Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Snowden échappe aux Etats-Unis, Hong Kong invoque une erreur de nom

Avoir laissé Edward Snowden, qui a révélé au grand jour les programmes américains de surveillance téléphonique et Internet, quitter Hong Kong et embarquer à bord d'un avion pour Moscou ne serait dû, entre autres, qu'à une histoire de deuxième prénom.

Le 25 juin 2013, le Secrétaire à la justice de Hong Kong explique que les autorités ont autorisé Snowden à quitter la ville deux jours plus tôt face à l'absence de réponse des Etats-Unis quant aux charges retenues contre lui ainsi qu'aux allégations de Snowden sur les cyber-attaques américaines menées à l'encontre de Hong Kong.

Parmi les cinq raisons évoquées, les papiers fournis par le Département de la Justice des Etats-Unis ne préciseraient pas si le “J” d'Edward J. Snowden est l'initiale de “James” ou de “Joseph”.

Alors que les Etats-Unis se déclarent “profondément déçus” par la décision des autorités hongkongaises de laisser Snowden s'échapper, et ce “malgré une requête valide des Etats-Unis d'arrêter Snowden en vue de son extradition”, Rimsky Yuen, à la tête du Département de la Justice de Hong Kong, insiste sur la fait que Snowden a quitté la ville en toute légalité. Yuen explique que la justice hongkongaise a cherché à clarifier certains points de l'affaire auprès du Département de la Justice américain, notamment le nom complet et le numéro de passeport de Snowden, le détail des chefs d'accusation et les preuves sur lesquelles s'appuyait le dossier.

Lors d'une conférence de presse [en chinois], Yuen a annoncé aux journalistes que le Département de la Justice de Hong Kong avait demandé à son homologue américain de clarifier quels délits inclus dans les accords d'extradition étaient concernés dans l'affaire Snowden, et en particulier les accusations de “divulgation non-autorisée de renseignements militaires” et “divulgation non-autorisée de renseignements liés à l'intelligence stratégique”.

5 additional information needed from the U.S to process provincial warrant of arrest, said Yuen, the secretary of Hong Kong Department of Justice.

Les cinq éléments manquant au dossier que les Etats-Unis doivent fournir afin d'obtenir un mandat d'arrêt, selon Yuen, secrétaire à la Justice de Hong Kong. Image du site House News. Usage non-commercial.

Hong Kong a également requis des autorités américaines qu'elles fournissent des éléments probants afin d'obtenir un mandat d'arrestation provisoire de Snowden.

Enfin, les papiers fournis par la justice américaine ne précisent ni le numéro de passeport de Snowden ni à quel prénom se réfère le “J” d'Edward J. Snowden. Selon les documents diplomatiques fournis par les Etats-Unis, le “J” serait l'initiale de “James”, tandis que les informations dont dispose le Département de l'Immigration de Hong Kong assure que c'est un “Edward Joseph Snowden” qui a traversé la frontière.

Hong Kong avait également demandé aux Etats-Unis d'expliquer les allégations faites par Snowden selon lesquelles la National Security Agency aurait hacké le réseau informatique hongkongais, information cruciale afin de déterminer si l'affaire Snowden s'inscrit dans un cadre politique. En effet, les accords d'extradition entre Hong Kong et les Etats-Unis ne couvrent pas les infractions à caractère politique.

Sur Twitter, nombreux sont ceux qui se réjouissent de la tactique hongkongaise :

@richard_lopes: Love that. The US government sloppiness is becoming a trademark :-).

@richard_lopes: J'adore. La négligence du gouvernement américain devient une vraie marque de fabrique :-).

@vruz: If you think about it, that ambiguity is serious. You really don't want to catch the wrong person.

@vruz: Si on y pense, l'ambiguïté existe bel et bien. Il ne faudrait pas arrêter la mauvaise personne.

@AndreaPira: Like a Simpson episod[e] about the J in Homer J Simpson

@AndreaPira: Ça me rappelle un épisode des Simpsons sur le “J” de Homer J. SImpson

@Hill_AK: It's a magical, mystical, rule of law. It only works when you say the special words!

@Hill_AK: C'est un Etat de droit magique, mystique. Ça ne marche que lorsqu'on prononce le mot magique !

@ShubhajitRoy: Kickass excuse :-)

@ShubhajitRoy: Super excuse :-)

@JimMoore1963: Ha! Failed due to arrogant hegemonic assumption that how they do things is how the rest of world does it.

@JimMoore1963: Ha! Échec dû à leur arrogance hégémonique qui considère que leurs méthodes sont celles du reste du monde.

@cuneytgurcan: come on! J stands for Justice there, who does not know that?

@cuneytgurcan: Mais enfin ! J est l'initiale de Justice, qui ne sait pas ça ?

Sur Reddit, l'internaute LegalAction cite Winston Churchill pour commenter la décision de Hong Kong :

“Diplomacy is the art of telling people to go to hell in such a way that they ask for directions.”

“La diplomatie, c'est l'art d'envoyer les gens au diable de telle manière qu'ils en demandent le chemin.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site