Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Burkina Faso : la prochaine crise africaine ?

Dimanche 28 juillet c’était le premier tour de l’élection présidentielle au Mali mais c’était aussi la quatrième manifestation au Burkina Faso en un mois.

L’opposition avait fait deux démonstrations de force le 29 juin et le 20 juillet. Le parti du président Blaise Compaoré avait répliqué par une manifestation de soutien de ses partisans le 6 juillet.

Photo prise lors de la manifestation du 20 juillet

Photo prise lors de la manifestation du 20 juillet via @Bambyam sur twitter avec sa permission

Pourquoi ces manifestations ? Sur Diktacratie Nico Ramirez raconte dans Burkina Faso : au pays de l’homme qui désintègre [Burkina Faso signifie « Pays des hommes intègres »] :

C’est la mise en place d’un Sénat, la dernière trouvaille du régime pour assurer sa survie, qui a enflammé les esprits. Plus d’élus pour plus de démocratie, un bon gros mensonge pour nourrir des estomacs vides ! À côté des 39 représentants des collectivités territoriales, élus au suffrage indirect, et d’une douzaine de représentants de la société civile, le Sénat comptera également 29 sénateurs nommés par Blaise soi-même, comme ça c’est plus simple.

Cela n'est pas l'unique raison comme l’explique Justin Yarga – journaliste web sur Burkina 24 et blogueur – dans sa note intitulée Burkina Faso: Quand la présidentielle de 2015 se prépare déjà dans la rue sur le blog Noise from Africa :

Pour le parti au pouvoir, cette chambre de sages participe du renforcement de la démocratie. Mais l’opposition y voit le moyen pour le parti au pouvoir et ses alliés de s’assurer une majorité qualifiée qui lui permette, en l’absence de son allié de poids l’ADF-RDA, de modifier l’article 37 et donner ainsi la possibilité d’un second mandat au président Blaise Compaoré.

 

Photo prise le 6 juillet lors de la manifestation de soutien au régime via @babyam avec sa permission

Photo prise le 6 juillet lors de la manifestation de soutien au régime via @bambyam avec sa permission

L’ONG internationale de prévention et de résolution des conflits, International Crisis Group (ICG), écrit dans son rapport « Avec ou sans Compaoré, le temps des incertitudes » :

Pour la première fois depuis 1987, la question de la succession du président burkinabè est ouvertement posée. La Constitution interdit en effet à Blaise Compaoré, au pouvoir depuis plus d’un quart de siècle, de briguer un nouveau mandat en 2015. Sa marge de manœuvre est très étroite. S’il respecte la loi fondamentale, sa succession risque d’être difficile tant il a dominé la vie politique et fermé les possibilités d’alternance. S’il modifie la Constitution et se porte candidat à un cinquième mandat consécutif, il prend le risque de déclencher un soulèvement populaire comme celui qui a fait vaciller son régime au premier semestre de l’année 2011. Les partenaires internationaux doivent l’inciter à respecter la loi fondamentale et permettre une transition démocratique en douceur.

Cette contestation a vu l’émergence du mouvement « Le balai citoyen », initiative de deux musiciens : Smockey – rappeur – et Sams K Le Jah qui lui fait du reggae. Ils présentent ainsi le mouvement sur leur page Facebook :

Une Force citoyenne nouvelle résiste et s'organise pour une “VRAIE DÉMOCRATIE”, une “BONNE GOUVERNANCE” et un “MEILLEUR VIVRE-ENSEMBLE” au Faso

Le site eburnienews nous dit que le gouvernement a fait fi des manifestations et que finalement, les sénatoriales ont eu lieu :

Malgré la marche de l’opposition, sa puissance de mobilisation, les « non au sénat » n’ont pas troublé outre mesure le déroulement des élections sénatoriales ce 28 juillet. Les manifestants qui ont essayé de les empêcher ont été … « victimes » de la rapidité du scrutin !

Les 29 sénateurs représentants les collectivités territoriales seront donc bientôt connus et installés. … La conclusion qu’on est en droit de tirer est qu’inexorablement, le sénat sera installé.

Le sénat passera donc, à moins d’un revirement spectaculaire du Président du Faso et est bien parti pour participer à l’ouverture de la prochaine session ordinaire du Parlement.

Sur son blog Rues d'Afriques Sabine Cessou écrit dans Burkina Faso l’insurrection qui vient que comme le Sénégalais Abdoulaye Wade avant lui :

Blaise Compaoré envisage lui aussi une succession dynastique, en poussant son frère cadet, l’impopulaire François Compaoré. Surnommé « petit président », l’homme est soupçonné d’être impliqué dans le meurtre d’un journaliste, Norbert Zongo, qui enquêtait sur la disparition de son chauffeur.

Justin Yarga rappelle dans sa note de blog Burkina Faso: Quand la présidentielle de 2015 se prépare déjà dans la rue déjà citée plus haut que :

Blaise Compaoréa pris le pouvoir en 1987 [par un coup d’état] qui a éteint la plus lumineuse expérience de changement de l’Afrique postcoloniale, celle de Thomas Sankara.

Dans le rapport cité plus haut l’ICG) détaille les répercutions désastreuses qu'une révolte au Burkina Faso aurait dans la région.

 

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site