Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des repas scolaires contaminés coûtent la vie à des écoliers en Inde

Vingt-deux enfants âgés de quatre à douze ans à l'école primaire publique de l'état indien du Bihar sont morts après avoir mangé des repas de la mi-journée contaminés le 16 juillet 2013.

Beaucoup d'autres dans un village rural pauvre, Chapra, ont été hospitalisés dans un état grave. On croit que les aliments ont été empoisonnés aux pesticides.

La tragédie est la plus grave intoxication mortelle survenue à ce jour dans les écoles.Le Dans une autre survenue dans le district de Madhubani de l'état de Bihar, 15 élèves sont tombés malades après avoir mangé le repas de midi. A Gaya-Bihar, un élève est mort après avoir mangé le repas de la cantine. Et dans un autre cas encore à Dhule dans le district de Maharashtra, 31 enfants ont été hospitalisés après avoir pris leurs repas de midi.

A student a government funded Hindi school in Mumbai, India (Photo: Chirag Sutar)

Élève d'une école publique Hindi, près de Mumbai en Inde, 2011. Photo de l'auteur.

La tradition des repas du midi à l'école, qui a commencé dans les années 1960, est l'une des plus anciennes de l'Inde et visait à encourager les parents marginalisés à envoyer leurs enfants à l'école. Outre l'éducation, un repas est offert à tous les élèves comme incitation pour l'inscription. Cependant, depuis le début de ce système, des détournements des aliments destinés aux enfants sont  régulièrement dénoncés. Un reportage de 2006 avait constaté que les élèves de l'école primaire de Darjeeling avaient été privés de leurs repas pendant 18 mois.

La question a, comme on pouvait le prévoir, pris une tournure politique. Le parti au pouvoir a affirmé que l'opposition s'est livrée à une conspiration visant à le discréditer. Le mari de la directrice de l'école est présenté comme une personnalité politique responsable de la fourniture de denrées alimentaires à l'école.

La négligence de la part du gouvernement a provoqué la colère de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

En Inde Vikram Singh (@cynicalvs) a écrit :

@cynicalvs : Comment des enfants peuvent mourir d'un repas de midi ? C'est de la nourriture. Quelqu'un doit être jugé pour meurtre. #chappra

Dès que les journalistes ont commencé à arriver dans les hôpitaux pour faire des reportages sur la situation, d'autres mauvaises pratiques dans la gestion ont été constatées. Les images vidéo retransmises ont montré des enfants survivants, entassés les uns à côté des autres sur un bureau pendant qu'ils recevaient une perfusion. 

Milind Khandekar, le rédacteur en chef de ABP News (@milindkhandekar), a observé :

@milindkhandekar : Photos de Chappra ont montré des parents ventilant les enfants  admis à l'hôpital avec du papier. Est-ce le modèle de développement de Bihar ?

Cet incident, a immédiatement incité les utilisateurs des médias sociaux à discuter de la négligence et de l'arrogance des politiciens indiens.

Abhijit Majumder, un journaliste de Delhi (@abhijitmajumder), a tweeté :

@abhijitmajumder : Nos politiciens ne discriminent pas. Scandale 2G et NREGA  pour les plus aisés, repas du midi pour les plus pauvres, tout est volé avec une égale délectation. #Chhapra

Students of a Hindi school in Mumbai eat on ground with seating arrangement or provision of plates.

Des élèves d'une école publique Hindi près de Mumbai mangent asis sur le sol, sans chaises ou assiettes. Un autre élève tend sa boite d'aluminium et se plaint de la qualité de la nourriture, 2011. Photo de l'auteur

Majumder, faisait référence à de récentes escroqueries, connues sous le nom de  2 G et NREGA, s'élevant à des milliards de dollars qui ont créé une profonde méfiance envers le fonctionnement de l'administration indienne.

Un autre journaliste basé à Delhi, Raghavendra Verma (@r_verma), a fait un commentaire sur la manière dont les enseignants gèrent les écoles publiques :

@r_verma : Les professeurs servent les repas scolaires de la mi-journée aux enfants comme s'ils leur rendaient un grand service personnel. #Chhapra

Fazal Abbas (@fazlabas), un utilisateur de Twitter basé à Mumbai, a rappelé :

@fazlabas : Chapra est telle que notre premier président, Rajendra Prasad l'a laissée il y a un demi siècle. Des enfants meurent pour leur éducation.

Kiran Bedi (@thekiranbedi), un ancien officier de police de Delhi célèbre pour ses activités philanthropiques et la croisade anticorruption en Inde, a tweeté :

@thekiranbedi : Les repas de la mi-journée, sur place sont scandaleux et anti-hygiéniques. Les enseignants aussi gaspillent leur temps à cuisiner! Pourquoi ne pas servir des fruits et des noix ?

Le récit de Kiran Bedi corrobore les photos ci-dessus. Ce n'est pas seulement dans l'état du Bihar, mais dans toutes les écoles publiques, à travers toute l'Inde, qu'on pourrait découvrir de pires histoires de négligence et de mauvaise gestion à raconter. Dans ce cas-ci le gouvernement indien a annoncé rapidement le versement d'une compensation de 2 lakhs (environ 3.367 dollars US) à chaque famille de victime.

La cause exacte de la contamination des aliments est à l'étude, en bref, elle va suivre une longue procédure bureaucratique. Les coupables rendront-ils compte un jour ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site