Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Depuis leur retour d’ex RDA, d’anciens employés réclament des arriérés de salaires promis au Mozambique

Chaque mercredi, des dizaines de Mozambicains manifestent dans les principales rues de la capitale, Maputo avec des drapeaux allemands. On les appelle les « Magermans » : ceux qui sont rentrés d'Allemagne. Cela fait plus de 20 ans, qu’ils manifestent pour des salaires qui leur seraient dus car après l’indépendance le gouvernement socialiste d’alors avait envoyé environ 18.000 Mozambicains dans l'ex-Allemagne de l'Est.

Après l'indépendance en 1975, ils y ont été envoyés « pour se former, travailler et acquérir des compétences pour reconstruire ». Dans sa vidéo [Anglais] Adam Thomas explique:

Lorsque le mur de Berlin est tombé en 1989, beaucoup sont retournés chez eux. Ils n'ont pas trouvé ce qu'ils espéraient et manifestent depuis.

Un article [Anglais] de Louise Sherwood sur IPS News précise qu’« ils ont perçu 40 % de leur salaire en espèces tandis que les 60 % restants ont été envoyé au Mozambique » :

Un document [de 2002], en possession des Magermans, publié par le ministère fédéral allemand des Finances, montre que 74.4-millions de dollars de salaires et 18.6 millions de dollars de cotisations de sécurité sociale ont été payés par l'ex-RDA, des chiffres qui équivaudraient à environ 5 000 dollars par employé. Le gouvernement mozambicain a accepté de rembourser des montants beaucoup plus faibles et a commencé à verser des sommes allant de 10.000 à 15.000 meticais (entre 370 à 550 dollars) à certains Magermans.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site