Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment les dirigeants de l'Asie du sud-est utilisent-ils Twitter ?

Le Président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono ou SBY a rejoint le monde de Twitter le 13 avril dernier mais il est déjà le plus populaire dirigeant d'Asie du sud-est, du moins en termes d'abonnés Twitter. Au moment de la rédaction de ce billet, il a 2,4 millions d'abonnés. Pendant ce temps, le Premier Ministre malaisien Najib Razak, qui est un utilisateur actif de Twitter depuis 2008, continue d'être la personnalité la plus populaire de son pays sur Twitter avec 1,6 million d'abonnés. Le Président philippin Noynoy Aquino est aussi un utilisateur important de Twitter avec 1,5 million d'abonnés.

L'Indonénien @SBYudhoyono a rejoint le monde de Twitter en publiant ces 140 caractères :

@SBYudhoyono: Halo Indonesia. Saya bergabung ke dunia twitter untuk ikut berbagi sapa, pandangan dan inspirasi. Salam kenal. *SBY*

@SBYudhoyono: Bonjour, peuple d'Indonésie. Je viens de rejoindre Twitter pour échanger des salutations, opinions et inspirations. Ravi de faire votre connaissance.

sbyIl a aussi posté dans un tweet le principaux points de son discours à l'Université technologique de Nanyang à Singapour au sujet des objectifs et priorités de son administration.

@SBYudhoyono: 15. Nous n'avons pas seulement réformé, nous avons transformé – “reformasi” à “transformasi”.

@SBYudhoyono: 16. Aujourd'hui nous sommes une économie de mille milliards de dollars, la plus grande économie et classe moyenne de l'Asie du sud-est ; 6,3% de croissance, la deuxième après la China.

Il a aussi donné un conseil aux pays du Printemps arabe :

@SBYudhoyono: 31. Les musulmans d'Indonésie sont à l'aise avec les démocratie et la modernité. Cela pourrait bien offrir des leçons précieuses aux pays du Printemps arabe.

Enricko Lukman est ravi de l'arrivée de SBY dans le monde de Twitter :

C'est génial de voir à quel point la technologie est de plus en plus utilisée par des personnalités importantes. Cela leur permet de mieux interagir avec les personnes et même émettre des informations et messages importants en temps réel. J'espère que cela peut établir la tendance pour les futurs dirigeants indonésiens à faire de même – à écouter et parler avec les citoyens en ligne.

SBY n'est pas le premier politicien indonésien qui a ouvert un compte Twitter, ce qui a incité Akhlis à demander quel est l'objectif de SBY :

Je ne sais pas quoi dire mais ce n'est pas du tout dans son tempérament.

Donc ce qui m'interroge c'est : Pourquoi maintenant ? N'est-il pas désormais trop tard pour s'engager activement dans les médias sociaux ? Même si c'est pour raison, il est trop distancé. Plusieurs politiciens ont commencé cela longtemps avant 2013.

En effet, les politiciens indonésiens ne peuvent ignorer les outils des médias sociaux puisqu'un grand nombre d'Indonésiens obtiennent leurs informations à partir d'internet. En fait, l'Indonésie fait partie des plus grosses parts de marchés de Facebook et Twitter de par le monde. Wayne Palmer explique davantage :

En utilisant les médias sociaux pour jauger l'opinion publique est certainement le début de quelque chose d'assez nouveau en Indonésie. Les politiciens eux-même ont été prompts à reconnaître sa capacité de diffusion de l'information et former l'opinion publique.

La facilité avec laquelle le public peut ouvertement exprimer son opinion à travers les médias sociaux complique les choses pour l'élite politique d'Indonésie, beaucoup d'entre eux, parmi d'autres choses, ont une réputation    for the way in which   ils supportent les plaintes publiques – se classant de sur la défensive à l'irritabilité totale. Néanmoins, avec toutes ses opportunités et pièges, le média social a remodelé le terrain de jeu dans la vie politique indonésienne pour ceux avec leurs vues fixées sur le pouvoir.

Mais malgré ce large suivi, SBY doit apprendre à interagir avec ses électeurs sur Twitter. D'après des experts en médias sociaux, SBY répond rarement à ses abonnés Twitter.

najibSi SBY voulait quelques tuyaux sur la façon d'utiliser efficacement Twitter en politique, il peut probablement apprendre du Malaisien @NajibRazak. Comme SBY, les premiers tweets de Najib étaient limités aux déclarations publiques de son cabinet mais en 2011 il a commencé à échanger avec ses abonnés. Il a même utilisé Twitter pour inviter ses abonnés à regarder une émission en direct de son équipe de football préférée. Il a organisé plusieurs rencontres de la même manière. Et quand le chanteur coréen Psy du célèbre ‘Gangnam Style’ s'est produit en Malaisie, il a explicité sur Twitter qu'aucun fonds gouvernemental n'a été utilisé dans l'évènement public.

@NajibRazak: Pour rappel, le concert de Psy n'a pas du tout engagé d'argent public. Le public n'a pas été rémunéré non plus pour le regarder.

Najib a décrit les élections générales du mois dernier comme la ‘première élection des médias sociaux’ de Malaisie, ce qui est probablement sa façon de reconnaître le rôle crucial de l'internet dans la formation des opinions des électeurs. Le parti de Najib a encore gagné malgré les allégations de fraudes électorales. Les récents tweets de Najib comptaient ceux-ci :

@NajibRazak: Je viens d'entendre que Nelson Mandela est à l'hôpital en Afrique du Sud. Je suis sûr que tous les Malaisiens se joindront à moi en lui souhaitant un prompt rétablissement.

@NajibRazak: Les autorités vont enquêter sur le tragique incident sur le pont Penang. Soyons attentifs aux efforts des secours et prions pour les victimes et leurs familles.

@NajibRazak: Le développement conjoint est la clé pour résoudre les oppositions sur la mer du sud de la Chine. Partager la prospérité plutôt que laisser cela nous diviser est préférable à l'alternative.

@NajibRazak: Si vous avez des avis ou propositions pour le budget 2014, envoyez-y par courriel au Ministre des finances. Le but est d'impliquer les Malaisiens pour aider à créer une #MeilleureNation

@NajibRazak: Dans un esprit d'unité, j'ai annoncé au cours du week-end qu'un comité parlementaire bi-partisan aura un droit de regard sur la Commission électorale

Najib est clairement l'utilisateur malaisien en tête de Twitter mais il est rapporté que plus de la moitié de ses abonnés utilisent de faux comptes Twitter.

pnoyComme Najib, le Philippin @noynoyaquino a utilisé au maximum les outils des médias sociaux pour réussir aux élections. La présence en ligne d'Aquino à l'élection présidentielle de 2010 a stimulé ses chances de réussite. Après l'élection, Aquino a maintenu le niveau élevé de son profil de média social. Aujourd'hui il a plusieurs comptes Twitter et Facebook gérés par trois membres du Cabinet. Il y avait un exemple lorsque Aquino a répondu directement à une critique sur Facebook ce qui a montré à quel point l'équipe du Président utilise efficacement les réseaux de médias sociaux pour améliorer l'image du gouvernement.

Mais tous les dirigeants d'Asie du sud-est n'ont pas eu la même réussite en utilisant Twitter pour entrer en contact avec leurs électeurs. La Première Ministre de Thaïlande Yingluck Shinawatra ou @PouYingluck a été obligée de supprimer son compte Twitter en 2011 après qu'il a été piraté. Le pirate était capable de publier ces messages :

Vous ne pouvez même pas protéger votre compte Twitter. Comment pouvez-vous protéger le pays ? Pensez à ça mes frères et soeurs.

Est-il temps pour notre pays de changer pour le meilleur et non projeter une image pour aider les affaires, proches et intérêts investis ?

Surtout, Twitter et les autres outils des médias sociaux ont été très utiles aux dirigeants d'Asie du sud-est qui avaient besoin de communiquer directement avec leurs citoyens. Les médias sociaux peuvent améliorer leur image comme des dirigeants à l'aise avec la technologie qui pourraient se montrer attrayants pour la population plus jeune.

L'augmentation de l'internet mobile dans la région et le monde signifie aussi que plus de gens seraient capables d'interagir avec les gouvernements et leurs dirigeants à travers les combinés et tablettes. Cela devrait même inspirer les politiciens traditionnels ou plus âgés de ‘parler’ à leurs électeurs et délivrer leur message par des moyens virtuels.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site