le rôle de la victime (son deuxième préféré après le mensonge) et manipule les handicapés afin d'encourager un sentiment d'injustice publique. Peut-on tomber plus bas ?

Le Ministre espagnol aux Affaires extérieures, José Manuel García Margallo, a dit qu'il considère une “erreur de la part du Parlement” d'offrir le prix à PAH alléguant que “cela a encouragé les escraches.”

Imagen de la PAH de Sant Boi en Facebook

Image sur Facebook de la page web de PAH dans la commune de Sant Boi

Bien que le parti de gouvernement mette les escraches organisés par PAH au centre de sa campagne en faveur de l'ILP, son programme est surtout celui d'un groupe d'intérêt essayant de défendre un droit constitutionnel au logement et de soulager le drame de la saisie et de l'expulsion —qui pour l'année 2012 seulement a laissé plus de 30.000 familles sans domicile (chiffre de Colegio de Registradores)— en offrant une aide légale et un soutien psychologique aux victimes de la crise du logement. Même la Banque centrale européenne, dans un rapport publié le 26 mai recommandait au gouvernement espagnol :

«debería adoptarse un conjunto de medidas más amplio que aborde las causas subyacentes de las dificultades relacionadas con las hipotecas y que trate de evitar, en la medida de lo posible, las ejecuciones hipotecarias»

une série de mesures plus larges devraient être adoptées pour viser les causes sous-jacentes des difficultés liées aux hypothèques qui essaient, autant que possible, d'éviter les saisies.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site