Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Paroles d'enfants birmans sniffeurs de colle

La toxicomanie à la colle bon marché est un problème qui s'aggrave parmi les enfants pauvres de Birmanie (Myanmar). Yin Yin Hnoung, une étudiante en médecine de l'Université médicale de Mandalay, a interviewé quelques-uns de ces enfants et analysé [birman] les causes et effets de cette addiction particulière.

Elle commence par décrire comment elle a vu des enfants inhaler de la colle à la pagode Mahar Myat Mu Ni, un célèbre lieu touristique de Mandalay :

Un groupe d'enfants jouait à l'ombre à la Pagode Maha Muni, à Mandalay. (Ils ont) entre 5 et 15 ans. […] Leur travail quotidien est de mendier auprès des pèlerins et visiteurs, de recevoir tout ce qu'on peut leur donner à manger, et de collecter les récipients en plastique usagés. […] En examinant le groupe d'enfants qui courent de-ci de-là, on en trouverait certains en train de dormir ou de somnoler. C'était une boîte de la marque “TV” connue comme “la colle TV”. Ils somnolaient en inhalant (la colle) de cette boîte. Il y a une centaine d'enfants qui se servent de cette boîte de colle à la forte odeur d'essence comme d'une drogue, et ils restent autour de la pagode Maha Muni.

Elle a approché quelques enfants et a mené un entretien amical. Un garçon de 14 ans enlaçant son frère de 4 ans a décrit son milieu familial :

A glue can used to sniff by children. Photo from Yin Yin Hnoung's Facebook

Des enfants démunis de Birmanie inhalent cette colle en boîte. Photo de la page Facebook de Yin Yin Hnoung

Il y a environ trois ans que je suis là, ma soeur. J'ai 14 ans. Je suis allé à l'école jusqu'à Ia fin du primaire. Mon papa est déjà mort. Ma maman vient d'accoucher il y a une dizaine de jours. Mon beau-père est charpentier à Tampawati [note de l'auteur : une commune de l'agglomération de Mandalay]. Il ne nous donne rien à manger et nous devons donc aller mendier.

Il a ensuite parlé de ses raisons d'inhaler de la colle :

Nous avons une dette de 30.000 kyats (37 dollars US) que nous avons empruntés quand maman a accouché. Et comme nous n'avons pas assez (pour rembourser), j'inhale de la colle pour ne pas y penser. Nous gagnons entre 1.000 et 1.500 kyats (1,25 à 1,8 dollars). Une boîte de colle coûte 400 kyats (0,5 dollars). On peut en acheter dans les quincailleries près de la pagode. Une boîte dure à peu près une semaine. Ce n'est pas que je veuille inhaler, ma soeur. Mais en achetant une boîte, je peux rester une journée entière sans manger. Et toutes mes colères s'en vont aussi. Je n'ai même pas mal si on me tape pendant une bagarre. Je me sens bien quand je l'inhale. Voilà pourquoi je m'y suis mis.

Le gamin qu'elle a interviewé a parlé des adolescents qui commettent des délits sous l'emprise de la colle :

Ces gars font effraction la nuit dans des kiosques de bétel et revendent tout ce qu'ils arrivent à attraper. Ils n'hésitent pas à se battre, aussi. […] Parfois, ils viennent me voler ma boîte de colle.

Un garçon de 15 ans a aussi raconté son histoire :

J'ai été à l'école Gaw Mashin (Vision du monde dans leur usage). Je dois y étudier. J'y ai de quoi manger. Mais je ne suis pas content. Comment le serais-je ? Je ne peux pas y vivre, il n'y a pas de colle. C'est pourquoi je me suis enfui.

Elle a aussi conversé avec une jeune femme habitant non loin :

Je réprimande d'habitude ces enfants comme s'ils étaient les miens ou mes frères et soeurs. Ils ne m'aiment pas car je leur enlève les boîtes de colle et les jette.[…] Je vis avec mon mari et un enfant. […] Mon mari lui-même inhalait de la colle mais je l'ai obligé à arrêter. Mon fils a maintenant deux ans. Comme il sniffait de la colle en portant notre fils, le bébé avait la poitrine congestionnée. Il a arrêté pour ne pas nuire à notre fils.

La jeune mère pense que c'est un ramasseur d'ordures à la gare de chemin de fer de Mandalay qui a appris aux enfants à inhaler de la colle. On voit aussi des filles le faire dans la zone. Les gardiens de la pagode bastonnent les enfants qu'ils surprennent.

Yin Yin Hnoung conclut son article par des recommandations pour venir en aide à ces jeunes :

Avec la pauvreté, les enfants doivent mendier pour rapporter à leurs familles, alors qu'ils devraient aller à l'école. Ils sont sous-alimentés à cause de repas insuffisants. Lorsqu'ils ne peuvent pas gagner assez (pour vivre), ils inhalent de la colle parce qu'ils sont insatisfaits. Ce qu'ils gagnent est dépensé en colle. Puis ils mendient à nouveau. L'argent donné par les visiteurs compatissants est dépensé en colle. S'ils sont bastonnés pour sniffer (de la colle), ils sniffent de plus belle pour oublier la douleur. Cet enchaînement les rend dépendants.

Elle exhorte les autorités à s'emparer elles aussi du problème :

Un lieu historique comme la pagode Mahamuni, susceptible d'attirer de nombreux touristes, est enlaidi par [la présence] de centaines d'enfants inhalant de la colle. Des capacités humaines futures sont compromises. […] Voilà pourquoi j'écris et exhorte les autorités publiques, les associations de protection maternelle et infantile et les ONG à contrôler efficacement l'inhalation de colle et à reprendre l'éducation de ces enfants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site