Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Egyptiens : “Non, il n'y a pas de coup d'Etat”

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices (en anglais) les Egyptiens renversent Morsi

[liens en anglais] L'ingérence des Etats-Unis dans les affaires égyptiennes, et le récit par leurs chaînes d'information, notamment CNN, des derniers développements politiques ont été vivement critiqués. La destitution de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi au bout d'un an a provoqué dans le pays des scènes de liesse et un accès de violences entre pro- et anti-Morsi.

Tandis que les partisans de Morsi disent que son éviction résulte d'un coup d'Etat militaire, le camp des anti-Morsi affirme que telle était la volonté du peuple, avec le soutien de la puissante institution militaire qui a rendu son renvoi possible.

Beaucoup sont aussi en colère contre ce qu'ils appellent l'ingérence des Etats-Unis dans les affaires de l'Egypte. Ils disent que la “déclaration provocatrice” du président américain Barack Obama a ignoré les masses descendues dans les rues reprendre leur liberté, et préféré agiter la carotte de l'aide. La déclaration américaine du 3 juillet était formulée ainsi :

Les Etats-Unis suivent la situation très volatile en Egypte, et nous croyons que seuls les Egyptiens peuvent décider du futur de leur pays. Cependant, nous sommes profondément inquiets face à la décision des forces armées égyptiennes de destituer le président Morsi et de suspendre la constitution. J'appelle l’armée à agir rapidement et de manière responsable afin de transmettre de nouveau le pouvoir à un gouvernement civil démocratiquement élu aussi vite que possible, dans un processus ouvert et transparent, et de s'abstenir de toute arrestation arbitraire du Président Morsi et de ses partisans. Au vu des développements de ce jour, j'ai aussi demandé aux administrations et agences compétentes d'examiner les obligations sous les lois des Etats-Unis d'assistance au gouvernement de l'Egypte.

Après cette réponse, CNN, qui couvrait les événements en direct, s'est lancée dans ce que de nombreux internautes appellent “une campagne insipide en faveur du président Frère Musulman déchu et sa légitimité, qui qualifie les rassemblements pro-Morsi de “pacifiques”, appelle la revendication populaire “coup d'Etat” et dénonce l'action de l'armée contre les protestataires “pacifiques” de la confrérie :

@:CNN Eruption de violence alors que les partisans de Morsi dénoncent le coup d'Etat http://on.cnn.com/11nnpPL

The new logo of the CNN - Photo Posted by  ‏@aelsadek

Le nouveau logo de CNN – Photo publiée par ‏@aelsadek

Le nouveau logo de la CNN dessiné par Sadek s'inspire de l'emblème des Frères Musulmans. L'inscription en arabe est leur devise : Arme-toi.

Wael a riposté par des photos à la déformation des faits par la chaîne :

@Waelucination Manifestations pacifiques ? Arrêtez de mentir @CNN pic.twitter.com/y9AamNfKXF

The Muslim Brotherhood "peaceful" rallies. @Waelucination argues that the CNN is lying in its portrayal of the pro-Morsi protestors

Les rassemblements “pacifiques” des Frères Musulmans. @Waelucination affirme que la description par CNN des manifestants pro-Morsi est mensongère. Cette photo montre des miliciens armés parmi eux

A propos de l'objectivité de CNN montrant les affrontements provoqués par les partisans des Frères Musulmans, May Kamel a précisé :

@MayKamel Maintenant que les #MBareterrorists [FrèresMusulmans=Terroristes] attaquent les gens sur #Tahrir à balles réelles, CNN Live s'abstient de diffuser. #CNN_STOP_Lying_About_Egypt [CNN ARRETEZ de mentir sur l'Egypte]

Irrités par la réaction de l'administration et des média américains, les internautes ont lancé les mots-clics #not_a_coup [pas un coup d'Etat] et #MindYourOwnBusinessUS [Occupez-vous de vos affaires les Etats-Unis] sur Twitter.

not a coup

“Les civils ont fait une révolution et l'armée a réagi. #Pas un coup d'Etat

Waleed dit :

@WilloEgy 33 millions de civils dans les rues exhortant #Morsi à se retirer et vous appelez cela quand même un coup d'Etat militaire ? Vous déformez délibérément les faits.

Ahmed Sabry dit :

@A_M_Sabry #nous n'avons jamais élu #Obama à la tête de l'#Egypte .. Je dis #MindYourBusinessUS [Occupez-vous de vos affaires les Etats-Unis]

Baheya ajoute :

@Baheyah: #EgyptianRevolutionNotMilitaryCoup Les Egyptiens sont sortis pour se débarrasser de #morsi usant de leur arme de distraction de masse = leur VOIX

Dans son billet, titré 30 juin : le vrai jour, Yusra Badr écrit que l'année au pouvoir des Frères Musulmans a privé la nation égyptienne de sa fête longtemps attendue et l'a transformée en enterrement. Et d'ajouter :

Je ne suis ni une militante politique, ni une journaliste, ni une politologue, je suis l'une des millions d'Egyptiens qui voulaient que Morsi sorte de leur palais présidentiel. Je suis aussi l'une des millions dont le coeur se brise d'être privés de la victoire gagnée le 30 juin par la déformation de la vérité qui induit le monde à nous regarder de haut.

Avant de conclure :

Voilà je vous le dis, avec des mots très simples, naïfs peut-être, parce que j'écris ceci au milieu de la nuit et sans aucune référence. Je n'ai pas besoin de références car il y a un an que je vis dans ce cauchemar, et je suis fière de ce que nous avons fait le 30 juin, et du soutien de notre armée.

Voilà tout ; la vraie affaire. Ce n'est pas un coup d'Etat, c'est la volonté de la nation incarnée d'une manière non conventionnelle

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices (en anglais) les Egyptiens renversent Morsi

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site