Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : un nouveau centre éducatif ouvre ses portes en Amazonie

[Tous les liens pointent vers des pages en portugais, sauf mention contraire.]

Un centre éducatif créé par la communauté Paiter-Surui [en anglais] vient enfin d'ouvrir ses portes dans la partie brésilienne de l'Amazonie. Il proposera des formations professionnelles pour les membres de la communauté.

Le Centre Culturel de Formation Paiter-Surui a été inauguré en juin 2013 et il proposera des formations techniques et professionnelles aux Paiter-Surui et aux autres groupes autochtones d'Amazonie avec une attention particulière portée à la préservation de l'environnement. Anticipant l'inauguration, le groupe avait publié une vidéo en mars 2013 annonçant l'ouverture prochaine:

Les personnes des communautés autochtones de la région vont avoir l'opportunité de suivre des formations de deux ans en droit, création d'entreprise, gestion et cartographie. Les cours seront tenus chaque jour et incluront des composantes théoriques et pratiques. Bien que les inscriptions ne soient pas limitées, il est prévu que chaque formation prenne en charge 30 étudiants. Le Centre de formation Paiter-Surui est en attente de l'accord officiel du Ministère de l'Education brésilien pour démarrer les cours.

Les Paiter-Surui ont dû mener plusieurs combats depuis leur premier contact avec des étrangers en 1969. La construction d'une route a d'abord envahi leurs terres et des maladies ont décimé la population, qui a chuté de 5 000 à environ 290 personnes, selon le chef de la tribu qui s'est exprimé lors d'une interview filmée. Plus récemment, la communauté a réagi à des menaces d'exploitation minière et de coupes illégales sur leur territoire.

Ils espèrent qu'un complexe va se développer pour servir de site à la future Université autochtone Paiter-Surui du Brésil, la première en son genre dans ce pays. Selon le Chef Narayamoga Almir, le leader des Surui:

Inicialmente os cursos serão destinados apenas para os indígenas, porém já estamos construindo uma Política Pedagógica do Centro, para que esses cursos sejam estendidos para toda a sociedade.

Dans un premier temps, les formations seront réservées aux personnes autochtones mais un Centre de Politique Educative est en cours de construction, qui accueillera tous les membres de la société.

Les leaders du peuple Surui et des représentants des organisations partenaires telles que l'Equipe de Préservation de l'Amazonie (Equipe de Conservação da Amazônia ou ECAM, en Portugais) et l'Association de Protection Ethno-environnementale Kanindé se sont déplacés pour visiter l’Université Autochtone du Vénézuéla [en espagnol] et y apprendre comment ce modèle pourrait être répliqué dans leur propre pays. L'Université Autochtone du Vénézuéla, une université publique créée en 2010, s'étend sur plus de 2 000 hectares de forêt vierge dans le sud du Vénézuéla et accueille des étudiants [en français] de nombreux groupes ethniques différents.

A building of the Paiter-Surui Formation Center in Cacoal, future site of planned indigenous university. (Photo by Rachael Petersen)

Un bâtiment du centre de formation Paiter-Surui à Cacoal, sur le site de la future université autochtone. Photo de Rachael Petersen.

L'Association de Protection Ethno-Environnementale Kanindé a écrit sur son site:

Já temos muitos indígenas fazendo curso superior nas faculdades e universidades espalhadas pelo Estado, mas com uma universidade indígena vamos fortalecer a relação dos índios com a terra e a natureza, já que o conteúdo vai valorizar a cultura dos indígenas.

Nous avons beaucoup de personnes autochtones qui suivent des formations dans des universités partout dans l'Etat [de Rondônia], mais avec une université autochtone, nous allons renforcer la relation des peuples autochtones avec la terre et la nature parce que le contenu va mettre en valeur leur culture.

L'université autochtone pourrait être un succès de plus dans la longue lignée des approches innovantes en matière de développement. Dirigés par le chef Almir Surui, les Paiter-Surui ont retenu l'attention des médias internationaux [en anglais] en raison de leur plan de gestion visionnaire qui prévoit le développement soutenable de leur population et de leurs ressources naturelles sur une période de 50 ans. Le plan comprend une méthode pour vendre des crédits carbone [pdf] en évitant la déforestation, budget qui serait alors réinvesti dans la communauté. En juin 2013, les Pater-Surui sont devenus le premier groupe autochtone à obtenir un label [en anglais] pour leur projet carbone en lien avec deux nouveaux cadres de référence sur le marché des crédits carbone.

La vidéo ci-dessous explique pourquoi ils se sont associés à Google Earth [en anglais] et à d'autres organismes pour utiliser les technologies numériques en vue de cartographier la déforestation sur leur territoire. Il est aussi possible de télécharger une carte culturelle des terres Paiter-Surui à visionner sur Google Earth.

Ils espèrent que cette nouvelle université va aider les peuples autochtones à se reconnecter avec leurs valeurs et leurs terres traditionnelles. Pour vous mettre en contact avec les Surui, vous pouvez “aimer” la page Facebook de l'Associação Metareilá ou aller consulter leur blog.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site