Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ethiopie : Capitaliser sur les forces vives par les laboratoires technologiques

[Tous les liens pointent vers des pages en anglais.]

Suite à notre conversation en ligne sur New Tactics, nous avons commencé à publier une série d'articles sur la façon dont les espaces physiques peuvent donner de l'élan à la participation en ligne. En Ethiopie, nous avons vu comment la présence d'un espace physique a eu une incidence non seulement sur l'”écosystème technologique” local mais aussi sur la société civile.

Les informations contenues dans ce billet ont été recueillies par Abel Asrat, contributeur pour Global Voices (liens en anglais).

En 2011 à Addis Abeba en Ethiopie, un groupe de quatre entrepreneurs ont lancé un projet pour promouvoir l'innovation locale et les technologies.

Présenté comme un espace de coworking + centre d'innovation + laboratoire de fabrication numérique, iceaddis fait partie d’Afrilabs, un “réseau-organisation” qui consolide le secteur technologique en Afrique grâce à des laboratoires technologiques et au développement d'applications.

iceaddis

iceaddis

Iceaddis est aussi le QG des “Social Innovation Mentors”, un groupe de jeunes femmes qui œuvrent à une société éthiopienne plus forte. En travaillant à iceaddis, ces femmes évoluent dans un environnement orienté vers la technologie – un espace dominé par les hommes dans le monde entier -, ce qui les expose à de nouvelles idées tournées vers les technologies.

ICE : Innovation, Collaboration, et Entrepreneuriat

Selon leur site,

[l]'objectif de iceaddis est de mettre en place un réseau national de collaboration et un lieu d'accueil pour les innovations “made in Ethiopia”. Le réseau fournit des lieux là où le besoin s'en fait sentir et des technologies de qualité peuvent y être développées et utilisées par des communautés, que ce soit dans le secteur commercial ou éducatif en Éthiopie… Sa raison d'être est d'encourager la collaboration et d'être un carrefour de rencontre entre investisseurs, universitaires, communautés technologiques, entreprises du secteur des technologies et plus largement, le secteur privé.

Iceaddis organise divers événements dont le but est d'aider à la création de réseaux d'entraide, d'organiser des sessions de formation pour les start-ups et d'autres types de rencontres telles que les barcamps. Markos Lemma, co-fondateur, explique sa conception du barcamp :

Le Barcamp est là pour échanger des idées dans un contexte très ouvert. La plupart des Éthiopiens ne sont pas habitués à partager des idées. En même temps, il n'y a pas de lieu physique où discuter et échanger des idées importantes. Le Barcamp ne concerne pas la religion ni la politique. D'ailleurs, notre communauté a réagi positivement à cette forme de rencontre. Nous commençons doucement à agir sur les gens pour qu'ils s'expriment, qu'ils remettent des choses en question, qu'ils partagent.

Leur modèle est basé sur les creative commons et a des cousins en Egypte (icecairo et icealex), en Allemagne (icebauhaus), et un autre “ice” est prévu au Kenya. Iceaddis est parti du “constat qu'il manquait un écosystème entrepreneurial à Addis Abeba”, indique Oliver Petzolt, l'un des co-fondateurs et conseiller en entrepreneuriat et en éducation. Les fondateurs voulaient “commencer à créer un environnement qui favorise la transition vers une économie du partage […] pour les classes moyennes émergentes en Ethiopie”. Ce processus est en cours et Iceaddis a à ses côtés un groupe de jeunes mentors.

Les SIMs

Les “Social Innovation Mentors,” ou SIMs, sont 26 étudiantes de l'université qui sont engagées dans des programmes sociaux et enseignent la valeur du volontariat à des jeunes filles de leur région.

Recrutées par les concepteurs du projet The Center for Creative Leadership, les SIMs font partie d'un mouvement qui vise à constituer un groupe de jeunes femmes leaders. Elles sont étudiantes en travaux publics et aménagement urbain à l’EiABC, l'Institut éthiopien d'Architecture, de Travaux Publics et d'Urbanisme. Le projet SIM a deux volets : d'une part, l'accompagnement de jeunes femmes prépare le terrain pour une jeune génération plus émancipée ; d'autre part, ce travail bénévole permet aux SIMs d'apprendre les valeurs civiques et de gagner en confiance en elles.

Nadja Shashe, qui travaille avec CCL sur des programmes d'habilitation des femmes, a fait le constat suivant :

En Éthiopie, les jeunes femmes ont souvent été confrontées à une stratification sociale et à des défis qui déforment leur perception d'elles-mêmes et les dissuadent d'épanouir pleinement leur potentiel.

Les SIMs participent à diverses activités et en organisent également, mettant en oeuvre des compétences à la fois universitaires et sociales. Elles ont travaillé avec une ONG locale pour créer un modèle de douche et de toilettes publiques pour les personnes âgées, conseillé des élèves dans les lycées et les clubs de jeunes filles, et été monitrices bénévoles pour un programme du Peace Corps.

The SIMs at iceaddis

Les SIMs à iceaddis

Pour les SIMs, iceaddis sert de local pour accéder aux technologies et à Internet quand elles en ont besoin. En outre, ce lien avec un lieu physique permet aux SIMs de se joindre à des activités liées aux technologies, comme le barcamp et la rencontre cartographie de Google. Comme le souligne Nadja de CCL,

Le Barcamp a été une bonne façon de leur faire rencontrer les autres participants qui travaillent dans des secteurs plus technologiques…[permettant à certaines] d'étendre leur domaine de compétences en termes de technologie. Dans l'ensemble, elles ont acquis tellement de techniques (présentation, utilisation d'outils de planification architecturale) que leur estime d'elles-mêmes avait considérablement augmenté dès la fin de la première phase.

The SIM group at Google Sub-Saharan Africa's mapping event, held at iceaddis

Le groupe SIM lors de la rencontre cartographie organisée à iceaddis par Google Afrique Sub-saharienne.

Iceaddis a été conçu comme un espace propre à encourager l'innovation et le leadership en Éthiopie. A travers ses interactions avec des programmes tels que SIM, iceaddis peut devenir un lieu qui apporte des perspectives internationales à des étudiants de l'université, qui leur donne confiance en eux et contribue aussi au développement des compétences locales par le biais des activités technologiques.

Vous pouvez garder contact avec iceaddis sur Twitter (@iceaddis)Facebook, ou sur leur blog. Vous pouvez aussi suivre les SIM sur Twitter (@socialmentors) et Facebook.


Toutes les photographies de iceaddis sont sous licence Creative Commons et publiées avec permission. Les images de SIM proviennent de leur page Facebook et sont reprises avec permission.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site