Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les universités vénézuéliennes en grève pour plus de moyens financiers

Plusieurs protestations ont eu lieu dans certaines des plus importantes universités du Venezuela et après diverses discussions, une grève générale a été annoncée.

La revendication centrale est les salaires des professeurs d'université qui, malgré leur formation et expérience, sont parmi les innombrables professionnels qui ne peuvent joindre les deux bouts.

Ce n'est certes pas nouveau. Néanmoins, avec les mouvements erratiques de l'économie vénézuélienne et les heurts entre groupes politiques, le combat de l'université devient de plus en plus compliqué.

Ainsi, avec les controverses qui ont eu lieu au cours des récents mois entre les représentants du gouvernement et les universités publiques, le nouvel épisode d'un long conflit est en train de s'écrire.

La problème des universités est aussi inévitablement nourri par la polarisation politique. Les positions sont fragmentées et diversifiées. L'argument avancé est que les concessions demandées ont beaucoup à voir avec des intérêts politiques cachés, l'efficacité de la grève universitaire est mise en doute, des accusations de sabotage apparaissent et différents types de protestation sont expérimentés.

Daniela Olivero [espagnol] partage une photo depuis sa page Facebook montrant l'une des manières les plus répandues de protestation à l'université : les cours hors des salles de classe.

Fotografía publicada por Daniela Olivero, usada con permiso

Photo de Daniela Olivero, utilisée avec autorisation

De même, la page Facebook de l'Université Centrale du Venezuela [espagnol] partage diverses photos des protestations et débats qui s'y sont tenus :

UCV en asamblea estudiantil sobre el paro indefinido en el Aula Magna. Usada con permiso

Assemblée générale d'étudiants au grand auditorium de l'UCV au sujet du chômage sans fin. Photo partagée par l'Université Centrale du Venezuela sur Facebook.

"From professors to poorfessors" photo shared by Universidad Central de Venezuela on Facebook.

“De professeurs à pauvresseurs” photo partagée par l'Université Centrale du Venezuela sur Facebook.

Soutenant la grève des enseignants, Gustavo Coronel [espagnol] critique sévèrement le gouvernement et intègre la lutte des professeurs d'université dans des dynamiques nationale et internationale :

…a los profesores universitarios venezolanos, cuanto les pagan? Y cuando les pagan? Les pagan hoy, en bolívares constantes, la cuarta parte de lo que les pagaban en 1999 […] Por ello no es sorprendente que los profesores universitarios venezolanos se vayan a la huelga. Es que ese es un paso inevitable. Como debería serlo el de la huelga cívica indefinida por parte de una población que no tiene papel tualé […]

… combien paient-ils les professeurs d'université vénézuéliens ? Et quand ? ils les paient aujourd'hui, en bolívars [monnaie vénézuélienne], un quart de ce qu'ils étaient payés en 1999 […] Donc il n'est pas surprenant que les professeurs vénézuéliens se mettent en grève. C'est une marche inévitable. Telle une grève civile illimitée pour une population qui n'a pas de papier toilette […]

Coronel continue :

Promover la gran protesta es golpista? Pedir al país que insurga es atentar contra la nación? O es, precisamente, tratar de evitar que la nación venezolana sea totalmente destruída por esta pandilla de hampones e ineptos enquistada en el poder? A muchos venezolanos esa lógica falsa del régimen los tiene bajo chantaje. La misma oposición organizada se ha visto obligada a actuar con cautela, temiendo ser tildada de golpista.

Promouvoir une forte protestation est putschiste ? Demander au pays de s'insurger c'est attenter à la nation ? Ou est-ce, précisément, essayer d'empêcher la nation vénézuélienne d'être totalement détruite par un gang de voyous et d'incapables enkystés dans le pouvoir ? Cette fausse logique du régime tient de nombreux Vénézuéliens sous un chantage. La même opposition organisée s'est vue forcée d'agir avec précaution, craignant d'être catégorisée de putschiste.

Raquel Aquino interroge Tatiana Lugo, une enseignante retraitée de l'Université Centrale du Venezuela (UCV) et auteur du blog Vainas de Tatiana [espagnol], pour El Pretexto [espagnol]. Dans l'entretien, elles parlent de l'identité de ceux qui constituent une partie de l'université, notamment l'Université Centrale, ainsi que des causes et conséquences de la situation des enseignants et de leur mouvement de protestation.

Los profesores de la UCV son una especie rara: optan por un modo de vida que, por una parte, les da la satisfacción de transmitir conocimientos, les brinda el inmenso honor de ayudar a formar a los profesionales que Venezuela requiere pero por otra les impide tener estabilidad económica. Desgraciadamente, los gobiernos venezolanos a partir de la década de los 80 han decidido, erróneamente, ignorar la importancia de la formación académica […] los estudiantes carecen de laboratorios modernos, tecnología apropiada, por no hablar de becas y bibliotecas.

Les enseignants de l'UCV sont une espèce rare : ils choisissent un style de vie qui, d'une part, leur donne la satisfaction de transmettre la connaissance et l'immense honneur d'aider à façonner des professionnels dont le Venezuela a besoin, mais d'autre part les empêche d'avoir une stabilité économique. Scandaleusement, depuis les années 1980 le gouvernement vénézuélien a décidé, fautivement, d'ignorer l'importance de la formation universitaire […] les étudiants manquent de laboratoires modernes, de technologie appropriée, les chercheurs et bibliothèques sont délaissés.

Dans le même billet, elle révélait les coûts de produits de base et les comparait avec le salaire d'enseignant (source : l’Association des Professeurs de l'UCV [espagnol], mai 2013) :

Dans la même perspective sur son blog, ven-educa, Yonathan Ruiz [espagnol] voit la situation des universités et la grève comme une démonstration de la mauvaise volonté des responsables de l'enseignement supérieur et déplore que malgré les opportunités économiques du pays, le secteur éducatif se retrouve à lutter pour son financement :

Que los educadores de las universidades públicas tengan que dejar las aulas para salir a la calle a exigir y defender derechos inherentes a su alta investidura, es un síntoma inequívoco de mezquindad de quienes pudiendo haber evitado esto, no lo hicieron. […]

Si el país, concretamente el Estado, no trata y no valora suficientemente al talento de los educadores, difícilmente lograremos remontar la enorme cuesta que tenemos con la crisis sociocultural que nos ha traído hasta aquí.

Le fait que les éducateurs des universités publiques doivent quitter leurs salles de classe et descendre dans la rue pour demander et défendre leurs droits inhérents à leur haute tâche est un symptôme sans équivoque de la mesquinerie de ceux qui auraient pu éviter cela mais ne l'ont pas fait. […]

Si le pays, en pratique l'Etat, ne traite et ne rétribue pas suffisamment le talent des éducateurs, ce sera extrêmement difficile pour nous de surmonter les coûts énormes que nous subissons avec la crise socio-culturelle qui nous a conduits jusque là.

Comme nous l'avons fait remarquer, les positions se diversifient. En diverses secteurs de l'opinion publique vénézuélienne, la grève universitaire est perçue comme un moyen érodé et inefficace. David Da Silva [espagnol], un étudiant en études internationales à l'UCV l'explique et commente la position des syndicats dans le conflit :

En mi opinión, los paros del sector universitario no tienen el mismo peso político y económico que, por poner un ejemplo, un paro de trabajadores en las empresas básicas de Guayana. Esto último conllevaría a una disminución en la producción de aluminio, acero y hierro, lo cual comprometería de manera importante la continuidad de la gran misión Vivienda Venezuela.

En cambio, los paros en la educación superior afectan principalmente a la misma comunidad universitaria.

A mon avis, les grèves dans le secteur universitaire ne peuvent pas avoir le même poids politique et économique qu'une grève de travailleurs dans les industries de base de Guayana, à titre d'exemple. Celle-ci mènerait à une diminution de production d'aluminium, acier, et fer, qui compromettrait significativement la continuité de la grande mission Vivienda Venezuela [français, NdT].

La grève dans l'enseignement supérieur, cependant, affecte principalement la communauté universitaire.

Au regard de la situation des employés administratifs de l'université, il maintient :

Algunos movimientos o grupos estudiantiles que se identifican con la izquierda política, y que por lo tanto mantienen una actitud pro-gobierno, han tratado de llevar la situación que vive el personal universitario al plano político, cuestión que no me parece correcta, ya que se desvirtúa una realidad gremial, sindical, laboral y entran en discusión otros temas que están totalmente fuera de contexto.

Certains mouvements ou groupes d'étudiants qui s'identifient eux-même avec la gauche politique, et pourtant maintiennent une attitude pro-gouvernementale, ont essayé d'élever au plan politique la situation vécue par le personnel universitaire, ce qui ne me semble pas exact, car cela déforme une réalité syndicale et salariale et d'autres sujets qui sont complètement hors contexte.

Dans une vidéo partagée par Isabel Matos, un certain nombre de professeurs de l'Ecole des Langues modernes (de l'Université Centrale du Venezuela) témoignent. Ils expliquent combien ils gagnent, ce qu'ils paient avec leur salaire, les autres activités dont ils ont besoin pour finir le mois, et les conséquences que cela peut avoir sur leur performance dans le cadre des activités universitaires.

Apportant une vision beaucoup plus critique, le Professeur Pablo Aure [espagnol] explique pourquoi est contre la grève universitaire, bien que partageant divers arguments discutés et ayant été pénalisé, il dit, pour son désaccord :

Desaprovechamos la mejor tribuna que son las aulas de clases o los pasillos para conversar con nuestros estudiantes y colegas sobre la situación nacional.

Si piensan que parando la Universidad “le ablandaremos” el corazón a esta gente que deliberadamente tienen como objetivo exterminarnos: se equivocan.

Mi llamado es a la reflexión y pensar en esos miles de estudiantes que tienen su proyecto de vida, también a esos miles de familiares que hacen sacrificios para costear los estudios de sus muchachos.

Nous sommes en train de perdre la meilleure plate-forme que sont les classes de classes ou les couloirs pour avoir des conversations avec nos étudiants et collègues sur la situation nationale.

Si vous pensez qu'arrêter l'université “adoucira” le coeur de ces personnes qui visent délibérément à nous éliminer : vous vous trompez.

Mon appel vise à la réflexion et à penser à ces milliers d'étudiants qui ont leur projet de vie, et aussi à ces milliers de familles qui ont fait des sacrifices pour payer l'éducation de leurs enfants.

Heriberto Gómez explique depuis la ville de Mérida, dans l'ouest, quelques-unes des conséquences de la grève universitaire sur Aporrea [espagnol] :

- Un día de clases que pierde un estudiante, no lo recuperará más nunca en su vida. Será un día perdido para siempre, así le den luego la clase.
– En la ULA [Universidad de Los Andes] por cada día laboral que se pierde por paro, se echan a la basura 4 millones de bolívares fuertes.[…]
– Para los estudiantes que son de afuera de Mérida o de las ciudades donde se localicen sus centros de estudios, un día de paro significa una importante pérdida económica para ellos y sus padres, pues igual deben pagar residencias, comidas y otros gastos de vida, a pesar de no estar en clases.

- Chaque jour de cours qu'un étudiant perd, il ne le récupérera jamais dans sa vie. Ce sera un jour de perdu à jamais, même si le cours leur est enseigné plus tard

- A ULA [Université de Los Andes], pour chaque journée de travail perdue à cause de la grève, 4 millions de bolívars sont gaspillés.

[…]

- Pour les étudiants extérieurs à Mérida ou des villes où se trouvent leurs centres d'études, un jour de grève signifie une importante perte économique pour eux et leurs parents, puisqu'ils doivent aussi payer la chambre, les repas et les autres coûts quotidiens, bien qu'ils ne soient pas en cours.

Parmi la liste des causes, l'auteur pointe aussi les possibles intentions, selon lui, des les meneurs de la grève des enseignants :

Detrás del paro hay otros intereses ocultos, pues está dirigido por profesores con clara identificación político-partidista opositoras al gobierno nacional. Así se cumplan sus reivindicaciones salariales, sus intereses políticos y personales son otros.

Il y a d'autres intérêts cachés derrière la grève, menée qu'elle est par des professeurs avec une étiquette politico-partisane clairement opposée au gouvernement national. Ainsi leurs revendications salariales sont satisfaites, tandis que leurs intérêts politiques et personnels sont différents.

Lors de la publication de ce billet, les universités d'Etat avaient déclaré une grève illimitée.

Cependant, la majorité des communications a lieu de manière publique, dans les médias traditionnels et à travers les médias citoyens.

Les campus universitaires demeurent fermés et les universités, contestataires ou qui font cours s'expriment dans l'espace numérique et dans les rues.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site