Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Émouvants ou hystériques, les poèmes de parents deviennent viraux au Japon

[Tous les liens conduisent à des pages en japonais, sauf mention contraire.]

Au Japon, les utilisateurs de Twitter ont dernièrement parsemé leurs tweets d'allusions à l'éducation de leurs enfants. Mais ils ne parlent pas  du fait que les salariés japonais utilisent moins leur congé parental. Ils ne parlent pas non plus de la très débattue loi sur la politique d'éducation sur les plateformes des partis politiques japonais, comme lors de la récente 23ème élection de la Chambre des conseillers [en].

Délaissant la politique, les net citoyens japonais écrivent tout simplement des poèmes, sur ce qu'est être parents et partagent leurs expériences sous le mot-clic #途中から育児の話になるポエム, qui signifie, “Soudain, un poème sur l'éducation d'un enfant”.

parmi les messages publiés sous ce mot-clic, on trouve à la fois les problèmes et les joies d'être parent. Les pères et les mères expriment leur vécu dans différents styles littéraires : parodies de chansons célèbres ou posts plein d'humour et d’auto-ironie. 

Une mère exprime ses pensées pleine d'amour à ses enfants profondément endormis avec un voeux sincère :

Ton visage endormi à côté de moi est si doux. Reste calme s'il te plait et ne te réveille pas avant le matin.

@wandayou_ parle de l'aide qu'apporte un parent à un enfant sans que celui ci ne s'en aperçoive :

Tu peux le faire . Oui, tu peux le faire. Je t'ai donné un petit coup de pouce, encore et encore. Encore et encore, je t'ai tapé dans le dos, et tu souris toujours doucement, jusqu'à ce que j'abandonne et te repose sur le lit…Je le savais!  Tu as fait ton rot.

Ukey propose des vers humoristiques sur la paternité  :

Oh non, s'il te plait / Sois gentil avec moi / n'agrippe pas mon sein comme ça / je suis Papa, je n'ai pas de lait

Green_daram, mère d'un bébé, a écrit sur les petites attentions d'un enfant.

Quelle que soit ma fatigue, tu me souris. Puis tu touches mes cheveux comme pour m'encourager et les enduits de porridge.

D'autres internautes se sont joints à ces parents pour évoquer, pince-sans-rire, les expériences quotidiennes :

S'il te plait ne lache jamais ma main.
Je sais que tu partiras un jour, mais s'il te plait, reste avec moi pour l'instant.
Non, s'il te plait, ne tire pas sur mon bras. S'il te plait, marche avec moi sur la même route.
Ou essayes-tu de te faire écraser ?

Un sentiment au delà des mots. Tout ce que je peux faire est de te serrer contre moi, juste te serrer contre moi.  Comment ce cloporte est-il sorti de la machine à laver ?

Stop. je ne veux rien entendre maintenant. Je ne veux pas entendre ces mots. Tu me regardes, avec des yeux qui sont rarement aussi sérieux. Je sais ce que tu veux dire….c-a-c-a.. Oh zut, il n'y a pas de toilettes par ici.

@fumipol parphrase “ Tristesse souillée” [en], un célèbe poème écrit par le poète et traducteur japonais  Chūya Nakahara [en]:

Tristesse souillée. Nous louons cette maison. S'il te plait ne gribouille pas sur ça.

Ces tweets ont été rassemblés et classés par sujets sur Togetter et Naver,  outils en ligne qui permettent d’élaborer des histoires en agrégeant des citations prises sur les médias sociaux. Les lecteurs ont confié leurs impressions :

Ce recueil de poèmes montre clairement que l'amour pour un mari et l'amour pour un enfant sont vraiment différents. LOL. Si mon mari faisait ça, vraiment, je ne lui pardonnerais jamais.  XD

C'est intéressant. Tous les enfants font la même chose. LOL. Ne le ratez pas ça, vous qui êtes maman !  #途中から育児の話になるポエム, La meilleure sélection est sur Naver.

Proofreading:Keiko Tanaka, L. Finch

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site