Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un réfugié soudanais détenu en Israël pour possession de bicyclette

Le 18 juillet, un comédien demandeur d'asile originaire du Darfour, Babaker (Babi) Ibrahim, a été arrêté par la police israélienne pour ne pas avoir de facture pour sa bicyclette, donc présumée volée.

Babi, une figure bien connue de la communauté soudanaise en Israël, fait partie d'une troupe de réfugiés qui a récemment présenté un spectacle satirique sur le mauvais traitement des réfugiés en Israël, One Strong Black (Un Noir Fort). L'arrestation et la détention illimitée sans procès de Babi ont provoqué l'indignation et une campagne en et hors ligne pour sa remise en liberté et celle des autres réfugiés dans la même situation.

Le ministère israélien de l'Intérieur a mis en oeuvre en septembre 2012 une nouvelle réglementation [anglais] autorisant l'arrestation et détention illimitée sans procès des demandeurs d'asile suspectés de délits, même si ces soupçons sont sans fondements et n'ont pas abouti à une condamnation par un tribunal. En juillet 2013, le texte, Procédure pour le traitement des Infiltrés [le terme péjoratif employé par l'Etat d'Israël contre les demandeurs d'asile] impliqués dans une procédure pénale, a été étendu pour s'appliquer aux réfugiés suspectés même d'infractions mineures. Plus de 500 demandeurs d'asile ont été détenus en application de la procédure pénale et envoyés dans les camps d'internement pour réfugiés [anglais} du désert du Négev dans l'attente de la possibilité de les expulser d'Israël.

Le 20 juillet, des dizaines de personnes ont manifesté devant la résidence du Procureur Général Yehuda Weinstein, qui avait donné son aval à ce règlement :

La Hotline pour les travailleurs migrants, une association qui défend les droits des réfugiés, des migrants et des victimes de la traite humaine en Israël, a donné une information sur la situation juridique actuelle de Babi [hébreu] :

לאחר שעתירת הביאס קורפוס שלנו נדחתה על ידי בג”ץ, אתמול הגשנו עתירה בשם באבי… עתירתנו דורשת את שחרורו של באבי וגם תוקפת את הנוהל שמכוחו הוא עצור בטענה שאינו חוקתי…
אנו נמשיך להאבק למען שחרורו של באבי ושל כל הפליטים הכלואים בישראל ללא משפט. לא ייתכן שיתקיימו בישראל שתי מערכות משפט נפרדות: אחת לפליטים ואחרת לכל היתר. לא ייתכן שפליטים ייזרקו למעצר עולם ללא ראיות, ללא משפט הוגן, ללא יכולת להתגונן ומבלי שהמשטרה תצטרך להוכיח שהם אשמים בדבר. לא ייתכן שבמדינה דמוקרטית יתקיים נוהל שמשמעותו הנחה מראש שכל רכוש שנמצא בידיהם של בני אדם בעלי צבע עור מסוים הוא גנוב.

Après le rejet par la Haute Cour de Justice de notre recours d'habeas corpus, nous avons introduit hier un nouveau recours pour Babi… Notre recours demande la remise en liberté de Babi et l'abrogation des règlements en vertu desquels il a été arrêté, au motif que la réglementation est anticonstitutionnelle… Nous allons continuer à lutter pour la libération de Babi et la liberté de tous les réfugiés détenus sans procès en Israël. L'existence de deux systèmes juridiques distincts en Israël : un pour les réfugiés et un pour tout le monde est inacceptable. Il est scandaleux que les réfugiés soient envoyés en prison à vie sans preuve, sans procès équitable, sans la possibilité de se défendre et sans que la police ait à prouver qu'ils sont coupables de quoi que ce soit. Une réglementation fondée sur l'hypothèse que tout bien en possession d'individus d'une certaine couleur de peau ne peut être que volé ne peut pas exister dans un pays démocratique.

Les défenseurs de droits Yonatan Berman et Oded Feller ont écrit sur leur blog Laissez Passer un billet sur l'absurdité d'emprisonner des gens pour possession de biens :

הבלוג פותח בפני קוראיו את פינת הרולטה – נחשו מה יהיה הצעד הבא. ההימור שלנו – מבקשי מקלט שלא יוכלו להציג קבלות המוכיחות כי רכשו את הבגדים שלגופם ייעצרו. כך נבטיח כי כל מבקשי המקלט יסתובבו בעירום. או שאולי, בעצם, כך נבטיח כי כל מבקשי המקלט שיסתובבו לבושים ייעצרו בגין עבירת גניבה, וכל מבקשי המקלט שיסתובבו בעירום ייעצרו בגין התערטלות במקום ציבורי.

[Notre] blog ouvre pour ses lecteurs une section roulette : devinez la prochaine mesure [du gouvernement]. A notre avis : les demandeurs d'asile qui ne pourront pas présenter de facture prouvant qu'ils ont acheté les vêtements sur leur dos seront arrêtés. Nous nous assurerons ainsi que tous les demandeurs d'asile déambuleront nus. Ou peut-être, en fait, que tous les réfugiés habillés seront arrêtés pour vol, et ceux dévêtus, pour exhibitionnisme.

L'éminent blogueur de gauche Yossi Gurvitz a écrit sur son blog Friends of George :

כמעט 160 שנים אחרי דרד סקוט, כמעט 150 שנים אחרי שהתיקון ה-13 שם קץ לעבדות, מאשר וינשטיין בחתימתו שיש קבוצה שלמה של בני אדם – לגמרי במקרה, כמובן, צבע עורם שחור – שהם, אם לא סחורות ממש, פחותים מבני אדם. די בעלילה עליהם (למשל, מצד נוכל בן העם הנבחר שלא רוצה לשלם להם את משכורותיהם) כדי להשליך אותם לבור משפטי שממנו אין כמעט דרך לצאת. לאברהים יש מזל נדיר: הוא דמות מוכרת. יש לו לא מעט חברים. כמאה מהם יצאו במוצ”ש הביל של יולי להפגין למענו מול ביתו של וינשטיין. לרוב הפליטים אין מזל כזה. אין מי שיכיר אותם, אין מי שיגיש בשמם עתירות הביאס קורפוס. הם נאלמים, ונעלמים אל הבור שחפר עבורם וינשטיין. בציבוריות הישראלית, המקבילה של החלטת דרד סקוט של וינשטיין עברה ללא כל רעש; יש בה יותר מדי תואמי יאנסי, ומעטים עדיין מעיזים לומר ש”אתם טועים בנו, לא נעשה זאת.”

Près de 160 ans après [l'arrêt] Dred Scott v. Sandford, près de 150 ans après le 13ème amendement qui a mis fin à l'esclavage [aux USA], Weinstein a approuvé de sa signature qu'une catégorie entière de gens – incidemment, bien sûr, leur peau est noire – soient, sinon une propriété par nature, moins qu'humains. Des affirmations calomnieuses (par exemple, d'un tricheur du Peuple Élu qui ne veut pas leur payer leurs salaires [des réfugiés en ont été menacés par leurs employeurs – note de l'auteur] suffisent à s'en débarrasser dans un trou juridique dont il est pratiquement impossible de sortir. Ibrahim a beaucoup de chance : il est un personnage connu. Il a nombre d'amis. Une centaine d'entre eux sont sortis par un chaud samedi soir manifester pour lui devant chez Weinstein. La plupart des réfugiés n'ont pas autant de chance. Il n'y a personne qui les connaît, personne pour introduire un recours d'habeas corpus pour eux. Ils sont réduits au silence et ont disparu dans le trou que Weinstein a creusé pour eux. L'opinion israélienne n'a pas réagi à la décision de Weinstein qui est comparable à l'arrêt Dred Scott ; il y a trop de jumeaux de William Yancey [un député démocrate sudiste, défenseur éminent de l'esclavage] et peu osent dire “vous vous méprenez sur nous. Nous ne le ferons pas !” [riposte d'un démocrate du Nord à la demande de Yancey que le programme du parti démocrate pour l'élection de 1860 comporte des déclarations esclavagistes]

La page Facebook freeBabi n'a pas tardé à gagner, dès son lancement, des centaines de “j'aime”. La page demandait aux lecteurs de proposer des photos et vidéos d'eux-mêmes réclamant la remise en liberté de Babi. Beaucoup se sont ainsi pris en photos, y compris des acteurs et musiciens très connus.

La célèbre chanteuse-compositrice Alma Zohar a publié sa photo avec une affiche disant : “Libérez Babi ! Garder des innocents en prison nous coûte très cher à vous et à moi !”
alma

Les producteurs et metteurs en scène de la pièce One Strong Black ont visité Babi à la prison de Giv'on le 23 juillet et l'ont informé de la campagne en cours pour sa remise en liberté. Le transfert de Babi au camp d'internement de Sahaornim était fixé au 24 juillet.

Giv'on

La campagne a eu des échos aussi en Turquie, Tunisie et Grèce. Simge et Vulkan d'Izmir, en Turquie, ont pris cette photo d'eux-mêmes.
Simga

John Brown a créé un mème à partir de l'image du procureur général Weinstein :

"I don't always approve to lock up innocent people for life But when I do, they're always black"

“Je n'approuve pas toujours l'enfermement à perpétuité d'innocents. Mais quand je le fais, ils sont toujours noirs”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site