Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Internet, territoire de mobilisation

A faixa "Somos a Rede Social" na manifestação no Rio de Janeiro no dia 17 de junho. Foto de Arthur Bezerra usada com permissão/Facebook

La banderole: “nous sommes les réseaux sociaux” lors de la  manifestation de  Rio de Janeiro le 17  juin. Photo de Arthur Bezerra, avec autorisation /Facebook

Les manifestations qui ont commencé le 13 juin pour une réduction du tarif des transports publics à São Paulo ont pris une ampleur considérable en raison d'Internet. Durant ces événements et à mesure que se constituait un soutien national, des sites, des blogs et des outils nouveaux ont émergé pour soutenir la mobilisation online et offline.

C'est au travers des réseaux sociaux que la plupart des manifestation se sont organisées. Les informations échangées vont des précisions sur le lieu et l'horaire jusqu'à des informations pratiques pour circuler en sécurité dans les rues, pour trouver un abri ou du secours, pour enregistrer en photos ou vidéos ce qui se passait. Des manifestants prodiguaient également des conseils pour savoir comment dénoncer des violences sur tout le territoire brésilien en utilisant les photos et vidéos.

Les outils

La plateforme Ushahidi est utilisée pour une carte interactive rassemblant via le mot-clic #protestosbr tous les témoignages de confrontations et de violences survenues lors de ce que l'on appelle la Révolution du vinaigre.

print screen do mapa colaborativo #protestobr

Capture d'écran de la carte interactive #protestobr

Un site fédérateurNo Movimento (Dans le mouvement) ouvert pendant les événements, publie des photos venant de tout le pays et une liste d'avocats volontaires et disponibles en cas de besoin d'aide juridique. Le blog Brazilian Protests a annonce qu'il allait publier “la vérité” sur les manifestations qui se déroulent au Brésil, en langue anglaise, pour ceux qui ne lisent pas le portugais. Le site Vemprarua.org (Viens dans la rue) cherche à regrouper des informations sur ce qui se passe dans tout le pays et collabore également à la carte interactive de vemprarua.com.

Une vídéo largement partagée sur les réseaux sociaux en ligne explique “Comment filmer une révolution”.

Etre actifs en lignes c'est être passif hors ligne ?

C'est une mobilisation qui naît dans l'univers virtuel mais qui demande en même temps aux citoyens de descendre dans les rues, comme le fait le hashtag #vemprarua.

La question n'est plus de savoir si la mobilisation en ligne des médias permet de susciter un mouvement de revendication populaire, sa puissance a déjà été démontrée, par exemple lors de la révolution égyptienne en 2011.

Foto da manifestação de São Paulo no dia 13 de junho. Foto amplamente divulgada por blogs e contas de twitter coletada por @NoMovimento na cobertura colaborativa dos protestos em Sao Paulo

Os paulistanos saíram do Facebook e foram para a manifesA questão que parece ser central é que no Brasil, um país com uma grande presença em grande parte das mídias sociais online, está aprendendo a fazer melhor uso do potencial das redes para uma mobilização nacional.

Certains internautes font ce constat avec satisfaction.  L'historien  Fred Coelho, du blog Objeto Sim, Objeto Não, fait ressortir (cité avec autorisation) combien les médias sociaux ont joués un rôle important pendant ces événements :

Aujourd'hui a été un des jours les plus riches en informations de l'histoire de Facebook, au moins en ce qui me concerne. La quantité d'articles, de liens,de vidéos que j'ai collectés sur ce qui s'est passé hier sans même sortir du réseau de Zuckerberg (le créateur de Facebook) a été extraordinaire.

 

 Leonardo Sakamoto souligne sur son blog combien les hommes politiques ont des difficultés à  comprendre comment fonctionnent les outils de mobilisation en ligne :

 Les hommes politiques traditionnels ont des difficultés pour comprendre la manière dont les mouvements de contestation utilisent les outils comme Twitter ou Facebook. Ils croient que ce ne sont que des espaces de promotion personnelle ou au mieux un canal pour faire circuler l'information et atteindre l'électeur potentiel. Il y a aussi ceux qui croient que les réseaux sociaux fonctionnent comme des entités individuelles et non comme des plates formes d’élaborations politique ou les voix dissidentes gagnent en puissance car elles ne sont pas présentes sur les moyens traditionnels de communication”.

 

Il souligne aussi l'usage des médias sociaux comme forme de participation sociale :

Ces technologies de communication ne sont pas des outils pour décrire la réalité mais bien pour la construire et la reconstruire. Lorsqu'une personne est active dans un de ces réseaux, elle ne se contente pas de raconter, elle innove, elle relie, elle modifie, elle vit. Ceci est en train de changer la façon de faire de la politique et les formes de participation sociale. Le pouvoir attribué à des représentants au sein des partis, des syndicats ou des associations tend à diminuer alors que l'intervention directe des individus dans la gestion de leur cité est en train d'augmenter.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site