Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Fukushima : Rien ne vaut son chez-soi

Pas de temps pour la colère [allemand]’, une revue d'infographies créée par une équipe de reporters média et graphistes suisses, représente Fukushima deux ans après la triple catastrophe du séisme de Tōhoku, du tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi le 11 mars 2011. Craignant les radiations, certains résidents ont suivi l'évacuation vers d'autres régions du Japon, mais la  visualisation des données [anglais] créée par l'équipe montre que la majorité des personnes qui a fui est en fait restée dans la région de Fukushima :

Nous avons reçu des ensembles de données de la préfecture de Fukushima sur le nombre de réfugiés et leur localisation en 2011 et 2012. Nous pensions que s'agissant d'une catastrophe nucléaire les gens auraient fui la région et souhaité être le plus loin possible. Pourtant, les chiffres de la préfecture de Fukushima analysés par les chercheurs de l'Université de Gunma ont révélé que la réalité était très différente. La majorité de ceux qui ont fui sont en fait demeurés dans la région de Fukushima.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site