Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'histoire de l'Inde retracée par ses photos de familles

Le site Projet sur la Mémoire de l'Inde se définit comme “une histoire visuelle et orale du sous continent indien à travers ses archives familiales”. Débuté en 2010 par la photographe et graphiste Anusha Yadav, le projet réunit en ligne une série de photos choisies parmi les contributions du public. Les contributeurs racontent également l'histoire qui se cache derrière chaque photo.

Global Voices a interrogé Anusha Yadav sur ce qui lui a donné l'idée de ce site et sur son fonctionnement.

Global Voices (GV): quelle a été l'idée de départ de votre Projet sur la Mémoire de l'Inde?

Anusha Yadav (AY): J'ai toujours été attirée par les photos, que ce soit dans les musées, dans les livres ou chez les gens. J'ai été élevée à Jaipur, la capitale du Rajasthan, et pendant mon enfance j'étais entourée de vestiges et palais patrimoniaux bien entretenus et conservés. Mon école, la Maharani Gayatri Devi School, abritait un musée de photos et accessoires personnels de la reine. Quand j'allais chez mes amis j'observais attentivement les photos qui décoraient les meubles et les murs, photos des élites du royaume ou simples photos familiales.

Chez moi, nous passions nos vacances à projeter inlassablement les photos prises par mon défunt père, photos de notre vie à Londres (Royaume-Uni) et à Portland (Etats Unis). J'aimais revivre ce que je considérais être mes plus beaux souvenirs, et j'insistais pour que ma mère me répète les aventures vécues dans ces lieux. Les peintures ne m'inspiraient pas autant que les photos. Les peintures étaient imaginées, ou même inventées, mais les photos étaient vraies et me plaisaient plus car plus proches de la vérité. Chaque photo qui a retenu mon attention m'a fait voyager dans le temps, m'interroger sur les personnages, leurs vies et leurs expériences.

Image contributed to the Indian Memory Project by Laxmi Murthy, Bangalore: "My great-grandparents (right) with the Chennagiri family, Tumkur, Mysore State (now in Karnataka), circa 1901."

Photo prêtée au Projet sur la Mémoire de l'Inde par Laxmi Murthy, Bangalore: “Mes grands-parents (à droite) avec la famille Chennagiri, à Tumkur, Etat de Mysore(maintenant Karnataka), vers 1901.” Utilisation autorisée.

De 1992 à 2006, j'étais élève à l’Institut National d'Arts graphiques d'Ahmedabad, j'ai travaillé pour plusieurs entreprises graphiques et de publicité, j'ai voyagé et vécu dans différentes régions du monde et de l'Inde. C'est là que la photographie et les images sont devenues essentielles pour moi. J'avais l'impression de mieux comprendre le monde grâce aux photographies.

En 2006, j'ai étudié à l'Université de Brighton pour présenter un master en photographie, mais faute de moyens financiers j'ai dû abandonner au bout d'un semestre et rentrer en Inde. En 2007, j'ai continué à travailler comme photographe et graphiste d'édition et j'ai commencé à donner des idées de beaux livres de photos grand format aux éditeurs. Une de mes idées m'est venue d'une observation que j'avais faite de nombreuses années auparavant, que pratiquement tout le monde possède au moins une photo personnelle. En Inde, les photos de famille les plus répandues sont les photos de mariage, un évènement toujours photographié. Quand les gens ne peuvent se le permettent pendant la noce, les nouveaux mariés sont toujours photographiés juste après le mariage. Ces deux types de photos sont une preuve du mariage. L'inventaire et l'illustration de la culture et de l'identité indienne d'une telle diversité grâce à ces photos très personnelles de mariages, de costumes, de traditions et de cérémonies oubliées m'a semblé être une formidable idée de livre.

Comme par magie, Facebook venait de lancer une nouvelle plateforme de partage de photos, qui a marqué le début du crowdsourcing des photos et des histoires. J'ai mis en place un groupe pour recueillir des photos de ma famille, de mes amis et du public en leur demandant d'expliquer les images. La réaction des contributeurs est allée au-delà de mes attentes et ils ne se sont pas contentés d'histoires de mariages. Ils m'ont parlé d'évènements qui rapidement dans mon esprit pouvaient être catégorisés: la partition de l'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, l'Empire britannique, l'immigration, l'amour, le mariage et les amis, les batailles et les guerres mondiales, le travail et les affaires, et les vies de familles ordinaires et extraordinaires. Chaque photo était accompagnée d'une anecdote fascinante sur la vie, la famille, les rancoeurs et les réalisations, et il en est résulté l'histoire collective d'une nation et d'un sous continent. L'idée du Projet sur la Mémoire de l'Inde avait trouvé sa place.

Image contributed to the Indian Memory Project by Sawant Singh, Mumbai: "My grandmother Kanwarani Danesh Kumari, Patiala, Punjab. Circa 1933." (Copyright Sawant Singh)

Photo prêtée au Projet sur la Mémoire de l'Inde par Sawant Singh, Mumbai: “Ma grand-mère Kanwarani Danesh Kumari, Patiala, Punjab, vers 1933.” Utilisation autorisée.

GV: y-a-il des limites aux matériaux que vous retenez?

AY: Toutes les photos et les histoires doivent dater d'avant 1991. C'est la date où les photos -à cause des tirages photos en une heure, puis du digital- ont commencé à devenir moins pensées. Cela ne veut pas dire que les photos du XXIème siècle ne devraient pas être répertoriées, mais nous avons deux siècles à couvrir avant. Je suis aussi plus intéressée par des photos plus posées, qui forment un support mieux approprié aux histoires.

GV: Recevez-vous des contributions extérieures à l'Inde ?

AY: Oui, j'en reçois. A ce jour, j'ai reçu 20 photos et images de l'étranger (d'Afrique du Sud, d'Australie, du Royaume-Uni, du Pakistan, du Bangladesh et des Etats Unis). Le projet accepte toutes les photos et histoires qui se déroulent dans un contexte indien.

Image contributed to the Indian Memory Project by Nate Rabe, Melbourne, Australia: “My friends, Jeff Rumph, Martyn Nicholls, and I (centre), an unknown boy and my father, Rudolph Rabe (right), Dehradun, Uttar Pradesh (now Uttaranchal), June 1975.” (Copyright Nate Rabe)

Photo prêtée au Projet sur la Mémoire de l'Inde par Nate Rabe, Melbourne, Australie: “Mes amis, Jeff Rumph, Martyn Nicholls, et moi (au centre), un garçon inconnu et mon père, Rudolph Rabe (à droite), à Dehradun, Uttar Pradesh (maintenant Uttaranchal), Juin 1975.” Utilisation autorisée.

GV: Quelle sont votre photo et histoire préférées déjà sur le site ?

AY: Le dernier post est habituellement mon préféré avant qu'un autre ne vienne le remplacer! Chaque post est un préféré car c'est un nouvel élément pour retracer l'histoire de l'Inde.

La facilité avec laquelle les gens dévoilent leurs secrets de familles ou des récits jamais racontés ou supprimés est également très significative à mes yeux. Tout ce que les gens sont prêts à raconter reflète l'évolution de notre société.

Cette vidéo explique le Projet sur la Mémoire de l'Inde:

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site